Bilan

Des légendes au poignet

Aussi loin que la course automobile et ses pilotes vedettes existent, les horlogers se sont intéressés à cet univers. Non seulement pour faire valoir leur qualité de chronométreur, mais également pour mettre en avant leur savoir-faire mécanique, équivalent à celui qui permet de réaliser ces moteurs de compétition, symboles de puissance et de vitesse. Pour les horlogers, la compétition automobile et ses icônes sont devenues des incontournables.
  • Michael Schumacher

    Crédits: Ricardo Moraes / Reuters
  • Audemars Piguet Royal Oak Concept Laptimer Michael Schumacher

    Avec cette Royal Oak Concept, Audemars Piguet présente la première montre mécanique au monde dotée de la fonction « laptimer ». Une idée soufflée en 2010 aux développeurs de la manufacture par Michael Schumacher, ambassadeur de la marque. Jusqu’à son accident en décembre 2013, la légende de la F1 – metteur au point hors pair durant sa carrière – aura participé assidûment au développement de cette complication née sous son impulsion (contrairement à d’autres associations purement marketing) et qui était pratiquement finalisée il y a dix-huit mois, mouvement et habillage inclus. On s’en doute, la question de la poursuite ou non du projet s’est posée après le drame, et c’est finalement la famille de Michael Schumacher qui a souhaité voir cette idée mener à terme (sans qu’elle n’en retire aucune retombée financière supplémentaire). Au final, ce chronographe à deux trotteuses permet de mesurer alternativement deux temps (l’un indique le temps du dernier tour parcouru pendant que l’autre mesure le tour en cours) et vient enrichir la palette des fonctions chronographes de l’horlogerie mécanique. Une nouvelle contribution de Michael Schumacher à la passion mécanique. Cette Royal Oak Concept est éditée en une édition limitée de 221 exemplaires.

    Crédits: Dr
  • Pierre Veyron

    Crédits: Dr
  • Parmigiani Bugatti Révélation

    Pour célébrer les dix ans de collaboration avec Bugatti, Parmigiani présente cette année trois pièces uniques formant une édition anniversaire dédiée à la fameuse écurie de Molsheim et à son pilote légendaire, Pierre Veyron, qui donna son nom au bolide actuel de 1200 chevaux ! Pour Bugatti, l’un des critères dans la sélection d’un partenaire horloger était que celui-là soit indépendant et qu’il fasse preuve de créativité et d’excellence technique. Autant dire que le motoriste n’a pas été déçu par la première réalisation développée par Parmigiani, la Bugatti Type 370, inspirée précisément par la Bugatti Veyron. Ce modèle, conçu comme un bloc-moteur au poignet avec affichage latéral de l’heure, est assemblé selon un axe transversal au lieu d’être disposé sur la surface plane d’une platine unique, une première mondiale. Les différents modules du mouvement sont donc structurés par sections sur cinq platines alignées dans le prolongement tubulaire du bloc et traversées par un arbre de transmission selon le principe d’un moteur automobile. Ce modèle a donc tout naturellement été choisi pour cette édition anniversaire composée d’une Bugatti Mythe, représentant l’alliance de l’industrie et de l’artisanat, d’une Bugatti Victoire, véhiculant les symboles de vitesse et de puissance, et d’une Bugatti Révélation, incarnant la recherche d’identification entre montre et voiture. Une symbiose qui fait mouche dans l’univers horloger.

    Crédits: Dr
  • Felix Baumgartner

    Crédits: Dr
  • Zenith El Primero Chronomaster 1969 Tour Auto Edition

    A l’occasion de son 150e anniversaire fêté cette année, Zenith est devenu partenaire et chronométreur officiel du Tour Auto Optic 2000, une compétition de cinq courses pour voitures de compétition historiques. Parmi les participants de cette année, le parachutiste de l’extrême Felix Baumgartner, par ailleurs ambassadeur de Zenith. A cette occasion, la manufacture édite une série limitée de 500 pièces d’une El Primero Chronomaster 1969. Comme son nom l’indique, cette montre est équipée d’un mouvement El Primero, soit le premier calibre chronographe de série à haute fréquence (36 000 alternances/heure) permettant de mesurer mécaniquement les temps courts au 10e de seconde. Sorti précisément en 1969, ce mouvement est devenu une véritable référence dans l’industrie. Avec l’introduction chez Zenith d’une ouverture sur le cadran pour les séries Open en 2003, désormais l’un des signes distinctifs de la marque, le mouvement a été redessiné de manière à positionner l’organe réglant (balancier spiral) en périphérie, bien visible côté face. C’est donc un El Primero 4061 – certifié chronomètre COSC – avec ancre et roue d’échappement en silicium qui vient animer ce modèle. Zenith a également parsemé son garde-temps de petites touches sportives, à commencer par les lignes bleues, blanches et rouges qui traversent le cadran et le bracelet.

    Crédits: Dr
  • Jacky Ickx

    Crédits: Dr
  • Chopard Mille Miglia GTS Power Control

    Les Mille Miglia (Brescia-Rome-Brescia) ont pendant longtemps été l’une des courses automobiles les plus célèbres au monde pour faire courir des voitures d’endurance sur route et non sur circuit. Ferrari, Maserati, Porsche, Mercedes, Jaguar, Aston Martin, Bugatti… s’y sont frottées jusqu’en en 1957. Il faudra attendre quelque trois décennies pour que la compétition reprenne sous la forme d’une course de voitures vintage. La maison Chopard a contribué à ce renouveau en étant partenaire de la manifestation depuis 1988 et en présentant tous les ans une édition limitée.

    Depuis, les collections se sont succédé, mais celle de 2015 revêt une importance toute particulière aux yeux de Karl-Friedrich Scheufele, coprésident de Chopard, lui-même collectionneur de voitures anciennes et pilote actif pour prendre part à chaque édition des Mille Miglia, parfois en compagnie de Jacky Ickx, Monsieur Le Mans et ambassadeur de la marque. Cette année, en effet, une nouvelle gamme originale baptisée Mille Miglia GTS (Grand Turismo Sport) a vu le jour avec deux modèles – dont cette Power Control – qui sont les premières montres de la collection à loger des calibres manufacture sortis des ateliers Fleurier Ebauches de Chopard. Une forme de consécration pour la société sanctionnant une intégration verticale voulue par Karl-Friedrich Scheufele.

    Crédits: Dr
  • Paul Newmann

    Crédits: Dr
  • Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona

    Quand le pilote et l’acteur font naître la légende. Il en est ainsi de la fameuse Rolex Cosmograph Daytona vue au poignet de Paul Newman, pilote de course dans les films « Winning » et « Carrera Mexicana ». S’il est vrai que ce modèle, dont la genèse remonte à 1963, doit beaucoup de sa notoriété à celle qu’il a partagée avec l’acteur américain, le mérite premier n’en revient pas à Rolex (avec qui Paul Newman n’a jamais été officiellement associé), et pas davantage à ces deux réalisations cinématographiques. En fait, c’est l’épouse de Paul Newman qui lui offrit, en 1972, un modèle Cosmograph taillé pour la course automobile chère à son mari. Avec cette gravure au dos : « Drive slowly. » Cette association du pilote et de sa nouvelle montre a très vite lancé la légende. Depuis, le Cosmograph Daytona de Rolex est devenu une véritable icône, comme le démontre cette version Albino référence 6263 de 1971 ayant appartenu à Eric Clapton qui a atteint le prix de 1,3 million de francs aux enchères en mai dernier. Depuis son lancement il y a plus de cinquante ans, la Cosmograph Daytona a peu à peu évolué mais reste fidèle à son cadran à trois compteurs et à sa lunette à échelle tachymétrique. La version actuelle est équipée du calibre Rolex 4130, certifié chronomètre COSC.

    Crédits: Dr
  • Ayrton Senna

    Crédits: Dr
  • TAG Heuer Formula 1 ChronograPh Senna Special Edition

    C’était il y a presque trente ans: en 1988, Ayrton Senna rejoignait l’écurie McLaren pour remporter son premier titre de champion du monde des conducteurs. La même année, il signait chez TAG Heuer pour devenir l’un de ses ambassadeurs les plus adulés grâce à un charisme certain et un talent évident. Depuis, son nom est resté associé à la série S/el (Sports Elegance) de l’horloger, une gamme de garde-temps symboliques pour une marque en pleine expansion suite au rachat de Heuer par TAG en 1985. C’est simple, durant toutes les années 1990, la S/el est restée le modèle le plus vendu de la société, un succès qui ne s’est pas démenti lorsqu’il a pris le nom de Link en 1999. C’est pour rendre hommage à son ancien ambassadeur et pilote d’exception que TAG Heuer lance aujourd’hui une nouvelle campagne publicitaire assortie de quatre nouvelles séries spéciales dans ses collections Formula 1 et Carrera. Tous ces modèles chronographes, dotés de mouvements à quartz ou automatiques, arborent le fameux S stylisé et laqué rouge, symbole exclusif pour Senna, figurant sur le cadran et la lunette, elle-même dotée d’une échelle tachymétrique. Egalement en exergue: le retour du bracelet Legend avec ses mailles en forme de S, celui-là même adopté par Ayrton Senna, redessiné et arrondi pour une meilleure ergonomie au poignet.

    Crédits: Dr
Michel Jeannot
Michel Jeannot

FONDATEUR DE WTHEJOURNAL.COM

Lui écrire

Journaliste spécialisé, fondateur du site WtheJournal.com et des applications iPhone, iPad et Android associées, Michel Jeannot est à la tête du Bureau d’Information et de Presse Horlogère (BIPH), un team de journalistes collaborant avec une quinzaine de médias dans le monde, dont Bilan et le Figaro. Sa plume sûre et parfois acérée est aussi à l’aise sur les questions techniques que sur les enjeux liés à la branche et à son économie. Michel Jeannot est également éditeur et rédacteur en chef du magazine Montres Le Guide / Uhren von A bis Z / 顶级钟表鉴 (225 000 exemplaires).

Du même auteur:

Rolex: les filiales au pouvoir
«Notre marque de fabrique est l’innovation»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."