Bilan

L’excès d’hygiène nous rend malades

De plus en plus d’enfants citadins souffrent d’allergies chroniques. Pour doper leur immunité, il faudrait les laisser se salir, côtoyer des animaux et utiliser moins de produits désinfectants.
  • Les enfants qui grandissent dans des fermes souffriraient deux fois moins d’allergies que les autres.

    Crédits: Jill Tindall/Ambre Haller/Getty Images
  • Bain de boue. Et en plus, c’est bon pour la santé!

    Crédits: Jill Tindall/Ambre Haller/Getty Images

Sommes-nous trop propres? Au fil des siècles, l’hygiène n’a pas toujours été au cœur de nos priorités. Si les Grecs et les Romains de l’Antiquité honoraient Hygié et Panacée, déesses de la propreté et des soins, la population de l’Europe médiévale, quant à elle, avait depuis longtemps perdu l’habitude de ce culte. Selon la rumeur, l’expression «jeter le bébé avec l’eau du bain» serait née en ces temps troubles où nos ancêtres effectuaient leur toilette le même jour, dans la même cuve. Le maître de maison jouissait alors du privilège d’étrenner l’eau propre. Suivaient ses fils, les femmes, et les enfants. Lorsque venait enfin le tour du bébé, l’eau était si sale qu’il pouvait s’y perdre ou pire, être jeté «avec l’eau du bain».

De nos jours, nos têtes blondes ne barbotent plus dans des eaux crasseuses. Elles grandissent à l’abri des microbes, dans des environnements urbains aseptisés. Un mode de vie qui leur est pourtant nuisible. Pour le chercheur londonien David Strachan, l’excès d’hygiène dans la petite enfance favorise l’émergence des maladies allergiques, auto-immunes et inflammatoires. Insuffisamment exposés aux corps étrangers et autres agents pathogènes, les enfants citadins développent en effet des systèmes immunitaires qui réagissent de manière exagérée à certains éléments inoffensifs tels que le pollen. En Suisse, ils seraient plus de 35% à souffrir d’allergies. La saleté, véritable rempart contre les maladies? Décryptage.

La santé est dans le pré

Des études montrent que les enfants d’agriculteurs qui grandissent au milieu des vaches, du foin, de la paille, des plantes, du fumier et des insectes souffrent deux fois moins d’allergies que les autres. «Les microbes sont omniprésents dans une étable, explique Erika von Mutius, pédiatre et professeur en immunologie. La paille et le foin contiennent en outre une grande variété de moisissures et de bactéries. Ce cocktail agit positivement sur le corps. Plus l’environnement microbiologique est riche, plus le risque d’asthme et d’allergies est faible.»

Comment doper le système immunitaire du petit citadin sans pour autant transformer sa chambre en écurie? Simplement en l’autorisant à dormir avec son quatre-pattes, répondent certains. En effet, la présence d’un animal, même domestique, dans la chambre à coucher diminue de 79% les chances d’avoir de l’asthme, selon une étude effectuée sur 2500 nourrissons pendant dix ans.

Par ailleurs, l’Université Louis-et-Maximilien de Munich a mené une étude sur mille femmes enceintes qui ont renseigné les chercheurs sur l’alimentation de leurs enfants à intervalles d’une semaine au cours de
la première année de vie. Les résultats montrent que les bébés nourris au lait cru provenant de la ferme seraient moins vulnérables aux maladies pédiatriques infectieuses courantes, comme les infections respiratoires. Les chercheurs préconisent cependant la consommation de lait pasteurisé ou ultrapasteurisé (UHT), le lait de vache non traité comportant des risques pour la santé des nourrissons. Une bonne alternative au lait cru peut être la consommation de probiotiques. En effet, selon certaines études, les Lactobacillus stimulent le système immunitaire et renforcent les défenses naturelles. Les enfants qui en prendraient quotidiennement verraient leur risque d’eczéma baisser de 58%.

Autre moyen de doper l’immunité des bambins: les laisser se salir, gratter la terre, et même manger leurs crottes de nez! En effet, un biochimiste de l’Université du Saskatchewan au Canada affirme que manger son mucus permet aux enfants d’introduire des microbes pathogènes dans leur organisme, ce qui leur sert de vaccination naturelle.

L’avantage des grandes familles

Laver régulièrement la vaisselle à la main permettrait également d’améliorer les défenses de notre progéniture. Selon une récente étude conduite par des chercheurs de l’Université de Göteborg auprès de 1029 enfants de 7 à 8 ans, l’utilisation du lave-vaisselle augmente le risque d’allergies telles que l’asthme, l’eczéma ou encore la rhinoconjonctivite chez les enfants. La vaisselle lavée
à la main contient en effet plus de microbes, ce qui stimule leur système immunitaire. 

De manière générale, les experts déconseillent l’utilisation accrue des produits ménagers antibactériens et désinfectants qui favorisent la croissance de bactéries dangereuses. Le savon et l’eau chaude suffisent parfois amplement.

Enfin, multipliez-vous. Les enfants issus de grandes fratries ou fréquentant les crèches sont davantage exposés aux virus et bactéries échangés avec leurs frères et petits camarades. Ils développent donc une meilleure immunité que les enfants uniques, élevés en vase clos.

Castilloamanda2018 Nb
Amanda Castillo

Journaliste

Lui écrire

Amanda Castillo est journaliste freelance. Elle collabore régulièrement avec plusieurs médias dont Bilan et Le Temps. Ses sujets de prédilection: le management et le leadership.

Du même auteur:

Les hommes rêvent de jeunesse éternelle
La longue série noire de la famille royale espagnole

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."