Bilan

Grands opéras

La saison d’opéra 2013-2014 est sous le charme de Richard Wagner et Giuseppe Verdi. Tour d'horizon.
  • Paris, Opéra national de Paris: En 1861, Wagner n’a fait qu’une étape abrégée à l’Opéra Garnier. Le scandale a éclaté pendant le «Tannhäuser» et, après la troisième apostrophe, il a préféré s’en aller. Il a fallu attendre le Suisse Philippe Jordan, directeur musical et chef de l’Opéra national, pour que Wagner soit à nouveau accueilli, avec enthousiasme, sur les bords de la Seine. C’est sous sa direction musicale aussi que l’«Aïda» de Verdi sera joué à l’Opéra de Paris, pour la première fois après cinquante ans d’absence. Tout comme à la Scala, on entendra ensuite la soprano Diana Damrau chanter le rôle de Violetta dans «La traviata». Philippe Jordan fera ses adieux à Paris avec le «Tristan et Iseult» de Wagner. Dès la saison 2014-2015, il est nommé à la tête des Wiener Symphoniker. Rue Scribe 8, +33 1 71 25 24 23 - www.operadeparis.fr Crédits: Dr
  • Milan, Teatro alla Scala: «Une saison qu’on ne reverra que dans cent ans.» A la Scala, cet été, les bicentenaires de Verdi et de Wagner ont connu une première apothéose avec la représentation de «L’anneau…» sous la baguette de Daniel Barenboim. Il y en aura une autre cet automne avec un cycle d’opéras en l’honneur de Giuseppe Verdi. On verra en octobre «Aïda» et «Don Carlo», suivis le 7 décembre, pour l’ouverture de la saison 2013-2014, par «La traviata», où Violetta est interprétée par Diana Damrau. Pour honorer le grand musicien, suivront encore «Le trouvère» et «Simon Boccanegra». Via Filodrammatici 2, +39 02 861 827, www.teatroallascala.org Crédits: Dr
  • Lausanne, Opéra de Lausanne: C’est peut-être le plus petit des grands opéras mais, en cette année Verdi, c’est aussi le plus culotté. Avec «Luisa Miller» de Verdi, l’Opéra de Lausanne mise dans son programme 2013-2014 sur l’une des œuvres les plus précoces du compositeur italien. L’œuvre reste de nos jours une des plus sous-estimées, raison de plus de la voir mise en scène dans un opéra entièrement remis à neuf. Avenue du Théâtre 12, 021 315 40 40, www.opera-lausanne.ch Crédits: Dr
  • Bâle, Theater Basel: La metteure en scène d’opéra Vera Nemirova, née à Sofia en 1972, passe pour la «femme Wagner»: avec la première du «Lohengrin» de Wagner sur la grande scène, elle signe sa deuxième mise en scène au Theater Basel après avoir été acclamée la saison passée pour «Un ballo in maschera» de Verdi. Nemirova a construit sa réputation avec sa mise en scène de «L’anneau…» à l’Opéra de Francfort et son interprétation de «Tristan et Iseult» à Bonn. On a surnommé Hector Berlioz le Wagner français. Son univers sonore dramatique «La damnation de Faust», mis en scène par Arpad Schilling, sera une première en mai 2014. Theaterstrasse 7, 061 2961100, www.theater-basel.ch Crédits: Dr
  • Genève, Grand Théâtre: C’est à vrai dire Mozart qui ouvre la saison lyrique genevoise avec «Les noces de Figaro». Mais elle se déroule ensuite entièrement sous le signe de l’œuvre maîtresse de Wagner, «L’anneau du Nibelung». L’apothéose de la saison résidera dans les deux représentations intégrales de «L’anneau…»: «L’or du Rhin», «La walkyrie», «Siegfried» et «Le crépuscule des dieux». Puis ce sera au tour du «Nabucco» de Verdi, sous la direction musicale de John Fiore, de mettre un terme grandiose à cette saison lyrique. Boulevard du Théâtre 11, 022 322 50 62, www.geneveopera.ch Crédits: Dr
  • Zurich, Opernhaus: Wagner a vécu neuf ans sur les rives de la Limmat. Les tumultes révolutionnaires en Allemagne l’avaient obligé à fuir là où il brûlait d’un amour interdit pour une certaine Mathilde Wesendonck. Qui inspira les «Wesendonck-Lieder» et «Tristan et Iseult». Zurich n’est pas pour autant une cité wagnérienne. L’«Aïda» de Verdi sera une des premières de l’opéra au printemps prochain. Et on verra des reprises de «Rigoletto», «Don Carlo» et «Otello» de Verdi, ainsi que les «Maîtres chanteurs de Nuremberg» et «Le Hollandais volant» de Wagner. Falkenstrasse 1, 044 268 64 00, www.opernhaus.ch Crédits: Dr
  • Stuttgart, Oper Stuttgart: Pour entamer la saison, le Württembergische Staatstheater et son ensemble sous la direction de Sylvain Cambreling proposeront d’abord le «Falstaff» de Verdi, suivi d’une reprise de «La traviata» dirigée par Giuliano Carella. Le point culminant de la saison 2013-2014 devrait être «Tristan et Iseult» de Wagner et la reprise de «Siegfried» avec le ténor américain Daniel Brenna, dont le «Times» dit qu’il est «one of the youngest and most convincing Siegfrieds around». Oberer Schlossgarten 6, +49 711 2020 90, www.oper-stuttgart.de Crédits: Dr
  • Munich, Bayerische Staatsoper: Dans son spectacle en plein air «Wagner versus Verdi», le Staatsoper a mis en scène cet été une sorte de concours musical entre les deux jubilaires. Mais la saison 2013-2014 sera dédiée à Verdi avec, en guise de première le 22 décembre, «La force du destin», interprétée par deux voix exceptionnelles puisque capables de chanter aussi bien Wagner que Verdi: la soprano Anja Harteros dans le rôle de Donna Leonora et le ténor Jonas Kaufmann dans celui de Don Alvaro. Avec en plus «Macbeth», «Rigoletto», «Le trouvère» et «La traviata», c’est un peu tout Verdi qui sera joué à Munich. La mise en scène très applaudie de «Tannhäuser» de Peter Konwitschny fera l’objet d’une reprise. Max-Joseph-Platz 2, +49 892 185 01 www.bayerische.staatsoper.de Crédits: Dr

«La walkyrie» ou «Aïda»? «Tannhäuser» ou «Le trouvère»? Wagner ou Verdi? La saison d’opéra 2013-2014 est sous le charme des deux compositeurs nés en 1813, Richard Wagner et Giuseppe Verdi. Dans toute la Suisse et en Europe, les opéras mettent fortement l’accent dans leurs programmes sur les deux créateurs aux antipodes de l’opéra dramatique et lyrique.

Pour les amateurs de voix prestigieuses, de grands sentiments et de mises en scène grandioses, la question n’est pas de choisir entre le bel canto et les Meistersinger. Pour eux, cette année de jubilé signifie à la fois Wagner et Verdi.

Hans K.

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."