Bilan

Ciel dégagé pour Netjets

Malgré un marché qui a de la peine à redécoller depuis la crise de 2008, le leader mondial de l’aviation d’affaires vise à accroître sa flotte de plus de 670 nouveaux appareils pour une valeur de près de 17 milliards de francs au cours des dix prochaines années.
Crédits: Lionel Flusin

C’est à bord d’un avion Bombardier Global 6000 posé sur le tarmac du salon EBACE (Salon européen de l’aviation d’affaires) de Genève que l’on retrouve Jordan Hansell, président et CEO de NetJets. Le matin même, la compagnie annonçait un partenariat avec le constructeur canadien Bombardier à l’occasion du lancement d’un nouvel appareil Challenger 350.

En juin 2012, les deux géants avaient déjà signé la plus grande commande de l’histoire de l’aviation privée: 75 avions Challenger 350 et 25 Challenger 605 d’une valeur d’environ 7 milliards de francs. Les livraisons doivent commencer en 2014.

Monsieur Hansell, pouvez-vous nous donner plus de détails sur votre partenariat avec le groupe Bombardier Aerospace ?

Premièrement, nous avons acheté pour plusieurs milliards de francs d’avions Bombardier l’an dernier. Ensuite, pour le lancement du Challenger 350, nous avons participé à la conception, au design et à la production de ces appareils, qui feront dès lors partie de la série NetJets Signature™. Nous travaillons également ensemble pour commercialiser ces avions.

Quels sont les avantages de ces nouveaux modèles Bombardier Challenger 350 par rapport aux autres avions de votre flotte ?

L’appareil offrira aux clients une cabine plus confortable, de plus grands hublots, créant un environnement plus lumineux et un système de divertissement HD sans fil ultraperformant. Le Challenger 350 est prévu pour les marchés européen et américain. Il est capable de transporter jusqu’à 10 passagers dans un rayon d’action de 6083 km.

Quels sont les avantages de voyager avec un avion de votre compagnie ?

Nous sommes le leader de l’aviation d’affaires et possédons pas moins de 800 appareils dans le monde. Nos clients, qui possèdent soit une part d’avion grâce à notre programme de « propriété partagée » soit une Private JetCard (vingt-cinq heures de vols), peuvent avoir un avion disponible n’importe où en quelques heures.

Nous investissons également énormément dans la sécurité de nos avions et le confort pour nos clients.

Pouvez-vous nous dire qui sont vos clients ?

Je dirais qu’il s’agit pour 50% de personnes privées et 50% d’entreprises. Nous-mêmes, nous ne savons pas toujours si nos clients utilisent leur avion pour le plaisir ou pour le travail. C’est uniquement lorsque nos clients prennent leurs enfants ou leurs animaux domestiques que nous en déduisons qu’il s’agit plutôt de loisirs.

Genève Cointrin est le deuxième aéroport en Europe le plus fréquenté par l’aviation d’affaires après Paris Le Bourget, comment expliquez-vous cela ?

Genève est un centre financier, et la Suisse en général a une économie très forte qui attire beaucoup de trafic aérien. La compagnie opère sur pas moins de douze aéroports en Suisse, Genève et Zurich en tête.

Par ailleurs, en hiver, la Suisse attire les épris de sport, qui viennent pour beaucoup de Russie et du Royaume-Uni. Nous les déposons au plus proche des pistes, par exemple aux aéroports de Sion et de Samedan (Saint-Moritz).

Comment se porte le marché de l’aviation d’affaires aujourd’hui ?

En Europe, le marché continue d’être difficile, alors qu’il repart aux Etats-Unis. 

Malgré un marché morose, vous continuez à acquérir de nombreux avions ?

Oui, car nous regardons toujours dans le long terme et nous voulons répondre au mieux à la demande de nos clients.

La compagnie aérienne, filiale du groupe Berkshire Hathaway qui appartient au milliardaire Warren Buffet, a été pionnière en lançant en 1986 le concept de propriété partagée, un concept qui permet de diminuer les coûts d’acquisition d’un jet. Aujourd’hui, NetJets est la compagnie qui détient le plus de propriétaires et la plus grande flotte au monde (800 appareils et accès à 5000 aéroports).

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."