Bilan

La fourrure décomplexée

Après plusieurs années de crise, la fourrure revient en grâce, notamment auprès de la jeune génération. Les ventes mondiales auraient plus que doublé ces dernières années.
  • Diane et Daniel Benjamin. Leur enseigne a récemment tapissé de fourrure un jet privé.

    Crédits: Lionel Flusin
  • Benjamin Fourrures va lancer une collection pour enfants.

    Crédits: Lionel Flusin

Vison, zibeline, chinchilla, lynx, renard, lapin, chèvre ou encore mouton de Mongolie… Après plusieurs années de crise, la fourrure revient en grâce auprès des people, des personnes aisées et de la jeune génération riche et branchée. «Il y a un tournant dans le secteur qui est manifeste», indique Daniel Rizzato, propriétaire de Noël Fourrures à Genève. Les mentalités ont changé et de nouveaux marchés au fort potentiel ont vu le jour.

«Depuis quelques années, les jeunes femmes sont décomplexées, elles n’ont plus d’inhibition à se montrer avec un manteau en fourrure», confirme Diane Benjamin, copropriétaire des boutiques Daniel Benjamin présentes à Lausanne et à Genève. «C’est devenu un accessoire de mode à part entière.» Ainsi, outre quelques exceptions comme Stella McCartney, Ralph Lauren ou Calvin Klein, les marques de haute couture ont pratiquement toutes intégré de la fourrure ou des peaux lisses dans leur défilé automne-hiver 2015. 

Les enseignes de la région lémanique confirment: la moyenne d’âge des consommateurs de pelage a baissé depuis une dizaine d’années, à la suite notamment du changement de style des vêtements en poil. La créatrice genevoise Mélanie Hearnden approuve: «Alors que les manteaux en fourrure avaient un look «mémère» il y a quelque temps, les coupes aujourd’hui sont plus actuelles, réalisées souvent avec des couleurs vives.»

Pour s’éloigner du manteau en vison plat d’autrefois, les créateurs associent dorénavant la fourrure à d’autres textiles comme la laine feutrée, la soie ou encore des plumes. «Par ailleurs, les matières sont beaucoup plus légères qu’auparavant et les tannages des peaux plus naturels», souligne Diane Benjamin. Plusieurs fourreurs en Suisse romande proposent également d’adapter des modèles anciens à la mode actuelle. «Nous transformons les vêtements afin qu’ils soient plus légers pour être portés à n’importe quelle saison», explique Daniel Rizzato, de Noël Fourrures. 

Prêt-à-porter masculin

Daniel Benjamin, anciennement Benjamin Fourrures, dirigé par la troisième génération de fourreurs, propose également de réaliser des pièces sur mesure. Il y a deux ans, le magasin a choisi de se diversifier pour faire face à la baisse générale de la consommation du luxe. La boutique vend désormais des robes haute couture, de la joaillerie et des accessoires pour la maison. L’an prochain, la marque va également lancer une collection pour enfants, ainsi qu’une ligne masculine de manteaux en fourrure.

«Nous voulons créer une marque globale et nous nous adaptons à toutes les demandes», souligne la propriétaire dont l’enseigne a récemment tapissé de fourrure un jet privé. L’an dernier, c’est un bracelet en vison rasé pour l’horloger Roger Dubuis qui a été conçu dans ses ateliers à Lausanne.

Même si l’on trouve encore de nombreux consommateurs réfractaires à l’achat de fourrure, l’augmentation des ventes est confirmée par la Fédération internationale du commerce de la fourrure (IFTF). Selon cet organisme, les ventes mondiales auraient plus que doublé ces dernières années, atteignant environ 35 milliards de francs en 2014.

Le principal facteur de cette augmentation serait la demande croissante en provenance de Chine qui aurait compensé les effets de la crise économique mondiale et l’impact négatif des campagnes de militants antifourrure auprès des consommateurs. Autre facteur important: l’arrivée de la fourrure dans le prêt-à-porter masculin et dans les accessoires, type chaussures, porte-clés ou encore sacs à main.  

 

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."