Bilan

La Toscane, côté jardins

Des visites guidées permettent de pénétrer dans des parcs très privés, créés à l’époque de la Renaissance italienne pour les princes ou les riches banquiers. Plongée dans un univers raffiné.

Multicolores, odorants, romantiques, majestueux... Les parcs cultivés lors de la Renaissance italienne ont inspiré l’Europe entière. Un séjour touristique permet d’en mesurer toute la splendeur, au cœur de palais et jardins privés de Toscane, de Florence à Lucques, Sienne, et jusqu’aux confins de la province de Pise. Conçu par Armand de Foucault, un spécialiste français de l’histoire de l’art, en collaboration avec Villa La Massa, un hôtel de charme aux abords de Florence, ce voyage est une rencontre. Où l’on se laisse séduire par l’esprit de l’époque et la générosité d’une nature préservée, sans oublier, au détour du chemin, la gastronomie italienne et les grands crus du chianti. Jardins choisis.

Villa la Massa

Au bord du fleuve Arno, cette villa Médicis construite en 1525, modifiée par ses propriétaires successifs dont des aristocrates russes au XIXe siècle, est un havre de paix à quinze minutes du centre de Florence. Ses chambres et ses appartements, d’inspiration Renaissance ou revisités par un design contemporain, s’ouvrent sur le paysage animé du fleuve, dont les méandres contournent des collines verdoyantes. Entourées de cyprès, des bâtisses historiques aux façades colorées habitent le paysage... Les vastes jardins de la Villa La Massa, plantés d’oliviers, d’agrumes et d’herbes aromatiques, introduisent le visiteur à son voyage.

  Villa Di Castello

Du temps des Médicis (du XVe au XVIIe siècle), la «villa» est un château à la campagne. Les Médicis en possédaient beaucoup autour de Florence: elles servaient à contrôler le territoire. La Villa di Castello, qui surplombe Florence, fut la première construite, en 1495. La naissance de Vénus de Boticelli (1485) a été peinte pour la villa. Le tracé du jardin remonte au début de la Renaissance italienne, et on le retrouve dans des tableaux en forme de médaillon appelés «lunettes», qui ont donné naissance à Versailles.

Villa di Pratolino

Au cœur du parc de la Villa di Pratolino, un excellent musée permet de saisir «l’esprit jardin» de la Renaissance, organisé en terrasses. Il comporte d’abord une partie d’inspiration antique ornée de statues, comme celle du «géant de l’Apennin» qui abrite des grottes, ainsi qu’une forêt de grands arbres et un labyrinthe. La partie «moderne» fait face à la villa située au centre, entourée d’arbres nains, d’agrumes, de tulipes et de bordures de buis, d’une fontaine. Un «jardin secret» avec herbes médicinales, volière et pergola se niche sur le côté.  Entre le XVIe et le XVIIe siècle, le jardin devient méditatif: il est une ode à la connaissance, comme en témoignent des automates façon Léonard de Vinci. Mais ces jardins sont aussi l’écrin de grandes fêtes, donnant le jour aux premières œuvres d’opéra.

Palais Torrigiani

Le plus grand jardin privé urbain d’Europe palpite en lisière des murs d’enceinte de Florence. Le palais appartient à la famille Torrigiani depuis 1559. L’immense parc de sept hectares incarne la vogue du jardin romantique lancée par Elisa, sœur de Napoléon. L’architecte français Luigi Cambray Digny crée un parcours ésotérique inspiré par la pensée maçonnique: un cheminement de l’ombre vers la lumière. Statue d’Osiris, temple des arcades, amphithéâtre, forêt de bambous ou grands pins de l’Himalaya, chaque détail symbolise le passage de l’homme d’un statut de profane à celui de la connaissance.

  La Foce

Sur les hauteurs de Montepulciano, près de Sienne, l’ancien relais-poste du XVe siècle La Foce offre une symbiose entre le style Renaissance et les évolutions du jardin jusqu’à aujourd’hui. Ses bâtiments dominent les collines où se côtoient vignes et pâturages.  En 1924, La Foce est rachetée par Iris Origo, une Anglo-Saxonne qui avait grandi à Florence. Avec son mari, elle travaille pendant cinquante ans à embellir la propriété. Au jardin Renaissance avec ses artifices, Iris Origo ajoute la couleur et des volumes. Buissons fleuris, parterres multicolores, jardin de roses, La Foce lance une passerelle entre les époques et marie la géométrie au désordre romantique, les Lumières au jardin anglais. Comme pour signaler au visiteur que l’inspiration ne perd jamais son souffle tout en s’appuyant sur l’histoire.

 

Infos pratiques

S’inscrire

Villa La Massa, Via della Massa, 24-50012 Firenze, Candeli, Italie, tél. +39 055 626 11, demander Giancarlo Rizzi, directeur (parle français), www.villalamassa.it Prochain séjour: du 10 au 16 septembre. Prix: 6600 francs pour deux personnes, pension complète (vins compris) à Villa La Massa, visites, transport en véhicule privé.

A lire La Foce, a garden and landscape in Tuscany (sur www.amazon.com ou à La Foce).

A déguster Les bons crus de chianti de l’abbaye Badia a Coltibuono, près de Sienne.

Se régaler A Florence: Trattoria Quattro Leoni,  Piazza della Passera, tél. + 39 055 21 85 62. A Lucca: Ristorante Giglio, Piazza del Giglio, tél. + 39 0583 49 40 58, www.ristorantegiglio.com

Crédits photos: Dr

Sabine Grandadam

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

9 expos à voir cet été en Europe

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."