Bilan

Elevés au rang de stars, les chefs attirent les marques de luxe

Plus que jamais sous le feu des projecteurs, les chefs de cuisine cultivent leur image à coup de collaborations marketing. Une association fructueuse pour une visibilité garantie.

Le restaurant Memories au Grand Resort Bad Ragaz.

Crédits: Photo: Thomas Buchwalder

Fini le temps où les cuisiniers restaient cachés derrière leurs fourneaux arborant des tabliers maculés de sauce et des toques tachées par la sueur de leur dur labeur. Starisés par les réseaux sociaux, les chefs n’ont jamais eu autant le vent en poupe. Pour preuve, ils découvrent – au même titre que certains sportifs et acteurs de cinéma – le bénéfice de la diffusion virtuelle. A travers de nouveaux partenariats avec des marques toujours désireuses de renouveler le style de leurs ambassadeurs, les cuisiniers sont devenus en quelques années de précieux complices publicitaires. Que ce soit pour l’horlogerie ou l’automobile, la gastronomie est aujourd’hui une affaire de bon goût et de précision. Immersion dans un monde où la montre chrono remplace la paire de sabots et où l’image du chef est en constante évolution.


Les chefs maîtrisent le marketing

Encore éloignés d’une mode de starification télévisuelle grâce aux émissions culinaires, les chefs helvétiques n’ont pas encore la même exposition médiatique que ceux de nos grands voisins européens. Mais les choses changent et les mœurs évoluent. Avec discrétion et raffinement, certains protagonistes de la scène gastronomique suisse cèdent au chant des sirènes du marketing. Tout à fait dans l’air du temps, des collaborations se forment dans une logique commerciale bénéfique pour les deux camps.

Je ne pousse pas la communication à outrance.
Il faut qu’elle soit cohérente avec les valeurs qui m’habitent."
Sven Wassmer

Triplement étoilé dans son château de Schauenstein à Furstenau, Andreas Caminada est le premier toqué à avoir attrapé le wagon de la communication. Beau gosse assumé au look de gendre idéal, cheveux impeccablement coiffés et regard ténébreux, le talentueux cuisinier grison a vite compris que l’union fait la force. Instigateur d’une mode en plein essor, il ouvre la voie à une farandole de cuisiniers tous désireux de faire évoluer leur image.

Sven Wassmer, le chef du restaurant Memories au Grand Resort Bad Ragaz, portant fièrement son Audemars Piguet. Photo: Claus Brechenmacher&Reiner Baumann


L’habile chef du restaurant doublement étoilé Memories au sein du Grand Resort Bad Ragaz, Sven Wassmer, se prête également à l’exercice de l’autopromotion avec l’élégance et le flegme qui le caractérisent. Avec une cuisine entièrement ouverte sur la salle du restaurant, le cuisinier et sa brigade sont en interaction permanente avec les convives. Au fur et à mesure des séquences culinaires, les créations sont amenées des fourneaux directement à table. «Quoi qu’il arrive, la magie de notre métier demeure dans la cuisine. Je pars du principe que si nous faisons les choses avec passion et humilité, la visibilité viendra naturellement. Sans parler de célébrité, j’adore tout simplement interagir et communiquer.»

Gastronomie et horlogerie font la paire

Sven Wassmer ne s’arrête pas en si bon chemin et souhaite faire évoluer à sa manière l’industrie de la gastronomie. Sans équivoque, il revoit sa version du luxe moderne en développant la gamme de ses produits et le niveau de service qu’il propose. Au fil des saisons, ces changements lui permettent de continuer à raconter une histoire et tisser un lien étroit avec une communauté acquise à sa cause. «Je ne pousse pas la communication à outrance. Il faut qu’elle soit cohérente avec les valeurs qui m’habitent et qu’elle respecte l’environnement que je souhaite mettre en avant.» C’est la célèbre marque horlogère Audemars Piguet qui accompagne le phénomène argovien tout comme le fait Hublot avec les chefs Andreas Caminada, Clare Smyth, Yannick Alléno, Christian André Pettersen, Paul Pairet ou encore Jean-Edern Hurstel. «Nous poussons l’excellence de notre métier à son paroxysme. Nous avons des intérêts communs qui nous rapprochent et créent des synergies saines et honnêtes», explique le chef du Grand Resort Bad Ragaz.

En partenariat avec Hublot, Andreas Caminada cultive la terre autant que le temps. Photo: DR

David Pantillon, responsable du marché suisse pour Audemars Piguet, a rapidement été séduit par l’harmonie autour des saveurs, des produits et par la cuisine émotionnelle du chef qui correspondent en tout point à la gamme de montres de la marque du Brassus, synonyme de savoir-faire et de qualité. Tout comme l’entreprise horlogère, Sven Wassmer met l’accent sur le Swiss made en misant sur le terroir local et un choix rigoureux de produits. «Que ce soit pour un plat ou une montre, ce sont les mêmes niveaux d’excellence et de précision qui nous rapprochent. A l’image du chef, nous cherchons à transmettre des émotions ainsi qu’une proximité avec le client. Ces valeurs communes sont importantes pour nous.» Au même titre que des chefs de renom comme Emmanuel Renaut à Megève, les frères Roca à Gérone ou Daniel Humm à New York, Sven Wassmer est depuis 2020 un ambassadeur de choix pour le groupe horloger helvétique.

Histoire d’amour

Pour Guy Ravet, c’est l’automobile qui sonne à la porte de son restaurant L’Ermitage à Vufflens-le-Château. Plus actif que jamais, le cuisinier multiplie les projets et exporte sa cuisine hors de ses fourneaux vaudois pour reprendre ceux du restaurant de l’hôtel Bernerhof à Gstaad et endosser le rôle de président des Grandes Tables de Suisse. Passionné de voitures depuis son plus jeune âge, le chef étoilé a signé, depuis le premier juillet, une collaboration inédite avec Mercedes-Benz. Une évidence pour le cuisinier qui, contrairement à la génération précédente, ne se limite pas à ses plaques de cuisson. «En ce qui me concerne, ce n’est pas dans le but d’augmenter la fréquentation du restaurant mais plutôt un plaisir humain avant tout. J’ai la chance de n’avoir conduit que des Mercedes depuis l’obtention de mon permis de conduire. Il y a une réelle histoire d’amour entre la marque et notre famille.»

Guy Ravet a signé une collaboration avec Mercedes-Benz. Photo: DR

A l’insu du groupe automobile, Guy Ravet a ainsi été un ambassadeur avant l’heure. A travers une fidélité tout au long de ces années conjointement liée à une notoriété grandissante, Mercedes-Benz accompagne le chef vers de nouveaux chapitres de sa vie. Même si les lignes de métier diffèrent, les deux entités partagent la même vision du travail bien fait. «Tout en respectant les traditions historiques de nos deux maisons, il y a toujours un regard porté vers l’avenir et la modernité. C’est cela la transmission», explique le chef.

Notre métier
s’est élevé au même rang que d’autres professions."
Marie Robert

Décalage et esthétisme

Dans un style différent et décalé, la cheffe Marie Robert entretient une relation privilégiée avec sa communauté depuis le début de l’ouverture de son Café Suisse à Bex. C’est dans ses décors toujours plus fous, avec ses menus à thème original et son éternel grain de folie, qu’elle tisse des liens étroits. Avec le même panache, elle est élue Cuisinière de l’année 2019 par le Gault&Millau et décroche une étoile au guide Michelin. La marque horlogère Blancpain ne s’y trompe pas et décide d’intégrer la jeune cheffe parmi ses ambassadeurs prestigieux. Confrontée à cette vague commerciale, la pétillante cuisinière n’en continue pas moins de mettre en avant son savoir-faire avec esthétisme et liberté, sans perdre le sens de la réalité. «La cuisine est un art et ce que nous arrivons à créer au quotidien séduit de plus en plus. Notre métier s’est élevé au même rang que d’autres professions grâce aux talents et à la créativité des cuisiniers. La mise en lumière a logiquement suivi.»

La pétillante Marie Robert et son dernier décor de folie mettant en scène Ibiza. Photo: DR
Photo: DR
Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."