Bilan

Immobilier haut de gamme: les prix se tassent

Il arrive toujours un jour où les arbres arrêtent de grandir! Les prix des objets de luxe ont enregistré un certain repli ces derniers mois. Mais cette tendance doit être mise en parallèle avec les niveaux atteints. Explications.

  • Un bien de luxe coûte en moyenne plusde 12 000 francs le m2 à Verbier..

    Crédits: awl-images.com
  • ... contre 9000 francs le m2 à Crans-Montana...

    Crédits: Olivier Maire
  • ... et 14 000 francs le m2 à Gstaad.

    Crédits: Dr

Ces derniers trimestres, le Swiss Real Estate Bubble Index que publie UBS a relevé l’atterrissage en douceur des biens en propriété. Cet indice de bulle immobilière a aussi souligné que les objets de luxe avaient connu des corrections de prix plus conséquentes que le reste du marché.

La banque helvétique vient aussi d’effectuer une telle analyse au plan mondial en comparant 20 métropoles des pays développés. Le verdict est parlant: à l’aune de villes telles que Hongkong, Londres ou Paris, les prix des biens immobiliers à Genève sont modérément surévalués. Mieux: à l’ombre du jet d’eau, les valorisations sont maintenant proches de leur juste valeur et les prix restent sous une légère pression à la baisse.

Il y a luxe et luxe

Avant de détailler ces données, il importe toutefois de clairement planter le décor: comment définir l’immobilier de luxe? Comme souvent dans le domaine, la composante régionale joue un rôle important: à Genève, sur l’arc lémanique et dans les stations huppées (Verbier, Crans-Montana, mais aussi Gstaad qui attire tout de même beaucoup de Romands), cette catégorie démarre à environ 4 millions de francs pour une maison individuelle ou un chalet et à 3 millions pour un appartement.

 Dans la part inférieure de ce segment, un tassement des prix a pu être observé pratiquement dans toutes les régions concernées. A Genève et sur certaines expositions privilégiées du lac Léman, on connaît des objets d’exception ou de grand luxe, qualifiés en interne de «jumbo deals», où la barre d’entrée commence à 10 millions et n’a pratiquement pas de limite.

Une part d’émotionnel

Les statistiques de la banque montrent qu’au bout du lac, ces biens d’exception – qui représentent moins de 2% des prêts hypothécaires – ont fortement crû en volume des prêts octroyés (+24%) du fait d’un plus grand nombre d’objets financés. En revanche, dans la région nyonnaise, les engagements ont un peu régressé (-6%).

 Lorsqu’on y réfléchit plus avant, ce genre de variation n’est guère étonnant: pour une villa de maître ou un (petit) château négocié autour d’une vingtaine de millions de francs, c’est l’émotionnel plus que le rationnel qui préside à la fixation du prix définitif. Et là, l’écart peut vite se chiffrer à deux ou trois millions…

Panorama des stations

Spécialiste de l’immobilier au sein de la recherche d’UBS, Thomas Veraguth a, avant l’été, quantifié le niveau des prix des résidences secondaires. A Verbier, il faut tabler sur un tarif supérieur à 12 000 francs le mètre carré, qui monte jusqu’à 14 000 francs en moyenne à Gstaad. A Crans-Montana, le niveau est déjà nettement plus bas (9000 fr./m2), tout comme à Villars-Gryon - Les Diablerets (8000 fr./m2). Avec une tendance assez générale au recul.

 Toutefois, une fois encore, cette baisse s’inscrit dans un contexte de prix de (très) haut niveau. De quoi rappeler la sagesse populaire: un jour, les arbres arrêtent de grandir. Même dans le haut de gamme!

* Directeur régional, UBS Genève

Jean-François Beausoleil*

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

La conjoncture porte la location de bureaux

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."