Bilan

Le cigare, ce plaisir au pouvoir fédérateur

Autrefois symbole de réussite, le cigare rassemble aujourd’hui les fans de tous horizons et origines sociales. Il offre aussi une expérience contemplative bienvenue dans nos vies trépidantes.

  • Crédits: Stella Levi / Getty images
  • Montre créée par Hublot, en collaboration avec la marque de cigares Arturo Fuente: le cadran contient des feuilles de tabac, rigidifiées et stabilisées.

    Crédits: Hublot

«L’esprit d’un homme se devine à la manière dont il tient et fume son cigare.» Quand il parle de son «cordon ombilical», l’artiste peintre cubain Carlos Boix s’enflamme. «Il y a dans le cigare tout ce qui inspire mon art: la beauté des champs de tabac, ses manufactures, ses femmes et ses hommes qui vivent pour et par le cigare, le respect de la tradition et de la matière première, mais aussi et surtout l’amour du geste. Car rouler un «puro» tient du geste artistique, le saviez-vous?»

A l’instar de Carlos Boix, des générations entières de penseurs, politiciens, et artistes ont rendu hommage à ces quelques feuilles de tabac roulées. Parmi les mythes fondateurs, citons le désormais célèbre «Gentlemen, you may smoke» du roi Edward VII, mais aussi John Kennedy qui, en 1962, demanda 1000 cigares à son attaché de presse la veille de l’imposition de son embargo à Cuba.

Accessoires particuliers

Comment expliquer l’irrésistible attrait de ce plaisir fumigène? «Le cigare incarne l’anticonformisme et l’indépendance d’esprit, répond Cosima Aichholzer, auteure du livre L’univers du cigare (Ed. teNeues). Tout un art de vivre y est associé.» Elle ajoute que cette passion particulière requiert des accessoires particuliers, qui vont de la veste de smoking en velours fabriquée depuis plus d’un siècle par le tailleur londonien Huntsman, installé à Savile Row, au briquet personnalisé Dupont, en passant par la montre disposant de la fonction coupe-cigares.

«Carlos Fuente Jr, par exemple, a créé, en collaboration avec l’horloger suisse Hublot, une montre pour amateurs de cigares avec une vraie feuille de tabac en guise de cadran.» Sélectionnées à la main par le petit-fils du fondateur de la société de cigares Arturo Fuente, les feuilles de tabac dominicain sont identiques à celles utilisées pour la production de Forbidden X, cigare épicé réservé aux occasions particulières. «Cette montre unique ne marque pas un statut, mais se veut l’expression du mode de vie d’un amateur de cigares», assure Cosima Aichholzer.

Fait notable, alors qu’il symbolisait autrefois la réussite sociale et le pouvoir, le cigare est aujourd’hui célébré pour son pouvoir fédérateur. «Les cigares sont pour nous ce que les feux de camp étaient à nos ancêtres. Ils rassemblent amateurs de cigares quelles que soient leurs différences sociales», assure Daniel Marshall, de la société qui porte son nom, étant précisé que la clientèle type n’existe plus. Hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, tous sont pris en flagrant délit de délectation fumeuse.

«Fumant dans la cave de mon ami», tableau de l’artiste peintre cubain Carlos Boix. (Crédits: Dr)

Mais déguster un cigare est surtout une expérience lente, tranquille, contemplative. «Lorsque je fume un cigare, j’accède à un espace intérieur dans lequel les secondes ne s’écoulent plus, poursuit Carlos Boix. Le mouvement slow, dont on parle beaucoup depuis quelques années, aurait pu être inventé par un fumeur de cigare!» L’artiste cite les concours de Slow Smoking, dont l’objectif est de faire en sorte que le cigare se consume le moins vite possible tout en restant allumé. «Les compétiteurs ont interdiction de faire tomber la cendre pendant les 40 premières minutes. Ce moment d’immobilité et de concentration sereine est bienvenu dans nos vies trépidantes.»

Des ventes records

De façon intéressante, la Chine, pays qui vante les vertus de la lenteur, est devenue le deuxième consommateur mondial de cigares cubains en 2018, devant la France, jusque-là en seconde position derrière l’Espagne. «En Asie-Pacifique, région émergente, nous avons connu une croissance de 9%, tirée par le marché chinois, où la croissance en valeur a été de 55%», a déclaré à l’AFP Ernesto Gonzalez, directeur marketing d’Habanos.

S’agissant de l’Europe, malgré le contexte réglementaire toujours plus complexe dans lequel évolue le marché du tabac, les ventes de cigares cubains ont atteint un nouveau record en 2018, à 537 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 7%. «Cela montre la solidité de ce commerce.» Les marques les plus vendues sont Cohiba, Romeo y Julieta et Montecristo, toutes détenues par Habanos, société propriété de l’Etat cubain et d’Altadis.

La bonne nouvelle pour ceux qui ne souhaitent pas sombrer dans une dépendance nicotinique? Le cigare inspire aussi les chefs cuisiniers. A Genève, le restaurant Le Patio propose ainsi un bœuf fumé au tabac, mais aussi d’autres recettes inédites sur demande des aficionados. La flamme du cigare n’est pas près de s’éteindre…

Daniel Marshall: «Les cigares sont pour nous ce que les feux de camp étaient à nos ancêtres.» (Crédits: Dr)
Castilloamanda2018 Nb
Amanda Castillo

Journaliste

Lui écrire

Amanda Castillo est journaliste indépendante. Licenciée en droit et titulaire d'un master en communication et médias, ses sujets de prédilection sont le management et le leadership. Elle est l'auteure d'un livre, 57 méditations pour réenchanter le monde du travail, qui questionne la position centrale du travail dans nos vies, le mythe du plein emploi, le salariat, et le top-down management.

Du même auteur:

Les hommes rêvent de jeunesse éternelle
La longue série noire de la famille royale espagnole

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."