Bilan

Grœnland : bière et barbecue de phoque

Aux frontières d’un désert de glace, les Inuits du Grœnland se parent de leurs plus beaux costumes traditionnels pour célébrer le solstice d’été dans l’arctique. Une découverte colorée de leur fête nationale.

  • Ilulissat possède plus de chiens de traîneau que d’habitants. En été, on se promène dans les alentours de cette bourgade, le long des montagnes qui épousent abruptement la mer avec, au loin, les bateaux qui zigzaguent entre les icebergs.

    Crédits: Aningaaq Rosing Carlsen
  • Crédits: Aningaaq Rosing Carlsen
  • Le 21 juin, jour le plus long de l’année, le Grœnland célèbre sa fête nationale. L’occasion de porter les costumes traditionnels et d’entonner l’hymne.

    Crédits: Mads Pihl
  • Le drapeau national représente un coucher de soleil et un iceberg dans une forme géométrique épurée.

    Crédits: Aningaaq Rosing Carlsen

Qujanaq ! » Nous voilà fraîchement arrivés par avion à Ilulissat, point de départ des croisières le long des icebergs de la baie de Disko. Un habitant nous pointe du doigt la brasserie Immiaq et, en gage de réponse, on écorche maladroitement notre premier merci ! Dans cette ville côtière du Groenland, chacun y va de son sourire flanqué d’un joyeux « kutaa », « bonjour » en kalaallisut, la langue officielle. Aujourd’hui, ce sont les anciennes générations qui maîtrisent encore le danois.

Troels Lunde Hagensen est au rendez-vous. On suit le brasseur de 29 ans pour une randonnée le long du fjord. Le Danois s’y rend pour la cueillette de fleurs arctiques, les qajaasa, qui aromatiseront sa cervoise. Le vêlage de l’immense glacier, à l’embouchure maritime de Sermeq Kujalleq, accompagne nos pas. Son bruit s’apparente à celui d’un coup de tonnerre. Des morceaux de cette glace classée au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2004 se détachent et tombent dans l’eau, preuve du réchauffement climatique.

(Crédits: Dr)

Troels s’amuse en racontant la genèse de son arrivée sur l’île : « J’ai une formation en tant qu’ingénieur du son. Lors de mes études, j’aimais mixer ma propre bière dans le dortoir de l’université. Je suis tombé par hasard sur l’annonce de cette brasserie fondée en 2012 à Ilulissat. Les propriétaires cherchaient un brasseur. Trois heures après avoir postulé, je réservais mon vol pour le Groenland ! » L’alchimiste en herbe crée depuis l’année dernière ses propres bières. « Ici, tout surprend », lâche le Danois. Et de rajouter : « Par manque de personnel, la vétérinaire contrôle l’hygiène de mes cuves pour la fermentation. » La plus extravagante de ses créations sera la Sedna, une brune qui porte le nom de la déesse de la mer issue de la mythologie arctique.

La légende raconte qu’une jeune fille fut mariée à tort et appela à l’aide son père qui vint la chercher dans son kayak. Le mari, aux pouvoirs surnaturels, déchaîna la mer. Le père dut sacrifier sa fille qui coula au fond de l’eau. Depuis, des chamanes font appel à cette sirène quand la pêche se révèle mauvaise ou que la mer s’agite. Pour en revenir à la bière brune qui porte son nom, celle-ci fermente avec des moules bleues, de l’eau de glacier et du sel polaire. Le résultat épicé est délicieux.

On la déguste au restaurant Mamartut. Ici, les spécialités locales se présentent comme des tapas : le renne, le phoque, la baleine, les crevettes et le flétan se partagent. Le plus savoureux ? L’umimmak, le bœuf musqué. Ce mammifère sorti tout droit du film d’animation « L’âge de glace », avec son épaisse toison et ses cornes épaisses, reste l’un des rares animaux à braver le grand froid de la toundra.

A la sortie du restaurant, des chiens de traîneau attachés à l’entrée d’une maison en bois hurlent de concert. « Il ne faut pas les caresser, ils sont sauvages », lance un passant. Les familles les utilisent pour glisser sur la banquise en hiver et traquer le phoque. Faute d’agriculture – il ne pousse aucun arbre sur cette terre glacée, cette chasse ancestrale reste encore répandue. Ainsi, après plusieurs jours de tempête, il est courant de voir des employés abandonner leur travail pour naviguer en mer dès que celle-ci s’avère plus clémente. Les enfants, ravis de faire l’école buissonnière, sont initiés à cet héritage culturel.

(Crédits: Aningaaq Rosing Carlsen)

Solstice d’été

La fête nationale se tient le 21 juin et célèbre aussi le solstice d’été, la journée la plus longue de l’année. La population, sous hégémonie danoise depuis près de trois siècles, se pare de ses costumes traditionnels et célèbre l’autonomie élargie de l’île acquise en 2009.

Les manifestations se succèdent dès le matin avec le kaffemik, qui se prend, selon le village, dans une maison ou la salle municipale. On y sert des biscuits et du café. Nous enchaînons avec une escapade à Ilimanaq, une ancienne colonie commerciale à une heure en bateau. Le drapeau hissé au centre du hameau, les 50 habitants fredonnent en chœur des chansons folkloriques. Celles-ci se murmurent, question de respect. S’ensuit la chasse au phoque. A l’embarcadère de tous les villages côtiers, des hommes trépignent, en ce jour de gloire, sur leur bateau et attendent le signal. Le plus habile ramènera, en héros, de quoi sustenter les siens lors du barbecue du soir.

De retour à Ilulissat, on retrouve le même rituel. La bête est dépecée sur le parvis de la petite église en bois, à quelques mètres de la mer, sous le regard curieux d’une poignée de touristes. Certains se verront offrir un morceau de foie encore fumant. Une délicatesse gastronomique qui revigore, dit-on.

La foule se presse déjà dans la salle de sport qui sert aussi de cinéma lors des hivers interminables. Les enfants s’agglutinent avec leur mère devant le podium dressé pour l’occasion. Ils attendent Angaju Lennert Sandgreen. Acteur du petit écran et chanteur, il débarque en superstar de la capitale Nuuk avec son guitariste. Les selfies fusent.

Après le concert vient le défilé de mode. Des femmes de tous âges se pavanent dans leurs vêtements multicolores en peau de phoque, laine et bottes en fourrure d’ours polaire. Les grand-mères du jury scrutent tantôt un tricot, tantôt une broderie. Le verdict tombe et la gagnante repart fièrement avec un sac à main. Pour clore les festivités, les voitures se garent à l’entrée de la vallée de Sermermiut, aux alentours du campement archéologique. Des gens se rassemblent autour des feux et jettent des couvertures au sol. La fumée s’élève sous le soleil de minuit tandis que les enfants pataugent sur un étang gelé. Des voix s’élèvent, le barbecue de phoque est servi !


Y aller

Voyageurs du Monde propose du sur-mesure et des itinéraires au Groenland. Dès 5500 francs par personne pour 12 jours avec la baie de Disko, Nuuk et une escale à Copenhague. Sont inclus: vols, transferts, hébergements, activités, conciergerie francophone et assistance 24 h/24. www.voyageursdumonde.ch

Eileen Hofer
Eileen Hofer

JOURNALISTE ET CINÉASTE

Lui écrire

Née en 1976 à Zurich. Études en Lettres. 2003: Post-grade en histoire du cinéma. A travaillé comme attachée de presse pour deux festivals de film. Depuis 2005, elle travaille comme journaliste et cinéaste. Elle lance un blog éphémère eileenexpresso.com en juin 2015. L'occasion de croquer ses voyages, raconter ses rencontres.

Plus de sujets sur eileenexpresso.com

et

www.facebook.com/eileenexpresso

Du même auteur:

Chris Hemsworth un acteur sexy aux superpouvoirs
Les derniers boosters anti-âge

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."