Bilan

Découvrir les «petits SoHo» de Suisse

La réhabilitation d’anciennes friches industrielles en nouveaux quartiers riches en lieux culturels est la tendance du moment. Bilan.ch vous propose trois visites trendy, à Zurich, Winterthur et Lausanne.
  • Le 25hours Hotel Zuerichwest (126 chambres), dont le design intérieur est signé Alfredo Häberli, constitue une halte idéale pour explorer Züri West le temps d'un week-end

    Crédits: © Stephan Lemke for 25hours Hotels
  • Dès le 1er avril, le 25hours Hotel de Zuerichwest aura un grand frère (170 chambres) à la Langstrasse, tout près de la gare centrale.

    Crédits: © Stephan Lemke for 25hours Hotels
  • le Sulzer Areal conjugue temps modernes et nostalgie industrielle. 

    Crédits: © Suisse Tourisme
  • Winterthur: le Fotomuseum et sa collection de quelque 8000 photographies contemporaines ont pris leurs quartiers dans une ancienne usine de stockage.

    Crédits: © Suisse Tourisme
  • Avec le Fotomuseum situé en face, la Fondation Suisse pour la Photographie (Fotostiftung) fait de Winterthur un haut-lieu de la photographie contemporaine. 

    Crédits: © Suisse Tourisme
  • Winterthur: tout se recycle dans le Sulzer Areal, même les wagons, transformés en restaurant.

    Crédits: © Caroline Gamper
  • Le Flon, avec ses bars, ses commerces, ses restaurants, cinémas et lieux de fête rythme les jours et les nuits de Lausanne. 

    Crédits: © Lausanne Tourisme
  • Cet été, de nouvelles surfaces modulables seront disponibles pour accueillir galeries d’arts, artisans et commerces dans la rue des Côtes-de-Montbenon qui borde au sud le quartier du Flon. 

    Crédits: © Mobimo

Les anciens quartiers au passé chargé d’aventures industrielles ont su garder leur âme en réhabilitant entrepôts, ateliers mécaniques et anciens bâtiments d'usine. Ils sont tous devenus des lieux de créativité. Peuplés de musées, restaurants branchés, ateliers d’artistes, ils accueillent fans d’architecture, d’art, de design et de mode. Des lieux qui racontent comment la Suisse industrielle peut évoluer vers d’autres propositions créatives.

Zurich.

Züri-West toujours plus étendu. Depuis plus d’une dizaine d’années, la friche industrielle située à l’ouest de la ville a laissé place à un quartier complètement neuf qui ne cesse de s’étendre. Parmi les dernières transformations, sur l’emplacement de l’ancienne laiterie Toni, le Museum für Gestaltung, centre national d’expertise en graphisme et design, a ouvert en septembre 2014 un nouveau site, le «Schaudepot». Ici sont regroupés plus de 500'000 objets qui retracent l’évolution du design et des modes depuis l’ère industrielle. En ce moment, il accueille une exposition qui fait revivre 100 ans de promotion touristique nationale, notamment à travers une collection d’affiches «vintage» exceptionnelle. «Partez en vacances !» (jusqu’au 9 juillet)

Non loin de là, sous les arcs de l’ancien viaduc ferroviaire construit en 1894, se trouve aujourd’hui une enfilade de 36 arcades, sur 500 mètres de long, sous lesquelles ont élu domicile des épiceries fines, des ateliers, des galeries et boutiques mode; Im Viadukt est un lieu où il fait bon flâner pour humer l’air des dernières tendances et finir la journée en musique avec le programme de concerts du Bogen F (arche F).

L’adresse: pour manger ou chiller, rendez-vous dans le jardin de Madame Gerold (Frau Gerolds Garten), à la fois restaurant, bar, jardin et lieu d’exposition pour les artistes.

 

Winterthur.

Photo et industrie en point de mire. Le Sulzer-Areal ("district de Sulzer") de Winterthur était autrefois la capitale industrielle de la Suisse. Jusqu'à la fin des années 1980, plus de 10’000 personnes travaillaient sur le site du groupe Sulzer. Les anciennes usines sont aujourd’hui une ruche de créativité. Parmi les anciennes lignes de chemin de fer désaffectées, on trouve des boutiques, des habitations, des espaces publics de détente. Une centaine d'entreprises sont venues s'y installer. Rassemblées au sein de l'association ArealVerein, elles veillent au développement durable du site avec la fondation Abendrot.

Winterthur est aussi une ville où le 8e art joue un rôle important grâce à deux musées jouissant d’une renommée internationale. Le bâtiment en brique du Fotomuseum abritait autrefois une usine de stockage; Aujourd'hui, le lieu est riche d’une collection de quelque 8000 photographies contemporaines, que viennent compléter des expositions temporaires. De l'autre côté de la route, la Fondation Suisse pour la Photographie sise dans une ancienne teinturerie, documente le genre en Suisse depuis ses débuts jusqu'à nos jours.

L’adresse: pause repas dans Les Wagons, un restaurant installé dans trois wagons de l’ancien train qui montait à l’Uetliberg (la montagne toute proche de Zurich), car ici, toutes les anciennes infrastructures, même ferroviaires, se recyclent…

 

Lausanne.

Le Flon bouge. Sur 55'000 m2, principalement piéton, le quartier «trendy» de Lausanne était principalement constitué d’une gare de marchandises, d’une zone d’entrepôts et de port-franc. Au centre-ville de Lausanne, en contrebas de la place Saint-François, elle est un lieu de passage: près de 80'000 personnes transitent par sa gare tous les jours. Cinémas, commerces, restaurants, boîtes de nuit, bars, hôtel, studios de design, galeries, écoles constituent l’activité diurne et nocturne du quartier.

Mais le développement du Flon ne s’arrête pas là, puisque les anciens garages qui bordaient le sud du Quartier du Flon seront réaménagés en nouvelles surfaces modulables destinées à accueillir des activités artistiques, artisanales, administratives ou commerciales. Baptisés «les Garages», les locaux seront prêts à accueillir leurs nouveaux locataires au cours de cet été. Quant à la nouvelle Esplanade du Flon entièrement réaménagée, elle sera terminée à l’automne.

L’adresse: 100% végétarien, c’est le menu proposé par le Bad Hunter, et le week-end, c’est yoga-brunch. Et pour la pause apéro après la visite au cœur du Flon, la terrasse du Friends Café au sommet de l’Hotel.

Les Idées Week-end de bilan.ch sont élaborées en partenariat avec Suisse Tourisme.

 

Cristina d'Agostino

RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE EN CHARGE DE BILAN LUXE

Lui écrire

Licenciée en Sciences politiques à l’Université de Lausanne puis spécialisée en marketing et économie à HEC Lausanne en 1992, Cristina d’Agostino débute sa carrière dans l’industrie du luxe, et occupe les fonctions de responsable marketing et communication pour diverses marques horlogères. En 2008, elle décide de changer radicalement d’orientation, et débute une carrière de journaliste. En freelance d’abord, elle collabore aux titres Bilan, Bilan Luxe, Encore, avant d’intégrer la rédaction de Bilan en 2012. Depuis 2012, elle occupe la fonction de rédactrice en chef adjointe et responsable des hors-série Bilan Luxe.

Du même auteur:

Ex-mannequin: un physique pour quel emploi?
Comment Matignon a créé six cliniques en quatre ans

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."