Bilan

Conseils de lecture pour inspirer votre été

Quels ouvrages avez-vous prévu d’emmener dans vos valises? Suivez les suggestions du président de l’EPFL Martin Vetterli, ainsi que celles de la rédaction de Bilan.
  • Quand la vulnérabilité devient une force

    Leadership En 2017, le mâle alpha n’a plus la cote. L’économie veut des managers doués d’empathie et de charisme, capables de rallier de jeunes recrues à leurs projets. Afin de développer ces qualités, l’ouvrage culte de Brené Brown, «Le pouvoir de la vulnérabilité», se révèle d’une aide précieuse. L’universitaire américaine pointe que la peur d’être jugé par autrui nous contraint au conflit, à l’arrogance ou à la fuite. Au contraire, la personne qui accepte de se montrer dans sa vulnérabilité, sans redouter les sentiments de honte, jouit d’une liberté sans égale. C’est à cette condition que le leader pourra nouer des relations constructives avec son équipe et motiver les collaborateurs à donner le meilleur d’eux-mêmes. Sur YouTube, la vidéo de Brené Brown expliquant sa théorie totalise plus de 6 millions de vues. Mary vakaridis 

    «Le pouvoir de la vulnérabilité», Brené Brown, Ed. Guy Trédaniel, 318 pages, 2015

    Crédits: Dr
  • Faites des câlins!

    Santé Si le livre du Dr Frédéric Saldmann enfonce quelques portes ouvertes, ses recommandations pour garder la forme, améliorer sa libido ou son sommeil font du bien. Un exemple? Faire un câlin de vingt secondes à la personne qui partage notre repas déclenche de l’ocytocine qui ferait baisser notre anxiété et serait un véritable coupe-faim naturel. Miraculeux, je vous dis! Chantal de Senger 

    «Votre santé sans risque», Dr Frédéric Saldmann, Ed. Albin Michel, 288 pages, 2017

    Crédits: Dr
  • Le plouc enfin démasqué

    Sociologie Le titre évoque un propos léger, satirique, mais sa lecture révèle une réelle profondeur sociologique. Ses auteurs, l’écrivain et député genevois Jean Romain et le journaliste fribourgeois Stéphane Berney, révèlent l’émergence dans nos sociétés d’un individu standardisé, ultraconformiste: le «plouc». Vêtu de l’attirail du bien-pensant (en faveur du climat, pour l’immigration…) et garanti «cool», il coche toutes les cases du politiquement correct, avec un mélange de naïveté et d’opportunisme. Réseauteur et zappeur frénétique, abonné aux afters, ennemi de l’ancien, fashion victim du langage comme des gadgets, ce snob de la modernité évite à tout prix de se singulariser comme penseur indépendant ou critique, pour s’intégrer dans un mainstream mielleux. A quoi s’oppose le plouc? «A la figure de l’homme authentique, qui essaie d’être lui-même et tant pis si ça déplaît», répond Jean Romain. A chacun de nous, désormais, de repérer le plouc qui sommeille en lui... Myret Zaki

    «Ploukitudes», Jean Romain et Stéphane Berney, Editions Slatkine, 160 pages, 2017.

    Crédits: Dr
  • Tout sur les algorithmes 

    Informatique Bien que les deux auteurs ne soient pas des informaticiens, ils sont parvenus à faire comprendre comment les humains et les machines résolvent des problèmes clés. Extrêmement bien écrit, ce livre n’est pas destiné qu’aux spécialistes. Au contraire, il explique de manière simple et avec des exemples concrets combien les algorithmes ont une implication sur notre vie quotidienne. Ce livre met en lumière de manière remarquable plusieurs concepts mathématiques dont beaucoup entendent parler sans bien les comprendre (théorie des jeux, optimal stopping, caching, searching, etc.).  A lire absolument. martin vetterli, Président de l’EPFL

    «Algorithms to live by: The computer science of human decisions», Brian Christian and Tom Griffiths, 2016.

    Crédits: Dr
  • Plongée dans le génome

    Sciences de la vie J’ai prévu de lire ce livre cet été. Je me réjouis de le découvrir car l’édition génomique, connue depuis des décennies, est en passe d’être révolutionnée par une nouvelle technique disruptive, appellée CRISPR-Cas9, dont j’aimerais comprendre les implications. Pouvoir intervenir sur l’ADN, remplacer un gène malade par un autre ou le modifier, révolutionner les techniques d’édition du génome, ouvrir de nouveaux horizons dans l’étude du cerveau, tout cela me fascine, évidemment, en tant que scientifique. Cette technique révolutionnaire en biotechnologie, qui aura des impacts autant sur la médecine que sur l’agriculture, met le monde scientifique en ébullition car les possibilités de retouche génétique semblent infinies. Ce bond technologique soulève, à juste titre, des questions essentielles en termes d’éthique et de propriété intellectuelle et j’y suis très sensible. Martin Vetterli 

    «Modern Prometheus: Editing the human genome with CRISPR-Cas9», Jim Kozubek, 450 pages, 2016.

    Crédits: Dr
  • L’envers des tomates

    Mondialisation Pendant plus de deux ans, le journaliste Jean-Baptiste Malet a remonté la filière de la tomate industrielle dominée par la Chine. «Produit le plus accessible de l’ère capitaliste», elle circule d’un continent à l’autre en provoquant des dérives sanitaires et en poussant des producteurs dans la misère. L’auteur permet aux consommateurs de saisir les excès de la mondialisation. Jean-Philippe Buchs 

    «L’empire de l’or rouge», Jean-Baptiste Malet, Fayard, 283 pages, 2017.

     

    Crédits: Dr
  • Orwell s’est-il trompé?

    big brother Dans son roman d’anticipation, George Orwell imaginait en 1984 une société totalitaire dont les citoyens seraient sous la surveillance constante de Big Brother, via des écrans. Il ne se doutait pas que septante ans plus tard, nous serions effectivement sous contrôle, mais de notre plein gré. Point de parti omnipotent, mais des réseaux sociaux et des objets connectés auxquels nous livrons tout de nous. Big Brother likes you.

    David Huc«1984», George Orwell, 438 pages, 1949. 

    Crédits: Dr
  • «Nous», le nécessaire retour des révolutions

    Technologie Des habitants d’un «Etat Unitaire» qui célèbrent «le bonheur mathématique infaillible» dans une cité de verre où le mensonge est banni et l’imagination traitée comme une maladie honteuse? C’est la trame de «Nous», le roman d’anticipation d’Evgueni Zamiatine écrit il y a presque un siècle, en 1920, à Saint-Pétersbourg, au moment où l’élan de la Révolution russe s’évanouit. Et c’est avec ce recul historique qu’il faut lire ce roman cet été. Une nouvelle traduction chez Acte Sud en donne une lecture plus proche de son style initial. Un roman qui sera mis à l’écart pour pamphlet contre le socialisme dès 1924, mais que George Orwell lira avant l’écriture de «1984». Ecrit sous la forme d’un journal, l’ouvrage éclaire sur le nécessaire retour des révolutions et la décomposition de l’homme dans un monde parfaitement réglé sous le joug de la technologie et du bien-pensant. 

    Cristina d’Agostino «Nous», Evgueni Zamiatine, Actes Sud Littérature, Exofictions, 240 pages, Mars 2017.

    Crédits: Dr

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."