Bilan

La nouvelle vie des silos à grain

A Zurich, Fribourg, Yverdon ou Aigle, d’anciens silos à grain sont aménagés en tours d’habitation. Le promoteur Raffaello Radicchi s’en inspire à la-chaux-de-fonds pour créer des logements de haute qualité.
  • Classées, les facades des moulins de La Chaux-de-Fonds seront conservées.

    Crédits: Dr
  • A Zurich, un silo à grain a été rehaussé de 40 à 118 m pour accueillir des logements.

    Crédits: Architron
  • A Aigle, la tour Landi fera place en 2017 à des logements et locaux administratifs.

     

    Crédits: Chantal Dervey
  • Tour Soprano à Fribourg: 17 lofts aménagés dans un centre agricole des années 1960.

    Crédits: Thomas Jantscher/ Lehmann Fidanza architectes

Les Lausannois ont le souvenir du projet de tour Taoua au Palais de Beaulieu. Attaqué par référendum, le projet a été refusé en avril 2014. Contrairement à New York, Shanghai ou Dubaï, les tours n’ont pas trop la cote dans la région. Elles font de l’ombre aux voisins. Mais il est une façon plus habile de faire passer un projet d’une certaine hauteur: en convertissant des silos en habitations. La mode est venue des Etats-Unis qui ont toujours une hauteur d’avance. «J’habite dans un silo», peuvent dire les habitants de la tour Soprano à Fribourg, 17 lofts aménagés dans un centre collecteur agricole des années 1960; rehaussé de 4 étages, il a coûté 50 millions.

Le canton de Vaud a vu la tour Landi, la plus haute construction d’Yverdon (VD) avec ses 50 m, être remplacée par une tour d’habitation de même volumétrie. La structure a été rasée par un bulldozer. A Aigle, en revanche, la tour Landi sera maintenue. Cet ancien silo de 40 m de haut fera place à des logements et locaux administratifs. L’édifice en béton armé est solide, il a pu être conservé à la grande satisfaction de la coopérative agricole qui voit ses silos retrouver une nouvelle vie. Appartements et bureaux seront disponibles à l’automne 2017. La construction de 11 étages comprendra 19 logements. Le fait d’avoir conservé le gros œuvre en béton a permis de maintenir des coûts raisonnables, estime le promoteur Olivier Gachnang, l’oncle du pilote Sébastien Buemi. 

En Suisse alémanique, le quartier tendance de Zurich-West a vu s’ériger une tour d’habitation installée dans le plus grand silo à grain de Suisse: 118 m de béton sans fenêtre, dressé sur les bords de la Limmat, dans un silo à grain appartenant à Swissmill, une filiale du groupe Coop. Mais contrairement au projet Taoua refusé par les Lausannois, 58% des Zurichois ont accepté l’extension du bâtiment lors d’un vote populaire, en février 2011, autorisant du même coup le rehaussement de la halle à grain de 40 à 118 m.

La Chaux-de-Fonds aussi

Ville de Le Corbusier et de Louis Chevrolet, la cité des hauts neuchâtelois va accueillir aussi son silo-tour habitable. Ou même ses deux silos, respectivement de 37 m et 31,5 m de hauteur, datant de 1928 et 1941. Raffaello Radicci est un promoteur chaux-de-fonnier aussi puissant que discret qui possède 1700 biens immobiliers dans la région.

La transformation doit se dérouler sur quatre ans: «Ce grand projet comprend aussi la revalorisation d’une ancienne minoterie ancrée dans le tissu urbain», confie le self-made-man venu d’Italie dans les années 1970 comme ouvrier sur le chantier du Gothard. Agé de 65 ans, l’homme dirige aussi une entreprise de construction générale (SAREG), des entreprises de maçonnerie et de plâtrerie-peinture, une menuiserie, une gérance immobilière, avec une holding Insulae pour chapeauter l’édifice.

Raffaello Radicchi a l’intention de faire cohabiter de nouveaux logements de haute qualité (33 appartements en loft) dans les volumes existants à d’autres activités urbaines. Le long de la future promenade Le Corbusier, deux bâtiments attenants seront réservés aux aînés; de taille plus modeste, ils comprendront des parties communes. Au total, près de 90 appartements seront en location. L’entrepreneur dit s’être inspiré de réalisations effectuées à Marseille et en Suède. Les moulins ont été rachetés au Groupe Minoterie en 2015 à un prix non communiqué. Le groupe voulait construire un supersilo, mais la ville n’en a pas voulu: «Le système de distribution des céréales a changé. Tout est centralisé, le grain transporté par wagon. Les silos étaient abandonnés depuis vingt-cinq ans. Je me désolais à chaque fois que je passais devant.» 

L’avantage du silo transformé en habitation est de pouvoir conserver les murs extérieurs. Les moulins étant classés au Patrimoine suisse, les façades arrondies des silos seront conservées.
Il faudra les ceinturer, avant de déconstruire l’intérieur à l’aide d’une grignoteuse: «La Chaux-de-Fonds m’a beaucoup donné. C’est là que je me suis construit. J’aimerais lui rendre un peu de ce qu’elle m’a donné.»

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."