Bilan

Jets privés: les riches s'arrachent le Gulfstream G650ER

Le Gulfstream G650ER est désormais homologué par les autorités aériennes américaines. Les ventes peuvent donc débuter pour ce jet privé dont le rayon d'action est le plus étendu au monde.
  • Le Gulfstream G650ER est le jet dont le rayon d'action est le plus élevé au monde, tout en offrant un confort hors-normes.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • La version G650ER augmente encore le rayon d'action du G650 commercialisé par Gulfstream.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • Une capacité d'emport de carburant et des appareillages moins gourmands en kerosène permettent au jet d'augmenter son rayon d'action.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • De nouveaux équipements en matière de sécurité viennent s'ajouter à ceux déjà présents sur la version G650 de base.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • Le G650ER a été présenté au salon EBACE à Genève au printemps.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • Le constructeur aéronautique propose seize versions différentes de base pour l'aménagement intérieur.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation
  • L'air de la cabine est renouvelé intégralement toutes les deux minutes grâce à un système innovant, et la pression dans l'avion est équivalente à une altitude de 4000 pieds quand l'appareil vole à 45'000 pieds.

    Crédits: Image: Gulfstream Aerospace Corporation

L'aéronautique civile est concentrée autour du duopole Boeing-Airbus, avec quelques acteurs secondaires. Mais le marché des jets privés est bien plus ouvert: le français Dassault mène la danse, mais fait face à une concurrence rude représentée par des constructeurs américains (Cessna, Gulfstream), canadien (Bombardier), britannique (Beech Hawker), suisse (Pilatus) ou encore brésilien (Embraer).

Et la rivalité est de plus en plus acharnée sur le haut-de-gamme, où les clients ont des envies de plus en plus extravagantes pour l'aménagement intérieur. C'est sur ce créneau que Gulfstream entend marquer des points avec son G650ER, qui vient d'obtenir l'homologation de la Federal Aviation Administration américaine, après avoir été présenté au salon EBACE à Genève au printemps dernier.

Avec 13'890km de rayon d'action à une vitesse de mach 0,85, «le G650ER va plus loin et plus vite que n'importe quel autre jet d'affaires sur le marché», comme l'affirme Larry Flynn, CEO de Gulfstream Aerospace Corporation. Un soulagement pour cette version améliorée du G650, qui était jusqu'alors le fleuron de la flotte Gulfstream.

1000km de rayon d'action en plus

Avec près de 1000km de rayon d'action de plus que le G650, la version ER (Extended Range) peut aussi embarquer davantage de cargaison: le poids embarqué maximal est de 46'992kg, contre 45'178kg pour la version «de base», afin d'optimiser l'emport de carburant. Quant au prix, la différence est relative: 66,5 millions de dollars pour la version ER, contre 65 pour la version basique.

Pour ce prix, le propriétaire dispose d'un véritable salon volant. En dehors des aménagements particuliers qu'il peut faire installer dans la cabine, l'avion dispose de six à dix-huit places pour les passagers, selon douze plans standards proposés. Avec un niveau de confort rarement atteint jusque là. L'une des innovations réside notamment dans un dispositif de renouvellement de l'air ultra-perfectionné qui garantit aux passagers un air changé à 100% toutes les deux minutes. De quoi éliminer toute sensation olfactive d'enfermement.

Le modèle G650 proposait déjà la cabine la plus longue, la plus haute et la plus large de sa catégorie, ses caractéristiques sont reprises mais avec un perfectionnement au niveau de la pressurisation: les ingénieurs ont mis au point un système qui règle la pression intérieure à l'équivalent de 4060 pieds, quand l'avion vole à son altitude de croisière de 45'000 pieds. Ce qui permet réduit les efforts demandés au coeur et aux poumons des passagers pour oxygéner leur sang. Un gain de bien-être pour les personnes embarquées qui se situe dans le droit fil de la stratégie de Gulfstream visant à proposer un environnement de voyage le plus raffiné possible.

Une app pour régler la cabine

C'est également dans cet esprit que de nombreux équipements de l'avion sont connectés: une app dédiée permet de régler de nombreux paramètres à distance, comme la température à bord, l'éclairage, l'ouverture des seize hublots ou encore les appareils de divertissement. Le propriétaire peut paramétrer et enregistrer ses préférences et les régler ainsi avant d'embarquer pour que tout soit idéalement mis au point quand il monte à bord.

Connexion toujours: le jet dispose de deux liaisons satellite pour relier les occupants de l'avion au sol, pour des communications téléphoniques ou via le web.

Présente dans la cabine, la technologie est aussi mise à contribution pour garantir la sécurité de l'appareil. Système de vision amélioré pour les pilotes, Head-Up Display pour permettre à l'équipage de voir les informations de vol sans quitter l'extérieur du regard, ou encore d'autres équipements pour la météo ou les avertisseurs de proximité du sol ou de collision au roulage.

Au final, le constructeur américain propose un bijou en matière de technologie et de confort. Et les clients potentiels sont déjà séduits: Ralph Lauren et Oprah Winfrey feraient partie des personnalités ayant passé commande de l'appareil. Après la présentation à Genève au printemps, les échos avaient été très positifs et il sembleraient que les commandes soient au rendez-vous. Les livraisons devraient débuter entre 2016 et 2017.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."