Bilan

Ecoluxe

Un loup qui redonne vie aux moutons ? La nouvelle marque d’Angélique Buisson, le loup Philosophe, entend montrer que l’on peut faire quelque chose de beau et de luxueux avec de la récupération.
La saga Angel des Montagnes Créée en 1995, cette marque a été reprise en 2010 par cinq Français venus de l’automobile, de l’immobilier et du ski. L’entreprise, qui a compté une quarantaine de collaborateurs, est en pleine restructuration. Angel des Montagnes aura sans doute grandi un peu vite avec une dizaine de magasins en propre (sans compter les franchises, notamment au Japon). Cette stratégie aura coûté extrêmement cher. Elle était encouragée alors par Reinold Geiger, président de l’Occitane, qui était entré dans le capital de la marque créée par Angélique Buisson pour en prendre le contrôle. Crédits: Dr

«Je trouvais intéressant de refaire un produit de luxe avec des valeurs différentes », confie Angélique Buisson, 47 ans, devenue décoratrice après avoir beaucoup roulé sa bosse et, surtout, avoir lancé Angel des Montagnes, une enseigne de décoration orientée sur le design alpin (lire l’encadré).

Souhaitant aller plus loin dans la création, elle a lancé en 2012 le Loup Philosophe. Le concept est audacieux : faire du beau avec des peaux lainées usagées, couplé avec la valorisation d’un savoir-faire ancien de broderie main, pour aboutir à des sacs à main, des coussins, des plaids et des chaussons.

Tout commence avec la récupération de peaux de mouton sur de vieilles vestes et de vieux manteaux à travers la plate-forme EVIRA (Emmaüs Vêtement Insertion Rhône). Elles sont ensuite acheminées près de Toulouse, chez Rial, la dernière tannerie spécialisée dans le travail de l’agneau double face.

« Rial est spécialisée dans les petites peaux. Cela correspond justement au savoir-faire que nous recherchions », détaille la dirigeante de la jeune marque d’écoluxe.

Une fois tannée, la peau est envoyée à Paris où une micro-PME effectue le tri des peaux. Certains bouts préalablement rasés sont envoyés aux brodeurs de l’atelier Le Bégonia d’Or à Rochefort. Réputé mondialement pour son savoir-faire, il réalise les broderies sur les costumes d’académicien, entre autres.

« Ce qui nous intéressait chez eux, c’était la broderie cannetille. Seules cinq personnes maîtrisent cette technique. » On utilise des petits ressorts en acier que l’on coud comme des perles. Sur les produits de la première collection du Loup Philosophe (Academia), la grande broderie représente environ quinze heures de travail.

Chaque objet se voit apposer la précieuse cannetille, avec notamment un numéro entre 1 et 999. « Nous en sommes à 2500 vestes récupérées et devrions arriver à 999 produits. Chaque pièce possède son numéro. Aujourd’hui, nous en sommes à 350 pièces. La collection Academia s’arrêtera à 999 pièces. »

Ensuite ? Angélique prévoit de travailler à nouveau avec de la broderie, mais plutôt avec une base de foulards. « Je n’avais pas envie d’un gros développement », confie-t-elle. Quelques entreprises l’ont contactée pour des cadeaux, par exemple, 50 cousins offerts par un fabricant de chalets en bois.

Originaire de Thonon-les-Bains, Angélique Buisson a obtenu une licence en droit à Paris XI, tout en allant suivre les cours d’histoire de l’art au Louvre en parallèle. Avec une grand-mère antiquaire, elle a toujours hésité entre une carrière artistique et financière. A Noël, elle fabriquait des boîtes peintes qu’elle offrait aux nombreux membres de sa famille.

De retour dans la région, elle suivit une formation en gestion de l’environnement. Engagée par Firmenich, elle y a œuvré en tant qu’assistante environnementale avant de se consacrer un certain temps à son fils.

Après l’aventure Angel des Montagnes, elle s’est remise à décorer des chalets, notamment le chalet Bayrou à Briançon et le chalet des Le Saux à Villars. C’est comme cela qu’elle a sympathisé avec Eric de Turckheim, cofondateur de Trafigura, devenu un partenaire actif dans sa nouvelle entreprise.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."