Bilan

En Suisse

En Suisse

(Crédits: Dr)

Zurich «Oskar Kokoschka, Une rétrospective»

Trente-deux ans après, Oskar Kokoschka revient au Kunsthaus. Depuis la mort de l’artiste à 94 ans en 1980, l’œuvre de l’Autrichien s’est décantée. Un gros travail a été fourni par la fondation consacrée au maître par Vevey. Il y a 200 numéros dans cette coproduction avec le Leopoldmuseum de Vienne. Il faut bien cela pour couvrir une carrière commençant en baroque sur les bords du Léman (jusqu’au 10 mars, www.kunsthaus.ch).

(Crédits: Dr)

Aarau «Le surréalisme en Suisse»

Après le pop art helvétique, le Kunsthaus vadrouille à nouveau en terre inconnue. Le surréalisme d’André Breton a-t-il donc essaimé chez nous ? La réponse est oui, et c’est en 400 dessins et tableaux que l’institution le montre, avec un focus particulier sur les années 1930 et les cantons alémaniques. Les commissaires ont cependant choisi d’aller jusqu’à aujourd’hui. Il y a de nombreux noms à découvrir, outre ceux de Kurt Seligmann, Max von Moos, Meret Oppenheim ou Otto Tschumi.

(Crédits: Dr)

Bâle «Füssli, drame et théâtre»

Zurichois de naissance, Johann Heinrich Füssli (1741-1825) est devenu une star de la peinture pour les Anglais sous le nom de Henry Fuseli. Créateur cultivé et érudit, il a notamment été inspiré par les pièces de Shakespeare, tant comiques que dramatiques. Cette théâtralité assumée se retrouve au cœur de l’exposition du Kunstmuseum. L’artiste met toujours en scène ses sujets afin de leur conférer une allure plus spectaculaire (jusqu’au 10 février 2019, www.kunstmuseumbasel.ch).

(Credits: Dr)

Lausanne «Matthias Bruggmann»

Il a photographié en Syrie « un acte d’une violence indicible ». Prix Elysée, ce Suisse de 40 ans, né à Aix-en-Provence mais formé à Vevey, expose aujourd’hui au musée. L’homme couvre le même thème depuis 2012. Il vit et travaille avec son ordinateur portable. Son but est de ne rien cacher des horreurs de la guerre, tout en montrant autre chose que les reporters professionnels. Il fait l’affiche en tandem avec Liu Bolin. Deux faces du 8e art ! (jusqu’au 27 janvier, www.elysee.ch).

(Crédits: Dr)

Genève «Mille ans de monochromes»

La Fondation Baur avait rapproché en 2011 les porcelaines monochromes chinoises anciennes des tableaux modernes du Mamco genevois. Elle les regroupe aujourd’hui avec une prestigieuse collection venue de Hongkong, celle de Richard Kan. D’esprit confucéen, ces pièces souvent impériales ont été réunies avec beaucoup d’érudition depuis les années 1980. L’apothéose est formée par les trois grands règnes du
XVIIIe siècle (jusqu’au 3 février 2019, www.fondation-baur.ch).

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."