Bilan

L’antagoniste

(Crédits: Dr)

Un livre

Regain Magazine

« Regain » comme l’herbe qui repousse après la fauche, « Regain » comme le livre de Jean Giono. « Regain » est un journal de campagne, sorti en juin dernier, des mains de Daphné Hézard, journaliste intuitive et d’une équipe connectée à l’air du temps. Ce magazine saisonnier indépendant met en scène et détaille le monde rural, la bonne chère, les paysans d’aujourd’hui, comme une urgence à ralentir. Ambitieux et élégant.

www.regain-magazine.com 

(Crédits: Dr)

Un lieu

L’Hôtel Furkablick

Dans le décor minéral du col de la Furka on s’y arrête le temps d’humer l’air vif. Personne ou presque ne prête attention à cet hôtel un peu décati, aux volets rayés, fermé au public. Pourtant, il faut s’y arrêter ! Ce bâtiment construit en 1903, banal donc pour le quidam, a vécu, entre 1983 et 1999, d’incroyables expériences artistiques dont certaines sont encore visibles. Les contrevents à rayures ? Œuvres de Daniel Buren. Le bâti est passé à deux reprises entre les pattes d’un mastodonte de l’architecture, Rem Koolhaas, qui est intervenu de manière minimale sur des aménagements intérieurs. D’autres œuvres seraient essaimées et visibles dans les environs par des artistes en séjour ou de passage durant ces années. Plus de 60 y sont passés, des pointures qui ont laissé des traces tangibles ou impermanentes comme des performances. Ce projet pur est né grâce au galeriste neuchâtelois Marc Hostettler et à l’artiste James Lee Byars. Ce lieu avait fait l’objet d’une exposition – Furkart – à Beaubourg en 2014. Mais il vit toujours. Il est une démonstration que l’art est plus puissant loin des lumières. Arrêtez-vous ! Personne ne vous verra. 

Et c’est tant mieux.

(Crédits: Dr)

Un Film

Captain Fantastic

Une ribambelle de gosses et un père-gourou (Viggo Mortensen, parfait en néo-hippie) plus fantasque que fantastique, vivent reclus dans une forêt avant de prendre la route pour enterrer la mère décédée. Une vie aussi idéaliste qu’inquiétante, qui joue sur les fantasmes de cette quête d’absolu: le retrait de la société. Si philosophiquement c’est un peu court (trop de jolis plans et quelques raccourcis), il questionne néanmoins sur le jusqu’au-boutisme idéologique et les choix parentaux qui, c’est couru d’avance, ne plairont pas aux rejetons. La cabane dans les bois, on la garde juste pour le week-end. 

(Crédits: Dr)

Un Objet 

Sac à dos Eastpak x Vetements

L’air du temps dans la mode, c’est plusieurs choses. Deux entre autres - ce qui dure et le concept tellement dingue, que seuls les gens du sérail peuvent comprendre. Un concept dans le concept ! Ce sac incarne pile cette alliance. Prenez une bonne vieille marque américaine qui a traversé les décennies (depuis 1952) et une maison qu’on déteste adorer (ou le contraire) Vetements, un collectif de stylistes mené par Demna Gvasalia qui déjoue avec un aplomb jamais atteint les codes du luxe. Un des exemples les plus célèbres de leur pied-de-nez, reproduire littéralement un T-shirt DHL et le vendre près de 1000 euros. Pour en revenir au citadin en quête de connexion, cette collaboration entre hier et aujourd’hui - deux tailles de sacs en banal tissu noir, pimpés de patchs des années 1990. Ca semble grunge. C’est couture, baby ! 

Sacs à dos Eastpak x Vetements, Fr. 1’265.- Fr. et Fr. 1’419.- vendus exclusivement en Suisse chez Tasoni à Zurich ou online sur le site

www.eastpak.com

(Crédits: Dr)

Le béton et les arbres, la pétillance et l’opulence, la ville et la nature, les agrumes et les bois. La dernière fragrance d’Alberto Morillas pour Bulgari est une aventure. Le célèbre parfumeur, ami précieux de la maison romaine, joue les alchimistes pour une eau de parfum qui se veut une connexion entre le citadin et la nature. Wood Essence canalise l’énergie des arbres avec des notes de cyprès, de vétiver et de bois de cèdre et des zestes d’agrumes italiens, de la coriandre, du benjoin de siam. Au premier abord il se veut frais comme une brise pour se muer ensuite en senteur virile plutôt coriace sur la peau. Une fragrance de jeune loup au travail qui file dans les montagnes dès qu’il peut. 

Eau de parfum Wood Essence Bulgari Man, 102 euros /100 ml – disponible dès septembre 2018

Sarah Jollien-Fardel

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Unique
Ce que veulent les hommes

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."