Bilan

Felix Baumgartner sans limite

A 44 ans, il peut se targuer d’être l’homme que rien n’effraie. Depuis son premier saut en chute libre à l’âge de 16 ans, il ne cesse d’aller plus loin dans l’extrême. Sauts de ponts, de tours, les exploits aériens de Felix Baumgartner, dont seul son esprit fixe les limites, forgent la réputation de cet ancien parachutiste de l’armée autrichienne. Des limites que l’on imaginait inaccessibles, comme pour ce fameux 14 octobre 2012 où il est devenu le premier homme à franchir le mur du son en chute libre. Mais jusqu’où ira l’ambassadeur de la marque Zenith ?
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Quel est le moment le plus bouleversant que vous ayez vécu ?

Il y en a plusieurs. Celui où mes pieds ont touché terre le 14 octobre. C’était une émotion inexplicable, le plus puissant de toute ma vie. Je me suis d’ailleurs agenouillé. J’ai passé tellement de temps à m’entraîner, il y avait tellement de gens qui ne croyaient pas en nous… Nous avons démontré que c’était possible et ce fut un moment d’une intensité rare.

Dans un autre registre, je suis allé recevoir le Prix du sportif de l’année à Rio, dans les favelas. Lorsque j’ai découvert le regard que portaient les enfants sur moi, à quel point ils m’admiraient, j’ai été submergé d’émotion. J’aimerais mettre mon succès au service de ces gens. 

Quel est le lieu le plus impressionnant que vous ayez découvert ?

Impossible de choisir entre deux endroits magiques pour moi. Je pense à Rio au Brésil et à Cape Town en Afrique du Sud. J’aime le style de vie sain des habitants mais aussi l’accueil et l’attitude extraordinairement positifs des gens. Spirituellement, ces villes sont des lieux puissants, incomparables à d’autres. 

Quel est le défi le plus fou qu’il vous resterait à accomplir ?

Honnêtement, je ne pense pas pouvoir faire quelque chose de mieux. Je voulais réaliser mes rêves d’enfant en faisant des sauts extrêmes et du parachutisme: c’est chose faite.

Je vais surtout essayer d’entretenir mes capacités et mes compétences, ce qui demande un gros travail. Mon plus grand challenge est désormais de me consacrer à des missions de sauvetage en hélicoptère grâce à ma licence de pilote. J’ai réellement envie d’aider les autres.

L’objet luxe que vous possédez ?

Ma Zenith ! C’est une El Primero Stratos Flyback Striking 10th. C’est devenu mon alliée de choc lors de mes périples puisque chaque seconde compte.

Lors de mon saut du 14 octobre dernier tout le reste de mon matériel était purement électronique, en cas de panne je ne pouvais m’en remettre qu’à ma montre mécanique. Je suis fier de ma montre, d’autant plus qu’elle est la seule à avoir tenu sur le poignet d’un être humain à une vitesse supersonique !

Lucie Notari

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

L'étoffe des icônes
Un brin de couleur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."