Bilan

Ces îles qui suscitent les convoitises

Posséder une maison insulaire représente le summum de l’habitat de luxe, comme l’a prouvé Mark Zuckerberg en s’offrant voici un an 144 hectares sur la plus vieille île de l’archipel hawaïen.
  • L’île de Kauai a pour résidents Mark Zuckerberg (Facebook) et Larry Ellison (Oracle).

    Crédits: Getty Images
  • La Sardaigne (ici Costa Smeralda, sur la côte nord) attire les acheteurs fortunés.

    Crédits: Getty Images
  • Propriété en vente sur l’île Moustique, dans les Caraïbes.

    Crédits: Knight Frank

Voici un an exactement, Mark Zuckerberg, le patron du réseau social Facebook, mettait la main sur un bout de terre pour 66 millions de francs: l’île de Kauai, surnommée l’île-jardin, la plus vieille de l’archipel hawaïen. Il s’est offert 144 hectares d’une ancienne plantation de canne à sucre. Elle comprend une plage de sable blanc de 762 mètres. En 2012, c’est Larry Ellison, cofondateur d’Oracle, qui s’était déjà offert un bout de cette même île, décidément très recherchée.

Plus près de nous, une holding d’investissement du Qatar avait repris Smeralda, une holding détenant quatre hôtels de luxe en Sardaigne, ainsi qu’un parcours de golf, une marina et de vastes terrains vierges. Les Qatariens ont annoncé vouloir y investir plus d’un milliard d’euros pour y doubler la capacité hôtelière. Dernier exemple, Georges Cohen, un riche investisseur domicilié à Genève mais qui passe beaucoup de temps sur Calivigny, un îlot confetti au large des Grenadines.

Que ce soit une villa à Majorque, une île cachée dans les Caraïbes ou un refuge dans la lointaine Ecosse, posséder une maison insulaire peut représenter le summum de l’habitat de luxe. Selon le nouveau rapport sur les îles publié par Knight Frank, certains archipels et îles suscitent à nouveau un vif intérêt des acheteurs de résidences secondaires.

Cependant, cet attrait serait limité à certaines localisations bien ciblées: Bali, Moustique, Ibiza, Jumby Bay (à côté d’Antigua), les îles Caïmans ou Saint-Barthélemy. Ce regain d’intérêt s’explique en partie par la nette amélioration des moyens de transport. L’idéal étant de se situer au maximum à trois heures d’avion d’un hub, comme les Baléares avec Londres, Bali avec Singapour ou une partie des Caraïbes avec New York.

«Nous savons qu’en 2014 la recherche en ligne de propriétés insulaires via le site web de Knight Frank a augmenté de 21% en glissement annuel. Les maisons à Ibiza, à la Barbade et à Bali enregistraient le plus grand nombre de visites. Les acheteurs examinent ces îles en fonction des limitations strictes de planification, ou même des moratoires sur la construction de bâtiment en vigueur, afin d’évaluer le potentiel de hausse des prix en raison d’une offre limitée, relève Etienne Nagy, CEO de Naef Immobilier.

Majorque et Ibiza connaissent un véritable rebond. Au cours du premier trimestre 2015, les recherches de propriétés en ligne sur le site de notre partenaire ont grimpé respectivement de 31 et 11%.» Les deux plus grandes îles des Baléares disposent de bonnes écoles internationales, d’une excellente connectivité informatique et de vols toute l’année vers le Royaume-Uni et le reste de l’Europe du Nord. Ailleurs en Méditerranée, la Sardaigne attire une catégorie d’acheteurs plus aisés, comme les Britanniques, les Scandinaves et les Russes. 

Moins de 500 000 francs

Parmi les 196 pays du monde, seuls 30 à 40 possèdent une ou plusieurs îles privées. Or, selon Farhad Vladi, de Vladi Private Islands, seules 5% de ces îles sont bien qualifiées et réputées. Les critères sont l’accessibilité, l’existence d’infrastructures locales telles qu’électricité et systèmes d’assainissement et l’appartenance à un pays avec un régime politique stable. Dernier point: elles doivent se situer à proximité d’infrastructures médicales.

«Malgré l’inventaire limité des îles privées de «qualité», les prix n’ont pas considérablement augmenté et restent en réalité relativement abordables dans certaines régions du monde», selon Jacques Emery, responsable de Naef Prestige. Ainsi, sur la côte ouest de l’Ecosse et de l’Irlande, certaines îles changent de mains pour moins de 500 000 francs; 65% des îles privées disponibles à la vente ont d’ailleurs un prix inférieur à 500 000 francs.

Cela étant, aussi surprenant que cela puisse être, la majorité des propriétaires sont les gouvernements, les ONG et les organismes de conservation. Une tendance qui a augmenté de manière significative (283%) au cours de la dernière décennie. Ainsi, par exemple, le gouvernement des îles Vierges britanniques examine désormais de près chaque vente d’île à des investisseurs étrangers. De plus en plus fréquemment, ce dernier a préféré racheter celles mises sur le marché.

Plus globalement, le marché des résidences secondaires a baissé de 2,6% en 2014 tandis que l’indice des prix des transactions relatives aux 13 îles les plus populaires est resté parfaitement stable. «En Asie, le concept de la maison secondaire est tranquillement en train de devenir la référence. Nous nous attendons à ce que cette tendance augmente significativement durant les cinq prochaines années avec d’importantes répercussions sur les marchés globaux», à en croire le rapport Knight Frank.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."