Bilan

La capitale colorée des Zapotèques

Des vestiges des populations préhispaniques aux hautes vagues de Puerto Escondido, la région de Oaxaca, au cœur du Mexique, promet un voyage teinté de surprises folkloriques, gastronomiques et artisanales.
  • Le site préhistorique de Monte Albán se situe au croisement de trois vallées, à 1900 mètres d’altitude et à une trentaine de kilomètres de la ville. Il s’agit du plus imposant complexe de temples des Zapotèques de la province et se visite en une demi-journée. Au fil des années, les séismes ont endommagé les structures mais la forme de plusieurs édifices a pu être préservée.

    Crédits: Dr
  • Le site de Monte Albán

    Oaxaca est l’un des meilleurs points de départ pour une excursion à Monte Albán. Le site préhistorique se situe au croisement de trois vallées, à 1900 mètres d’altitude et à une trentaine de kilomètres de la ville. Il s’agit du plus imposant complexe de temples des Zapotèques de la province. Au fil des années, les séismes ont endommagé les structures, mais la forme de plusieurs édifices a pu être préservée.

    Cette capitale historique s’est épanouie durant treize siècles, de 500 av. J.-C. à 850 de notre ère. On déambule dans cet imposant lieu sacré jusqu’à la galeria de los danzantes, la galerie des danseurs. Les reliefs de ce mur témoignent de l’art de la sculpture datant de 500 à 200 ans av. J.-C. Au début, il était dit qu’il s’agissait de figures humaines en train de danser. Ce sont en fait des personnages masculins nus, la plupart sont obèses avec un nez proéminent. Ils seraient issus de la culture olmèque. La nouvelle interprétation veut qu’il s’agisse de chefs de village capturés et sacrifiés. De là les yeux fermés et les mains et pieds démembrés. Certains sont mêmes castrés, probablement un rituel destiné à la divinité de la fertilité.

    Crédits: Dr
  • Les insectes font partie de la cuisine mexicaine depuis l’époque précolombienne. A Oaxaca, la sauterelle (appelée « Chapulin ») fait partie des espèces comestibles les plus en vue. 

    Crédits: Dr
  • La région de Oaxaca produit l’eau-de-vie mexicaine appelée mezcal. Cet alcool dont le degré oscille autour des 40 degrés est encore produit par de nombreux paysans pour leur propre consommation durant des mariages, naissances ou enterrements. 

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Le temple de Santo Domingo est situé dans la rue Alcala. Ce bâtiment catholique regorge de richesses baroques, de stucs et de dorures. La construction du complexe commença en 1570 sur un terrain donné aux Dominicains par la municipalité de Oaxaca de Juarez en 1550. 

    Crédits: Dr
  • A six heures de route de d’Oaxaca se trouvent les plus belles plages de la région, à savoir celles de Mazunte, l’une des perles du Pacifique, ou encore Puerto Escondido et Puerto Angel. Non loin des superbes plages, on trouve des plantations qui produisent un des meilleurs cafés du Mexique, le Pluma Hidalgo.

    Crédits: Dr
  • « La galeria de los danzantes », la galerie des danseurs se trouve sur le site préhistorique de Monte Albán. Les reliefs de ces grandes pierres représentent des hommes en train de danser et témoignent de l’art de la sculpture datant de 500 à 200 ans avant Jésus-Christ. En y regardant de plus près, les spécialistes ont compris qu’il s’agissait en fait de personnages mutilés par les Zapotèques. Ces derniers auraient torturé leurs ennemis en mutilant leurs membres avant de les sacrifier.

    Crédits: Dr
  • Lors des fêtes traditionnelles, les habitantes de la capitale de l’Etat de Oaxaca au Mexique revêtent ces mêmes tenues que la talentueuse Frida Kahlo aimait tant peindre et porter avec fierté.  

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Assise sur un banc, une jolie femme aux cheveux de jais traditionnellement tressés grignote des sauterelles grillées. Elle tend, amusée, le sachet et insiste : « Essayez, c’est une spécialité locale riche en protéines. Elles sont relevées au chili, citron vert et agrémentées d’une pointe d’ail. » Lâchement, on lui promet de les goûter… une prochaine fois.

A mi-chemin entre les rivières Jalatraco, Atoyac et le Cerro del Fortín et presque aux pieds du site archéologique préhispanique de Monte Albán, Oaxaca de Juarez s’étend au cœur d’un vaste haut plateau, entre les chaînes de montagnes abruptes de la Sierra Madre del Sur. Fondée en 1529 dans cette vallée occupée jadis par un groupe d’Indiens zapotèques, la ville coloniale s’est développée pour devenir la capitale de l’Etat d’Oaxaca au Mexique avant de se retrouver classée en 1987 au patrimoine de l’humanité par l’Unesco.

L’engouement provient de l’ambiance paisible et de l’esprit provincial qui se dégagent de la place centrale, appelée El Zócalo. Pas moins de 1200 monuments inventoriés ponctuent la balade. On arpente les ruelles piétonnes tout en appréciant les façades colorées des maisons patriciennes qui possèdent, pour la plupart, un patio ombragé. Le plan en damier de la ville est un bon exemple d’urbanisme de la période coloniale espagnole.

Le chaland déambule d’une église baroque à une autre. Leur point commun ? Un décor exubérant fait de dorures et de stucs. Pas d’immeubles ici: la zone sismique l’interdit. On rejoint la place de l’Alameda Leon où se trouve le parvis de la cathédrale. « Tout le monde pense que le tremblement de terre qui est survenu en août dernier a détruit notre capitale, mais elle a été épargnée, ce sont certains villages avoisinants qui ont été touchés », précise un commerçant de bijoux. 

Les marchés servent de vitrines au travail artisanal des villages voisins. Depuis plus de 1500 ans, les Olmèques, les Zapotèques et les Mixtèques se sont succédé sur ces terres, laissant derrière eux un héritage folklorique. Ainsi, déjà à l’époque des Zapotèques, des tissus à base de fibres d’agave étaient produits en quantité tandis que le coton habillait les élites. Les chemises et robes finement brodées s’ornent de motifs aux couleurs chatoyantes et aux formes géométriques avec parfois encore des symboles de ces civilisations anciennes.

Direction le restaurant Chilhuacle Rojo. José Luis Diaz a sillonné les capitales du monde pendant plus de deux ans pour y découvrir leurs richesses culinaires. Aujourd’hui, la cuisine que sert le chef reste teintée de ces souvenirs aux saveurs diverses. Il la définit comme de la « haute gastronomie pauvre » puisqu’il s’approprie les matières premières de ses ancêtres à l’instar du frijol, ce haricot noir typique, du maïs ou du cacao qu’il manipule pour en faire un produit raffiné: « Vous mangez bien du foie gras ! » rigole-t-il avant de nous tirer par la manche. 

José Luis nous servira de guide pour visiter le marché local appelé « 20 de Noviembre ». La capitale est réputée pour l’excellence de sa cuisine, considérée comme la meilleure du pays. On passe d’un étal à un autre découvrant l’élément phare du mole, le plat régional. Le chili, une fois séché, se déguste noir, rouge ou jaune. Un peu plus loin, une poignée de cacao dans la main, le voilà en plein cours d’histoire : « A l’époque des Zapotèques, le chocolat s’utilisait lors de cérémonies religieuses, il octroyait aussi un supplément d’énergie. Il se dégustait avec de la vanille et du chili avant l’arrivée des Espagnols. Ces derniers rajouteront le sucre pour atténuer l’amertume. »

On traverse le « paseo del humo », qui signifie le passage de la fumée. Des grils se succèdent sur lesquels dorent des tranches de viande, de chorizo, d’abats. Des tables sont dressées rudimentairement. Pour commander ses tacos, il faut frapper fort dans ses mains trois ou quatre fois pour que la vendeuse arrive avec son panier rempli de ces délicieuses galettes fines de farine que l’on s’empresse de tartiner de sauce pimentée avant de les fourrer de légumes marinés et de tranches d’avocat frais.

A l’extérieur, les fruits exotiques se dégustent avec une giclée de limette ou sous forme de jus. On peut le dire: la cuisine mexicaine est un feu d’artifice de senteurs et de saveurs qui s’arrose souvent de mezcal, cette eau-de-vie produite dans la région.

On quitte le haut plateau en descendant vers la région tropicale pour une balade sur la plage. Direction Puerto Escondido et ses plages prisées des surfeurs qui tiennent en équilibre sur la crête de vagues colossales. Un lieu magique à moins de six heures de voiture. La région attire aussi les aficionados de la bonne cuisine. La région est également connue pour ses plantations fondées entre 1872 et 1874, qui produisent un des meilleurs cafés du Mexique, le Pluma Hidalgo.

Sur les plages paradisiaques de Mazunte, l’une des perles du Pacifique située à mi-chemin entre Puerto Escondido et Puerto Angel, les tortues marines viennent pondre chaque année leurs œufs. Il n’y a pourtant pas si longtemps, au milieu du XXe siècle, leur chair et leurs œufs étaient vendus auprès des communautés voisines. A la suite de l’interdiction de la chasse en 1990, les alentours de Mazunte sont devenus un modèle de respect de l’environnement avec une multitude de projets d’écotourisme et de protection de la nature.

De fait, on vient désormais pour les observer et ce dans un silence monacal. Cet éden s’inscrit diamétralement à l’opposé du strass et des paillettes de Cancún ou d’Acapulco. Ici, on se reconnecte avec mère Nature. Et du sommet de Punta Cometa, point le plus méridional de l’Etat de Oaxaca, on apprécie les levers et couchers de soleil sur l’océan. 

Eileen Hofer
Eileen Hofer

JOURNALISTE ET CINÉASTE

Lui écrire

Née en 1976 à Zurich. Études en Lettres. 2003: Post-grade en histoire du cinéma. A travaillé comme attachée de presse pour deux festivals de film. Depuis 2005, elle travaille comme journaliste et cinéaste. Elle lance un blog éphémère eileenexpresso.com en juin 2015. L'occasion de croquer ses voyages, raconter ses rencontres.

Plus de sujets sur eileenexpresso.com

et

www.facebook.com/eileenexpresso

Du même auteur:

Chris Hemsworth un acteur sexy aux superpouvoirs
Les derniers boosters anti-âge

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."