Bilan

Ces icônes brûlantes

Elles jouaient les femmes inaccessibles, séductrices ou fragiles à l’écran. Aujourd’hui, ces vamps d’un autre âge captent toujours l’attention des hommes. Enquête.
  • Sophia Loren Crédits: Corbis
  • Charlotte Rampling Crédits: Corbis
  • Jacqueline Bisset

Jane Fonda en Barbarella, Faye Dunaway en Bonnie ou Claudia Cardinale en Vénus dans Cartouche, toutes ces actrices font toujours rêver malgré leur âge. Des actrices dont l’aura serait en partie due à leur longévité, comme l’explique Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse.

« C’est leur évolution qui fascine. Lorsque l’on pense à Faye Dunaway, elle n’a jamais cessé de tourner. Elle a évolué au cinéma tout en vieillissant. Même si certaines ont eu recours au bistouri, la plupart de ces actrices n’en ont pas abusé et elles assument leur âge. Cette beauté vieillissante devient touchante. »

L’avant-gardiste Andy Warhol parlait du « quart d’heure de célébrité », une expression plus que d’actualité aujourd’hui. « Désormais, le star-system a changé. Parce que les vecteurs de communication tels que smartphones, tablettes, écrans d’ordinateur et télévisions se sont multipliés, s’imposer comme une icône, donc jouer la rareté, est devenu très difficile », commente Frédéric Maire.

« Aujourd’hui, la fascination d’une star de cinéma est nettement moindre qu’auparavant. Il était quasiment impossible de voir une image de ces stars dans leur vie privée. Désormais, le fait de tout savoir au travers des paparazzis fait qu’indéniablement la fascination s’évapore », indique Raphaël Wolf, journaliste cinéma pour l’émission Vertigo sur La Première.

Alors, existe-t-il une nostalgie du passé ? Indéniablement, selon Mireille Berton, maître assistante section histoire et esthétique du cinéma à l’UNIL.

« Ce phénomène de l’engouement pour les actrices d’âge mûr s’inscrit selon moi dans la tendance généralisée d’une nostalgie pour les valeurs du passé. Ces actrices ont très bien vieilli en conservant leur naturel et leur féminité, mais en plus présentent la garantie d’une expérience dans le métier qui manque cruellement aux jeunes générations. Elles sont donc doublement sexy, à la fois aux yeux du public et des réalisateurs. »

Mais, pour acquérir ce statut indétrônable, il ne suffit pas d’avoir uniquement un physique. « Le mythe ne peut pas exister sans le bon film. S’il était mauvais, il ne serait pas regardable vingt ans après. Il a fallu à ces femmes le coup de chance et beaucoup de talent pour obtenir LE rôle qui leur a donné la gloire », conclut Raphaël Wolf.

Un fantasme générationnel

Mais qui sont les hommes qui fantasment sur Sophia Lauren ou Jacqueline Bisset ? « Selon moi, il faut avoir entre dix et vingt ans de moins qu’elles pour avoir cette image. Plus jeune, on n’est plus en phase avec leurs films et on décroche. Des hommes qui apprécient les voir tenir différents rôles.

Ces stars sont reconnues comme ayant été des sex-symbols à l’époque. Aujourd’hui, elles éveillent toujours l’intérêt des hommes mais de différentes manières. Pour certains, elles forcent le respect et fascinent. Pour d’autres, elles évoquent ce qu’ils aimeraient avoir à la maison: une femme indépendante, séduisante, épanouie, avec une maturité paisible.

Un homme plus jeune peut les désirer ardemment, mais il s’agit plutôt d’un rite de passage. C’est l’envie d’une femme expérimentée et initiatique qui va leur apprendre la sexualité. Ce cycle ne dure pas généralement », signale Patricia Fisch, sexologue clinicienne et anthropologue.

Hollywood, ce monde impitoyable

Dans le cinéma, comme dans le sport de haut niveau, la date de péremption arrive très vite. « Désormais, le cinéma américain vise un public qui a entre 15 et 25 ans. Mais il reste toujours sans pitié pour l’image de la femme. Dans le film Le Hobbit, par exemple, il y a des hommes de tous âges, mais des femmes très jeunes. Elles ne doivent pas avoir une ride », indique Frédéric Maire.

Mais où sont donc passées les fameuses Jacqueline Bisset ou Charlotte Rampling ? Dans une certaine catégorie de rôles. « Depuis cinq ans, il y a un trend vers les films qui traitent des personnes d’âge mûr. Des films qui évoquent la passion et l’engagement, même après la retraite; des rôles forts pour certaines actrices, explique Raphaël Wolf. Et, en dehors de ces rôles phares, elles acceptent de jouer les mamans, voire les grand-mères dans certains films. » Et pour la suite? Y aura-t-il encore des comédiennes qui susciteront autant de convoitises?

Probablement, mais très peu. L’une d’entre elles semble pourtant réunir toutes les qualités aux yeux des deux spécialistes cinéma interrogés pour cette enquête: Nicole Kidman.

Pour Frédéric Maire, «cette actrice en a les moyens et a su placer « ses billes». Désormais, elle travaille également dans la production et se réserve des rôles où elle sait qu’elle va briller. C’est une moins bonne actrice que Jacqueline Bisset, mais elle est sublime et accepte de se mettre en danger, comme dans Eyes Wide Shut.» Et Raphaël Wolf d’ajouter : « C’est une femme intelligente qui sait protéger sa vie privée. Elle est secrète, mystérieuse et possède cette façon de faire des actrices d’un autre temps. » Sur les deux autres marches du podium, Nathalie Portman ou encore Scarlett Johansson semblent également de véritables prétendantes au statut de mythe.

Lucie Notari

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

L'étoffe des icônes
Un brin de couleur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."