Bilan

Cracovie: une scène artistique bouillonnante

Cœur culturel de la Pologne, l’ancienne capitale royale héberge des musées et des galeries d’art contemporain de premier plan. Un festival d’art se prépare pour cet automne.

  • Crédits: Dr
  • Dans la Pologne de l’époque communiste, les néons étaient un important moyen d’expression pour les graphistes et artistes du pays. Un musée leur est consacré à Varsovie, à deux heures de train de Cracovie.

    Crédits: Dr
  • La qualité de l’enseignement nourrit une intense réflexion sur l’art.

    Crédits: Dr

Le Cracow Gallery Week-end Krakers aura bien lieu cette année, en dépit du Covid. Nous prendrons toutes les dispositions nécessaires. Il est primordial que la vie artistique se poursuive et que nous puissions continuer à montrer la créativité de notre ville. » Cheville ouvrière du festival Krakers qui aura lieu du 18 au 25 octobre, Malgorzata Golebiewska est propriétaire avec son mari Marcin de la galerie Art Agenda Nova et initiatrice de l’East of Art Foundation. Avec son assistante Katarzyna Mierzwinska, elle fait un important travail de découverte dans une scène locale bouillonnante. Cœur culturel de la Pologne, Cracovie rassemble des institutions majeures dédiées à l’art contemporain, dont le Bunkier Sztuki, galerie municipale dotée d’un agréable café donnant sur la rue qui montre beaucoup de photographies. Ouvert en 2010, le MOCAK (Museum of Contemporary Art in Krakow) a quant à lui pour objectif de présenter l’art des deux dernières décennies avec le prisme de l’avant-garde, de même que l’art conceptuel d’après-guerre. Au bénéfice d’un baccalauréat en arts plastiques obtenu en Pologne et venue en Suisse dans les années 1990 pour y poursuivre sa carrière, Olga Piuz brosse le décor. « Fondée au XIVe siècle par le roi de Pologne Casimir lll le Grand, l’Académie de Cracovie a été l’une des premières universités d’Europe et n’a cessé de rayonner depuis. La région a été très influencée par la Renaissance italienne qui a marqué l’architecture du centre historique. La formation artistique se révèle d’un excellent niveau et alimente une intense réflexion sur l’art. »

Figure tutélaire pour les artistes de Pologne, Tadeusz Kantor (1915-1990) est connu dans le monde entier comme l’un des plus grands artistes et réformateurs du théâtre. Au bord de la Vistule, le Musée d’art contemporain et espace d’art du spectacle (la Cricoteka) qui lui est dédié est un tour de force architectural. La maison traditionnelle qui hébergeait à l’origine la troupe a été recouverte d’une imposante structure en béton et métal reposant sur deux piliers, dont les matériaux reflètent le scintillement de la rivière. Une exposition permanente intitulée « Spectre » retrace les productions du Théâtre Cricot 2.
Dans un paysage postcatastrophique, les objets scéniques évoquent le thème de la mémoire.

La violence et la répression tiennent une grande place dans l’art contemporain en Pologne, en relation à son histoire tragique. (Crédits: Dr)

A Cracovie, le souvenir des horreurs de la Seconde Guerre n’est jamais loin. La tragédie de 1939 à 1945 a fait près de six millions de victimes essentiellement civiles en Pologne, dont trois millions de juifs tués dans la Shoah. Inévitablement, cette mémoire influence le travail des artistes. Ainsi, Lukasz Surowiec explore le « non-lieu de mémoire » avec son projet « Herbarium ». L’artiste visite des lieux de meurtres de masse, en Europe mais aussi outre-mer. La dimension anthropologique du projet consiste à recueillir les souvenirs des populations locales. Puis Lukasz Surowiec fait une recherche sur les plantes de la région, les décrit et les photographies.

Artiste en vue, Norman Leto a de son côté beaucoup travaillé sur le thème de la violence. Autodidacte, ce performeur multimédia crée ses premières vidéos dans les années 1990, à 14 ans, sur un ordinateur Commodore Amiga. Sa dernière réalisation intitulée « Photon » a remporté un grand succès public et a été vue jusqu’en Chine. Il s’agit de résumer toute l’existence depuis les origines de la matière jusqu’à la dissolution entropique de l’univers dans une sorte de faux documentaire scientifique. Sa technique fusionne des visualisations de données et une écriture nettement subjective.

Attaché à la Galeria Olympia à Cracovie, Tomasz Vetulani (54 ans) suit avec intérêt la création de son pays d’origine. Ce peintre et sculpteur travaille avec des matériaux comme le silicone noir et la colle blanche pour créer des objets dérangeants que l’on peut voir comme des métaphores sociales. Le dessinateur vit la majeure partie du temps aux Pays-Bas, d’où il observe : « Il existe une impressionnante diversité dans l’art contemporain polonais, bien plus forte que lorsque j’étudiais dans les années 80. La génération d’artistes d’après la fin du rideau de fer s’est très bien intégrée à la communauté artistique européenne. Dernièrement, j’ai été frappé par la quantité d’œuvres se référant directement aux horreurs de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale. »

Enfin, un pas de côté au Musée d’ethnographie de Cracovie qui présente une étonnante collection d’œuvres d’art populaire. Les travaux sont réunis sous le titre « Unattainable Earth », tiré d’un vers du poète Czeslaw Milosz. Principalement issues des années 1970 et 1980, les peintures et sculptures célèbrent le quotidien paysan, la nature ou encore les thèmes religieux. Ces créations non formatées par l’enseignement des écoles d’art témoignent de l’âme polonaise avec une force saisissante.

Cracow Gallery Weekend Krakers, du 18 au 25 octobre à Cracovie.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."