Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Faussaires : art ou arnaque ?

(Crédits: Sepia Times/Universal Images Group via Getty Images)

Une réaction viscérale

Diane et Actéon (« Diane surprise dans son bain »), peinte en 1836 par Jean-Baptiste Camille Corot. (Crédits: Robert Lehman Collection, 1975)
Le faussaire d’art français Guy Ribes n’utilisait que du matériel et des pigments d’époque et s’immergeait parfois une année entière dans l’œuvre d’un peintre. (Crédits: Andia/ Universal Images Group via Getty Images)
Le faussaire Wolfgang Beltracchi propose désormais des toiles, signées de son nom, qui s’arrachent en Allemagne et en Suisse. (Crédits: Dr)
Vendu au prix record de 450 millions de dollars en 2017, le « Salvator Mundi », attribué par de nombreux experts à Léonard de Vinci, est le tableau le plus cher du monde. (

Une présence léonardesque