Bilan

Gstaad s'offre un cinq-étoiles XXL

Marcel Bach et Jean-Claude Mimran ont investi plus de 300 millions dans The Alpina, qui vient d’ouvrir ses portes. Le résultat est éblouissant.
  • The Alpina Gstaad propose des appartements et soixante chambres d’hôtel. Crédits: Dr
  • The Alpina Gstaad propose des appartements et soixante chambres d’hôtel. Crédits: Dr
  • The Alpina Gstaad propose des appartements et soixante chambres d’hôtel. Crédits: Dr
  • The Alpina Gstaad propose des appartements et soixante chambres d’hôtel. Crédits: Dr

La suisse a toujours construit de beaux paysages autour de ses hôtels. The Alpina Gstaad confirme. Le cinq-étoiles vient d’ouvrir ses portes sur la colline d’Oberbort, proche du palace mais un lacet plus haut. Arrivée en sous-sol, un giratoire orné d’un sapin recouvert de neige, une lucarne ouvrant sur le ciel.

Vaste réception où, surprise, nous accueille Paolo Delvai, l’ancien homme aux clés d’or du Palace où il a passé vingt ans. Il n’a pas résisté à un nouveau défi. Né au pied des Dolomites, il a toujours travaillé en montagne, débutant au Suvretta House à Saint-Moritz, engagé comme «petit chasseur».

Quelque 300 millions ont été investis par les propriétaires, Marcel Bach et Jean-Claude Mimran. Ces derniers ont fait appel à Onno Poortier, directeur du cabinet Rembrandt Management Services, qui a exploité de nombreux établissements dans le monde. Personnage de Gstaad, Marcel Bach a gardé les vaches quand il était gamin et a réalisé ses premiers projets immobiliers à 24 ans. Il a conquis l’Everest à 51 ans. Quant à Niklaus Leuenberger, directeur général de l’hôtel, il avait décroché son premier emploi à Gstaad. «La boucle est bouclée», déclare-t-il.

The Alpina Gstaad offre des appartements et soixante chambres d’hôtel. On s’y sent à l’aise: l’architecte d’intérieur y a privilégié le bois. Plus de 13 000 m2 de vieilles poutres ont été utilisées pour les parois et les plafonds. Des meubles de la contrée et des papiers découpés de valeur décorent les chambres. 

Un spa de 2000 m2

L’hôtel accueille la première succursale européenne du Megu, le fameux restaurant japonais de New York. On y déguste le bœuf de Kobe et des sushis dans le décor du designer français Noé Duchaufour-Lawrance. Au Restaurant Le Sommet, Markus Lindner, sacré «Grand Cuisinier de demain» en 2010 par le Guide Gault & Millau, mijote une sole aux pleurotes et fait des merveilles au Stübli.

Autre attraction, le Six Senses Spa, d’une surface de 2000 m2. Une piscine de 25 m et douze cabines de soin.

Le cinéaste Daniel Schmid, issu d’une famille d’hôteliers de Flims, avait écrit ce dialogue: «C’est comment, au paradis?» Réponse: «C’est comme dans un hôtel, mais en plus grand.» Comme à Gstaad. 

Jean-Claude Ferrier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."