Bilan

L’air du temps est aux vinyles

Les ventes de disques microsillons ne cessent d’augmenter. Jeunes, hipsters ou amateurs de R’n’B partagent maintenant les bacs de vinyles des disquaires avec les quinquas.
  • Déclinée à plus de 350 versions vinyles différentes, cette édition originale a fêté ses 50 ans il y a quelques jours.

     

    Crédits: Huc/Broquet
  • La platine bluetooth Elipson Omega 100 BT, une première mondiale pour la France.

    Crédits: Dr
  • Une variante prisée: le picture disc (avec une image). Ici, par les White Stripes.

    Crédits: Dr
  • White Album

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Une journée des disquaires instaurée en rendez-vous annuel, des espaces de vente créés en grande surface, de nouveaux magazines qui paraissent, des bourses quasi chaque week-end en Suisse, des prix qui ne cessent de grimper pour les pièces recherchées, la chanteuse Adele qui dépasse le million d’albums vendus… L’air du temps est aux vinyles, c’est sûr. Conseils de passionné pour débuter dans cette jungle aux sons si chauds.

Quelle platine choisir?

Oublions les platines hors de prix qui raviront les mélomanes mais qui ne peuvent fonctionner dignement qu’avec une chaîne hi-fi de même qualité. Oublions aussi le début de gamme que l’on trouve dans tous les supermarchés. Pour moins de 150 fr., tout est dit.

Ressortie il y a une année, la Technics  SL 1200 G, réédition de la platine culte du même nom de 1972, a déjà une petite sœur en ce début d’année avec une version 1200 GR au prix fort abordable. Environ 1500 fr. pour ce petit bijou sonique qui aura servi des générations entières de DJ. Entraînement central et matériau dernier cri, elle est inusable. Une chaîne hi-fi est tout de même nécessaire pour en profiter pleinement.  

Pour un budget plus bas, il vaut la peine de s’intéresser à ces nouvelles platines qui proposent depuis l’hiver passé une connexion Bluetooth permettant avec leur préampli intégré de se loguer directement sur une enceinte aux mêmes fonctions. Seul bémol à cette technique, la numérisation du son, un son qu’il faut absolument écouter avant l’achat. Mais, par contre, on retrouve, comme avec un vieux mange-disque, la possibilité et le plaisir d’écouter un vinyle dans son jardin. Une offre qui va de 250 à 600 francs avec des modèles comme l’Audio Technica LP 60 BT ou la française Elipson Omega 100 BT. 

Où acheter ses disques?

Si les magasins spécialisés et les brocantes ne sont pas rares en Suisse romande, il faut profiter aussi de l’engouement récent pour les bourses aux disques qui envahissent les salles des fêtes des principales villes de nos cantons. Avec chaque fois au moins une vingtaine de vendeurs spécialisés dans le vinyle, il est difficile de ne pas y trouver son bonheur, à des prix souvent fort corrects.       

Par contre, pour dénicher à l’étranger le magasin de disques incontournable, deux sites proposent un recensement quasi exhaustif des petites et grandes échoppes spécialisées dans la vente de disques (vinyle et CD): Vinylhub et recordstores.love.

Deux adresses qui remplacent le défunt recordjunkie et qui vous permettront de vous promener intelligemment dans toutes les capitales du monde, de Delémont à Bangkok, à la recherche du graal.  

Quels disques acheter?

Les grands et petits labels pressent à nouveau aujourd’hui tous les succès d’antan. Avec souvent un souci de qualité tant dans le pressage lui-même – audiophile, 180 g – que dans la pochette ou même les inserts de l’époque, fidèlement reproduits. Les noms à retenir: Lights in the Attic, Music on Vinyl, Rhino ou Third Man de Jack White. Seul bémol: des enregistrements qui n’ont pas toujours une origine analogique.

Si votre profil penche plutôt pour l’exploration des bacs à soldes ou occases et l’envie de faire de bonnes affaires, le début des années 1990 regorge de pépites rares dissimulées entre Iglesias et James Last. Des disques au tirage déjà limité lors de leur sortie (en pleine extension du CD, les labels avaient laissé tomber les pressages vinyles) qui valent maintenant 10 fois leur prix avec, entre autres, Bowie, Dylan ou Prince. 

Dernier conseil, pour éviter toute arnaque à l’achat d’un disque de collection ou pour faire de bonnes affaires, le site Discogs vous donne absolument tous les indicateurs de prix de chacun des disques sortis sur cette planète depuis la création du disque ainsi qu’un accès à des millions de pièces en vente à travers la planète. Un must absolu qui vous aidera aussi à vous faire une idée des trésors ou navets qui remplissent vos étagères…

Bonne chasse!

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."