Bilan

L'art du vol

Damien Hirst vient de se faire barboter deux estampes à Londres. Pas de quoi mettre en émoi le marché de l'art qui en a vu d'autres. Petit tour de ces œuvres qui parfois se dérobent.
  • "La salière de Benvenuto Cellini": retrouvée. Lorsque le plus grand roi de son époque demande au plus grand sculpteur de son temps une salière, le résultat doit épater forcément. La salière de François 1er, exécutée entre 1539 et 1543 par Benvenuto Cellini, est donc en or massif. Un bon poids de métal précieux qui représente Cybèle, déesse de la terre, faisant du pied à Neptune, dieu de la mer, et qui se déplace sur des roulettes en ivoire. Offerte par Charles IX à l'archiduc Ferdinand de Tyrol en 1571, elle est depuis conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne. C'est là qu'elle est dérobée dans la nuit du 10 au 11 mai 2003. En janvier 2006, elle est retrouvée enfermée dans une caisse en plomb dans un bois situé à 90 kilomètres de la capitale autrichienne. Elle est estimée à 60 millions d'euros.
  • "Le chemin de Sèvres" par Jean-Baptiste-Corot: détruit. En 1998, Stéphane Breitwieser détache ce paysage champêtre signé Corot de sa cimaise du Louvres. L'Alsacien n'en est pas à son coup d'essai. Entre 1995 et 2001, il est responsable du vol de 239 oeuvres à travers toute l'Europe. Celui que la presse surnomme "l'Arsène Lupin des musées" avoue un faible pour l'école flamande du XVIe siècle. Condamné à quatre ans de prison en 2001, il expliquera avoir succombé à ses pulsions de collectionneurs. Un amateur bizarrement éclairé qui se servait là où la sécurité faisait défaut. A l'annonce de son arrestation, Mireille, sa mère, décida de détruire les tableaux volés en les balançant dans le canal Rhin-Rhône. "Le chemin de Sèvres" ferait partie du massacre. Une centaine d'oeuvres sera quand même sauvée des eaux, à peu près intactes.
  • "La Joconde" de Leonard de Vinci: retrouvée. Le 21 août 1911, Vincenzo Perrugia, un nationaliste italien qui réclame le retour de la Joconde dans son pays d'origine, se laisse enfermer dans le Louvres et en ressort avec le tableau caché sous son manteau. Pendant deux ans, on a cru Mona Lisa définitivement perdue pour l'humanité. Pendant deux ans, Perrugia la garde en fait sous son lit, cachée dans le double fond d'une valise. En 1913, il tente de revendre la toile à un marchand florentin qui déclenche l'alerte. Arrêté, Perrugia écopera de 18 mois de prison. Le tableau retourne en France l'année suivante à bord d'un train spécialement affrété pour l'occasion.
  • "Le Cri" d'Edvard Munch: retrouvé. L'oeuvre la plus connue du peintre norvégien, celle qui tend à résumer toute son oeuvre, attise les convoitises. En 1994, Le Cri conservé par la Galerie Nationale d'Oslo, est emporté. Ses ravisseurs proposent de l'échanger contre une rançon de 1,2 million de dollars. Une descente de police organisée quatre mois plus tard conclura favorablement l'affaire. En 2004, c'est la version la plus célèbre du Cri, celle du Musée Munch d'Oslo qui est barbotée lors d'une attaque à main armée dont les images prisent par les caméras de surveillance feront le tour du monde. Soupçonnée d'avoir été brûlée, l'oeuvre est finalement retrouvée le 31 août 2006.
  • "Le garçon au gilet veste rouge" de Paul Cézanne: retrouvé. Emil Georg Bührle est Zurichois, a fait fortune dans l'armement et collectionne les artistes du XIXe, Fauves et Impressionistes, notamment. En 1960, ses enfants ouvrent la Fondation Bührle qui expose les 200 chefs-d'oeuvre réunis par leur père qui constituent un ensemble quasi unique en Europe. Le 10 février 2008, quatre peintures sont dérobées en plein jour. Quatre toiles majeures de la collection - l'une des quatre version du "garçon au gilet rouge" de Paul Cézanne, "Ludovic Lepic et ses filles" d'Edgar Degas, "Champ de coquelicots près de Verneuil" de Claude Monet et "Branches de marronniers en fleurs" de Vincent Van Gogh - s'égarent dans la nature. La valeur totale du casse est alors estimée à 180 millions de francs suisses. Le Van Gogh et le Monet seront découverts une semaine plus tard dans une voiture garée près de la Fondation. Le Degas et le Cézanne (valant à lui tout seul 91 millons de franc suisses) réapparaîtront en Serbie en 2012.
  • "Portrait de Jacob de Gheyn III" par Rembrandt: retrouvé. Le Portrait de Jacob de Gheyn III est un joli tableau. Une toile signée Rembrandt représentant un graveur de l'Age d'or de la peinture hollandaise. Mais pas de quoi pour autant se rouler par terre. Depuis 1996, c'est pourtant l'oeuvre la plus volée au monde. Quatre fois en tout. Au point qu'on lui a donné le surnom de "Takeaway Rembrandt". A chaque fois la toile a été retrouvée, parfois avec ses voleurs, parfois sans - dans une consigne à bagage, sur un banc ou accrochée à l'arrière d'un vélo - pour être restituée à la Dulwich Picture Gallery de Londres où elle est toujours exposée.
  • "Le concert" de Johannes Vermeer: perdu. Le 18 mars 1990, l'Isabelle Stewart Gardner Museum de Boston est cambriolé. Le butin est affolant. Treize oeuvres - dont trois Rembrandt, des dessins de Degas et de Manet - ont disparu des murs. Sans oublier "Le concert" de Johannes Vermeer, la pièce maîtresse de cette collection ouverte au public en 1903. Le peintre de Delft a peu peint durant sa carrière. Le corpus de son oeuvre compte 34 tableaux à tout casser. Ce qui fait de cette toile datée de 1664, l'oeuvre d'art volée la plus chère du monde. Sa valeur est estimée à 200 millions de dollars. Elle n'a jamais été retrouvée.
  • Damien Hirst vient de se faire voler deux estampes dans une galerie de Notting Hill à Londres. Deux oeuvres imprimées à pois multicolores dont l'artiste a fait l'un des motifs récurrents dans son oeuvre. Pour la police, le voleur visait ces deux travaux en particulier, chacun estimé à 15'000 livres (22'000 francs suisses).

Damien Hirst vient de se faire voler deux estampes dans une galerie de Notting Hill à Londres. Deux oeuvres imprimées à pois multicolores dont l'artiste a fait l'un des motifs récurrents dans son oeuvre.

Pour la police, le voleur visait ces deux travaux en particulier, chacun estimé à 15'000 livres (22'000 francs suisses). Pas de quoi retourner tous les tapis d'Angleterre. Ceci dit le peintre anglais, qui a vu sa cote flancher en quelques années, peut se réjouir dans son malheur: il compte un fan assez culotté pour risquer la prison pour son oeuvre.

Des tableaux volés, il y en a des plus célèbres et des beaucoup plus chers. Le plus souvent retrouvés, parfois égarés dans la nature ou définitivement détruits, il arrive que certains resurgissent soudain de la planque où ils étaient confinés.

Le 8 février 2012, 1406 chefs-d'oeuvre spoliés par le gouvernement nazi du Reich étaient retrouvés cachés dans un petit appartement de Munich. Une goutte d'eau lorsqu'on sait que la base de données d'Interpol recense actuellement 35'000 oeuvres d'art volées à travers le monde, soit la totalité des collections du Louvre.

Antoine Roduit

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Mode in Switzerland
Le plein d’applis

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."