Bilan

Courte paille

Avec The Happy Turtle Straw, le tandem Axel Armellin et Nhat Vuong réforme l’univers de la confection des pailles en œuvrant pour la protection des tortues.

Crédits: © The Happy Turtle Straw

La naissance de Happy Turtle Straw est bien plus que la simple création d’une société de pailles recyclables, réutilisables voire même comestibles. C’est l’histoire d’une prise de conscience environnementale qui touche toute personne sensible à la cause de la protection de notre planète.

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux jeunes entrepreneurs qui souhaitent faire évoluer, en toute humilité, notre manière de voir les choses et nous faire prendre conscience de nos actes… si souvent manqués ! Histoire d’agir avec discernement et contribuer, chacun à sa manière, à ce que notre terre tourne rond avant qu’elle ne tourne plus mal.

© The Happy Turtle Straw

Vietnam

D’origine vietnamo-italienne, Axel Armellin grandit en Suisse. C’est lors d’un voyage au Vietnam en 2008 qu’il renoue avec ses origines et s’inspire du pays pour sa future entreprise. Après un bref passage dans la restauration, il s’intéresse de près à la canne à sucre et revient en Suisse afin d’élaborer du rhum agricole. C’est dix ans plus tard qu’il se familiarise pour la première fois avec le secteur des pailles. «Je ne me suis pas posé de question ; dès mon retour il fallait que j’approfondisse mon exploration. La dimension socio-entrepreneuriale est très importante pour moi».

De son côté, Nhat Vuong est également d’origine vietnamienne. Sous le régime communiste en place dans les années 1970, sa famille fuit le pays. «Je suis né dans un camp de réfugiés à Kuala Lumpur en 1980. Grace à la Croix-Rouge, nous avons eu la chance d’atterrir en Suisse».

Après avoir obtenu une bourse scolaire, le jeune Nhat part au Japon à la fin de ses études universitaires où il créé une plateforme de financement participatif afin de pouvoir lever des fonds rapidement en cas de catastrophe naturelle. Sa vision est d’autant plus d’actualité que la catastrophe de Fukushima arrive en pleine élaboration de son projet. «Notre application a permis de soutenir de nombreuses familles dans des moments difficiles». Puis il découvre la vidéo d’un inventeur espagnol qui, grâce à sa machine, est capable de produire de l’eau potable par condensation de l’humidité. Aussitôt visionné, aussitôt élaboré ! Toujours dans un esprit d’entreprendre, il lance l’association Water Inception qui fournit ces machines dans des camps de réfugiés.

© The Happy Turtle Straw

Coûte que coûte

C’est en 2019 que les deux compères se rencontrent pour la première fois. Le goût entrepreneurial et social leur collent à la peau et le projet Happy Turtle Straw prend rapidement forme. Malgré une crise sanitaire qui impose le ralentissement de toute forme de commerce et un environnement ambiant morose, Axel et Nhat vont de l’avant dans leur projet. «Il fallait continuer coûte que coûte. Nous sommes parvenus à vendre nos pailles en Suisse, en France et en Espagne». La ligne directive est claire: 10% du profit des ventes est redistribué en faveur de diverses associations pour la protection des tortues.

Avec un mélange à base de pommes de terre (non-destinées à la consommation) et de tapioca, les pailles Happy Turtle sont confectionnées un peu comme des spaghettis. «Tout repose sur le séchage et la découpe automatique. Nos pailles peuvent même être mangées en toute sécurité et se biodégradent en 90 jours dans la nature» rappelle Axel. Le message concernant le respect de l’environnement est particulièrement destiné au Vietnam, qui demeure un contributeur significatif dans le classement des plus grands pollueurs mondiaux. «Nous avions envie de changer l’image de notre pays d’origine. Le Vietnam n’est pas seulement une poubelle mais aussi un importateur de solutions».

Les prochaines étapes? La confection de cuillères à café, de bâtonnets de glace, de baguettes ou encore de bâtons de sucette selon le même procédé visant à remplacer le plastique. Un avenir radieux pour une société qui n’en est encore qu’aux balbutiements de sa merveilleuse aventure. Que les tortues se rassurent, elles sont entre de bonnes pailles!

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."