Bilan

Etre végane tout en restant épicurien

Désormais, il est facile de se faire plaisir sans consommer de produits d’origine animale. Surfant sur une tendance forte, de nombreuses initiatives émergent dans toute la Suisse.

  • Véganes et gastronomes. Le Restaurant Verbena

    Crédits: Dr
  • Le Jardin (Hôtel Richemond)

    Crédits: Dr
  • Le Fiskebar (Ritz-Carlton Hôtel de la Paix).

    Crédits: Dr

Il y a d’abord eu The Game Changer, ce documentaire Netflix qui a enflammé le web. Ensuite, le burger sans viande de Nestlé qui a marqué les esprits. Et puis s’est déroulé le Veganuary, où pas moins de 5000 Suisses ont adopté en janvier un régime alimentaire sans produit d’origine animale. En clair: le véganisme est partout. La tendance a pris une telle ampleur, ces derniers temps, qu’elle donnerait presque envie de sauter le pas. Sauf que ce mouvement naissant fait encore un peu peur, en raison des concessions qu’il demande. Bonne nouvelle, plus besoin de se priver.

Au restaurant

«Deux ans auparavant, il n’y avait pratiquement aucune possibilité pour des véganes de manger dans des restaurants. Aujourd’hui, des adresses 100% véganes voient le jour», affirme Danièle Coletti, cofondatrice d’Urban Vegan Genève. Des établissements comme le genevois Mu-food ou le Veganopolis Café à Lausanne ont d’ailleurs réussi à se faire une place dans le cœur des citadins.

Le VegiPass y est peut-être pour quelque chose. Ce passeport culinaire permet de manger à moitié prix dans une centaine de restaurants romands partenaires avec des plats véganes. «Pour notre 2e édition, nous venons de doubler les ventes. Notre outil facilite la transition vers un nouveau mode de vie», commente sa fondatrice, Nathalie Piller.

Le concept du véganisme séduit en effet de plus en plus de clients, mais également de restaurants gastronomiques. Ainsi, lors de la Veggie Week qui se déroule début juin, durant deux semaines, une vingtaine de grands chefs, dont ceux du Domaine de Châteauvieux et du Chat-Botté à Genève, composent des menus végétariens ou véganes pour leurs clients. «L’an passé, pour la 3e édition, il y avait en moyenne 128 réservations par restaurant. Nous recevons un grand nombre de demandes de la part de restaurateurs qui sont ravis de s’ouvrir à une nouvelle clientèle», souligne Pamela Redaelli, porte-parole
de l’événement.

Chez soi

Goûter des recettes de professionnels, c’est une chose, mais cuisiner soi-même en est une autre. Pour cela, les livres de recettes véganes, blogs et autres conseils pullulent ces derniers mois. Tout le nécessaire pour donner des saveurs à son tofu.

Les grandes surfaces type Lidl ou Coop sont à présent également d’un grand secours. Chacun a développé sa propre gamme de produits à base de composants végétaux, que ce soient des articles de confort comme le fromage végane ou de remplacement comme le faux steak qui permet d’apporter des protéines. «Il y a une demande croissante de plats tout prêts pour remplacer la viande. Ces produits ne sont pas forcément destinés aux puristes mais plutôt à ceux qui sont en transition ou flexitariens», précise Tristan Cerf, porte-parole de Migros.

Pour les plus assidus, des boutiques spécialisées dans les centres-villes offrent une gamme de choix importante, allant de la glace au chocolat végane. «On trouve désormais une alternative à presque tout pour se faire plaisir», commente Simone Fuhrmann, vice-gérante de l’association Swissveg.

Une limite, cependant: l’Office fédéral de la sécurité alimentaire déconseille l’alimentation végétalienne aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux personnes âgées en raison de leurs besoins nutritionnels particuliers.

Les cosmétiques véganes de qualité se multiplient comme cette box de Jessie’s. (Crédits: Dr)

Pour se faire beau/belle

En ce qui concerne les cosmétiques, la mode est au «fait maison», avec pléthore de conseils beauté sur YouTube. Néanmoins, pour les paresseux, d’autres possibilités existent. L’une d’elles se nomme Jessie’s. Le concept: une box envoyée chez le client, composée d’un assortiment de produits de maquillage et de soins véganes. «Lorsque j’ai créé Jessie’s en 2016, toutes ces options étaient inconnues en Suisse alors qu’on ne voit aucune différence entre une crème végane et la basique», raconte sa fondatrice, Jessica Depré. Les bénéfices étant totalement reversés à une association pour la cause animale, Jessie’s a rencontré un grand succès. L’occasion pour la jeune femme de «sensibiliser sans faire la morale». Depuis deux ans, elle organise aussi un gala caritatif afin d’exposer les produits de marques de cosmétiques véganes et augmenter leur accessibilité.

Pour ce qui est de l’habillement, la mode végane se concentre majoritairement sur internet, mais elle se démocratise. A l’image du géant Zalando qui propose désormais de filtrer ses recherches avec la catégorie «végane».

En voyage

Que les baroudeurs se rassurent, être végane au quotidien ne s’est pas simplifié qu’en Suisse. Pour ceux qui partent à l’étranger, l’application Happy Cow (une sorte de TripAdvisor) a vu le jour. Elle répertorie les menus des restaurants du monde entier, avec des photos, des notes, leur localisation, et toujours selon le même critère: des ingrédients véganes. Parmi les valeurs sûres: Bali, l’Angleterre ou encore Israël.

Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste à Bilan

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourait pas le monde, elle décrochait des stages dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont ainsi ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle se spécialise actuellement dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."