Bilan

Daniel Hope, un virtuose de l’archet rempli d’espoir

Daniel Hope, directeur musical de l’Orchestre de chambre de Zurich, est l’un des plus grands violonistes de notre temps. Retour sur sa vie et son œuvre. Herbert Büttiker

  • Crédits: Harald Hoffmann
  • « La musique doit rester intime, surtout au niveau d’un orchestre de chambre »

    Crédits: Harald Hoffmann

L’Orchestre de chambre de Zurich est probablement la petite sœur de l’Orchestre symphonique de la Tonhalle, mais il n’a pas à rougir. L’OCZ l’a prouvé depuis septante-cinq ans en jouant un rôle important dans la vie des concerts zurichois. Les nombreuses tournées et résidences de festivals témoignent de la réputation internationale de l’ensemble, qui compte actuellement 28 membres. Depuis la saison 2016-2017, Daniel Hope, violoniste vedette, est un chef de file imaginatif dans le domaine de la musique classique et un médiateur musical exceptionnel.

Son engagement a suscité des attentes, notamment dans le cadre du 75e anniversaire de l’orchestre. « Nous marquerons l’événement en collaborant avec de grands solistes. Mais surtout, en célébrant l’orchestre et les personnalités de l’ensemble », déclare Hope. Il est également prévu de se rendre à la Philharmonie de Cologne, au Musikverein de Vienne et, plus à l’est, à Odessa en Ukraine. La tournée sera consacrée au dernier album dédié à la musique de la Belle Epoque que Daniel Hope a sorti avec l’OCZ. La période artistiquement excitante et voluptueuse qui précède la Première Guerre mondiale plaît particulièrement à l’artiste britannique d’origine sud-africaine. Celui qui vit à Berlin depuis plusieurs années collectionne les œuvres qui sont liées à ce temps-là.

Tournées annulées à cause du Covid-19

La moitié de la saison en cours a été perdue à cause de l’actuelle pandémie de Covid-19. L’OCZ venait de terminer la tournée, « jour après jour dans les plus grandes salles d’Allemagne », lorsque tout s’est arrêté. Sans attendre, le violoniste a lancé [email protected], des capsules vidéo de ses performances musicales. Après quelques jours seulement, le rendez-vous musical est devenu incontournable grâce à une présence quasi quotidienne sur internet ainsi que sur Arte et la chaîne de télévision allemande ZDF. Au total, ce ne sont pas moins de 70 enregistrements qui ont été diffusés comptabilisant 5 millions de vues.

Pendant ce temps, l’OCZ a dû faire une pause. A terme, il pourrait profiter des nouvelles expériences de son directeur. « Le monde est obligé de faire une remise à zéro. Avec cette crise, il faut des idées neuves, de nouveaux formats pour l’avenir de la musique classique, explique Hope. J’en suis. » Avec un nom porteur d’espoir, le virtuose est loin d’être pessimiste. Mais la crise lui a aussi fait prendre conscience de cela : « La musique permet d’être proche des gens. Les règles de distance sont certes nécessaires au niveau sanitaire mais vont à l’inverse de mon idée que la musique doit rester intime, surtout au niveau d’un orchestre de chambre. »

Hope et Menuhin

Hope connaît l’OCZ depuis qu’il est enfant. Sa mère était secrétaire et directrice du violoniste et chef d’orchestre américain Yehudi Menuhin, dont l’orchestre jouait chaque année au Gstaad Menuhin Festival. « C’est là que j’ai fait une grande partie de mon chemin vers la musique. Je me remémore avec nostalgie des concertos pour violon, Bach, Vivaldi, Mozart, Mendelssohn joués par l’OCZ et son merveilleux fondateur, le maestro suisse Edmond de Stoutz. »

Mais le chemin n’a pas été facile même si la star mondiale Yehudi Menuhin l’a pris sous son aile comme élève. Certes, Hope en est fier et reconnaissant. Cependant, « grandir à l’ombre d’un géant est assez difficile ». Il explique avoir dû travailler durant des décennies pour être à la hauteur de cette situation. Aujourd’hui, Hope est un musicien accompli. Seul comme soliste avec son Guarneri del Gesù ou comme chambriste avec de nombreux grands amis artistes, sa mission reste « de transmettre les valeurs de la musique classique, son élan et sa beauté. Cet art doit vivre – et survivre – à travers nous. »

La musique, un facteur de paix

Ecrivain à ses heures, Hope aime raconter des anecdotes et faire des recherches sur l’héritage culturel juif et ses antécédents douloureux. Ses centres d’intérêt sont les musiques de films hollywoodiens influencées par les compositeurs en exil et par ceux du ghetto de Theresienstadt. Mais également par sa propre histoire familiale marquée par la persécution, retracée en partie dans le film documentaire « Daniel Hope – le son de la vie ». Les incidents antisémites et racistes, surtout en Allemagne, où il est devenu récemment citoyen, l’effraient. Il ne veut pas faire de sa scène musicale une plateforme politique, mais voit en la musique un facteur de paix et de tolérance. « La musique apporte des expériences impressionnantes. » Hope reçoit quotidiennement des lettres de fans, dont cette femme souffrant d’un cancer, soulagée par sa musique. « Quand vous lisez cela, vous comprenez que la musique n’est pas seulement importante, mais elle est aussi pertinente pour la vie. »


Les points forts du programme de la saison anniversaire de l’Orchestre de chambre de Zurich

27 octobre 2020

Ouverture à la Tonhalle Maag, Zurich.

19 novembre

Retrouvailles avec Roger Norrington, ancien directeur musical de l’OCZ.

11 et 12 décembre

Concert d’anniversaire de l’OCZ avec une première mondiale de Cécile Marti.

15 décembre

Concerto grosso à l’époque baroque et moderne avec le pianiste Simon Bürki.

31 décembre

Concert de la veille du Nouvel-An avec Maurice Steger (flûte à bec et chef d’orchestre) et Rachel Harnisch (soprano).

12 janvier 2021

L’OCZ joue avec le Marcus Roberts Jazz Trio. Au programme, Gershwin, Bernstein et Weill.

14 mars 2021

L’OCZ et les King’s Singers créent un concert accompagné d’un livre d’images d’animaux avec «The Wind in the Willows» de John Rutter.

4 mai 2021

Concert symphonique avec le pianiste Alexandre Tharaud.

8 juin 2021

Concert avec le jeune violoniste suisse Sebastian Bohre.

22 juin 2021

L’OCZ joue sous la direction du spécialiste du baroque Ton Koopman.

8 juillet 2021

Fin de la saison avec les premières mondiales de Luzia von Wyl, Daniel Schnyder et Christoph Baumann.

Bilan Luxe

Lui écrire

Du même auteur:

Chic Team
Votez pour l'Homme de l'année 2015

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."