Bilan

Je médite donc j’apprends mieux

Face au stress du quotidien, la méditation est recommandée à tout un chacun pour améliorer son bien-être physique et psychique. Les adeptes sont de plus en plus nombreux.
  • La méditation atténue grandement le risque de burnout.

    Crédits: Westend61/getty images
  • L’important, selon Jean-Philippe Jacques, c’est de méditer un peu tous les jours. 

    Crédits: Pierre Abensur

Le travail, les réseaux sociaux à alimenter, un déluge d’e-mails, de WhatsApp, de messages à gérer, avec une vie sociale à maintenir, du sport à pratiquer et des enfants à éduquer. Face à ce stress permanent au quotidien, méditer quelques minutes par jour apporterait des bénéfices sur la santé en général, mais plus particulièrement sur l’état dépressif, l’anxiété et les douleurs. 90% du stress serait même évacué juste en respirant, explique Aurore Bui, praticienne pour enfants.

Lire aussi: Méditer en entreprise : Pour retrouver du sens et créer le monde (du travail) de demain

Mais la méditation ne booste pas seulement l’humeur, elle a aussi des effets plus profonds. Elle réduit, en effet, l’agitation, permet de mieux se concentrer et d’apprendre de manière plus efficace. «Elle offre une capacité à se focaliser sur une activité, à prendre des décisions plus justes, à être plus créatif et tourné vers l’innovation», confirme Jean-Philippe Jacques, fondateur de Ressource-Mindfulness, entreprise qui propose des ateliers, conférences et activités autour de la méditation. Cette pratique aide aussi à transformer les pensées négatives en pensées positives, soulage les migraines et atténue d’éventuelles attaques de panique. Elle permettrait même de réduire ses visites chez le psy.

Quelques minutes suffisent pour améliorer l'hygiène de vie

Pour toutes ces raisons, la pratique se démocratise de plus en plus dans un monde où le burnout est presque devenu banal. Sans compter qu’elle n’est pas exclusive. Au contraire, la méditation est destinée à tout le monde: hommes d’affaires, cadres, employés, médecins, avocats, politiciens, rock stars, femmes au foyer, enfants ou encore ados. Nul besoin d’être adepte d’une quelconque religion ou d’une philosophie pour pratiquer le «mindfulness», même s’il intègre un mode de vie qui consiste à vouloir «prendre soin de soi».

En réalité, les nouveaux adeptes se lancent dans cette pratique souvent après une rupture – naissance d’un enfant, divorce, licenciement, maladie – dans le but de se prendre en main. Au final, «chacun peut faire de la méditation s’il arrive à mobiliser sa capacité mentale, explique Jean-Philippe Jacques. Le secret est d’être régulier. Peu importe le temps qu’on y passe, il faut juste méditer tous les jours.

Lire aussi: La méditation: 30 minutes de bonheur au travail

Ainsi, quelques minutes suffisent parfois pour améliorer son hygiène de vie. L’offre de nombreuses applications mobiles, mais également les conférences, livres, blogs, séminaires, coaches en entreprise aident ainsi à s’octroyer cet espace de liberté afin d’apprendre à déconnecter au milieu de la confusion générale.

Dans la même veine, Jean-Philippe Jacques a fondé la plateforme Connexion Pleine Conscience qui organise durant tout le mois de novembre des conférences online quotidiennes d’experts en méditation. Alexandre Jollien, Matthieu Ricard, mais aussi Fabrice Midal ou Sébastien Henry ont accepté de donner quelques clés pour pratiquer au mieux. De nombreux thèmes seront abordés lors de ces 39 conférences, parmi lesquelles «Comment combattre la dépression grâce à la méditation», «S’alimenter et méditer», «Accompagner les enfants avec la méditation» ou encore «Faire l’amour en pleine conscience». 

Comment méditer?

Contrairement aux idées reçues, la méditation ne consiste pas forcément à s’asseoir pendant des heures sans rien faire. Elle peut être pratiquée n’importe où, à n’importe quel moment de la journée. Que l’on soit à l’arrêt de bus, sous sa douche, en train d’attendre un ami au restaurant ou encore en face de son ordinateur, il suffit de prendre conscience du moment présent avec discernement. De débrancher un moment durant sa journée en quelque sorte, et d’apprendre à s’écouter. 

Ainsi, plutôt que de maugréer pour quelque raison, la méditation consiste à se concentrer sur un objet ou sur sa respiration afin de chasser ses pensées vagabondes. «Prendre conscience du moment présent, se concentrer sur sa respiration et, si possible, faire un «scan corporel», soit passer mentalement en revue toutes les parties de son corps», explique Aurore Bui.

On essaie ainsi d’observer ses tensions, ses zones de faiblesse ou ses crispations. «Il faut accepter la douleur si l’on veut aller mieux et la faire passer au second plan», explique la praticienne qui ne nie pas pour autant que cela peut prendre du temps. 

Basée sur la psychologie positive et les neurosciences, la méditation permet, en somme, de prendre conscience des bonnes choses qui nous entourent. «Le système nerveux autonome régule la sécrétion d’adrénaline et de cortisol», explique Jean-Philippe Jacques, également docteur en pharmacie et en biologie moléculaire.

«En étant positif, on donne un signal à notre cerveau qui nous permettra d’être à la fois plus détendu et plus attentif.» La méditation permet de dégager de l’espace mental pour faire des choses positives, d’être plus empathique et, au final, plus heureux!

Lire aussi: La méditation séduit les grands patrons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."