Bilan

L’ex-roi de la disco se lance dans l’import de grands vins

Ancien propriétaire du Arthur’s Club, Dominique Mottas s’est associé à Michel Reybier pour créer la holding RMD, qui propose déjà plus de 2600 références.

Dominique Mottas tient entre les mains un whisky Bowmore datant de 1957 et valant plus de 300 000 francs.

Crédits: Dr

Dominique Mottas est connu à Genève pour avoir été le roi de la disco. C’est lui qui a ouvert en 1989 l’Arthur’s Club à Meyrin (GE), plus grand établissement de nuit de Suisse, ensuite revendu au groupe Partouche en 2002 (Casino du Lac).

Lire aussi: Les recettes du commerce de détail alimentaire ont légèrement progressé en 2016

Le Fribourgeois, toujours à la tête de nombreuses entreprises dans les secteurs de la restauration et du vin, s’est associé l’an dernier à Michel Reybier, propriétaire du groupe La Réserve. Les deux hommes d’affaires ont fusionné leurs sociétés, Arthur’s Cellar International et Vins & Privilèges, pour créer la holding RMD. Avec un capital de cinq millions de francs, son ambition est d’en faire l’une des plus grandes entreprises d’importation de vins, champagnes et spiritueux en Suisse.

La société, qui emploie une vingtaine de personnes, propose déjà non moins de 2600 références, principalement des grands crus classés, mais aussi des vieux millésimes, des bouteilles de collection – l’entreprise a présenté un whisky de 1957 au public début novembre, un Bowmore valant plus de 300'000 francs – ainsi que des étiquettes provenant de Suisse et d’ailleurs.

Nouvelles acquisitions de domaines en vue

La société, qui déménagera prochainement au 30, rue du Rhône (GE), ravitaille déjà en crus tous les établissements du groupe Aevis Victoria – les restaurants des Cliniques Genolier et des cinq hôtels
de la Victoria Jungfrau Collection – dont Michel Reybier est coactionnaire avec Antoine Hubert. 

Par ailleurs, déjà propriétaire de Cos d’Estournel à Bordeaux, l’homme d’affaires français étudierait avec son nouvel associé fribourgeois la possibilité d’acquérir de nouveaux domaines en Bourgogne, en Italie et peut-être en Suisse. «Nous avons une vision du business identique et la même volonté de donner une dimension internationale à notre entreprise», souligne l’épicurien qui précise que tous deux sont actionnaires chacun à 50% de la nouvelle société. 

Dominique Mottas n’avait même pas 18 ans lorsqu’il est devenu, malgré lui, restaurateur, propriétaire d’une discothèque et distributeur de vins. En effet, il exploite, adolescent, un petit club dans le village d’Arnex-sur-Orbe (VD), nommée Cash Box, qui attire rapidement tous les jeunes de la région boudant les bals de campagne trop populaires. L’établissement, au départ réservé à un cercle privé d’amis, devient rapidement un lieu incontournable. «La banque, alors propriétaire de l’immeuble, a proposé un jour de me faire crédit afin de reprendre tout l’immeuble dont un restaurant doté d’une magnifique cave à vins.» Pari accepté grâce à son père qui se porte garant.

Deux restaurants à Genève

Cependant, ne connaissant pas grand-chose aux délices de Bacchus, le jeune homme revend des lots de Mouton Rothschild et autres grands crus classés de bordeaux à des prix bien en dessous du marché. «Les clients venaient de loin pour m’acheter du vin», se rappelle-t-il en riant. C’est ainsi qu’il se lance dans le commerce du vin, business qu’il développera tout au long de sa carrière à travers différentes sociétés d’importation (Vinurba, Arthur’s Cellar), des restaurants et des bars (Willi’s Wine Bars). 

Toujours propriétaire du lounge bar Arthur’s Rive Gauche, Dominique Mottas possède aussi deux restaurants Wine and Beef à Genève, dont il souhaite développer le concept dans toute la Suisse: de la viande de qualité accompagnée de crus au verre. Il est encore actionnaire de wiine.me, start-up qui propose des cours d’œnologie, des événements et des abonnements découverte autour du vin.

Lire aussi: Connaître le vin suisse pour mieux l’apprécier

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."