Bilan

Ces écuries qui réussissent

La figure de proue du sport automobile helvétique est certes l’écurie de formule 1 Sauber. Mais on tend à oublier que la Suisse compte une bonne douzaine d’écuries professionnelles qui réussissent dans ce métier.
  • Porsche 997 GT3 de Fach Auto Tech. Crédits: Dr
  • L’écurie Emil Frey Racing en course avec une Jaguar GT3 lors des Blancpain Endurance Series. Crédits: Dr
  • L’écurie Jenzer Motorsport en course pour la catégorie GP3 à Silverstone. Crédits: Dr
  • L’écurie suisse Rebellion en course avec une Lola modifiée, un bolide régulièrement victorieux en championnat d’endurance FIA. Crédits: Dr

Ils ont tous un même objectif : la formule 1. Un des jeunes affamés de gloire de l’écurie suisse Jenzer Motorsport devrait y arriver dès la saison prochaine: le Russe Sergueï Sirotkine. Grâce à des sponsors russes, il deviendra, à 18 ans, le plus jeune pilote de F1 de l’histoire sous les couleurs de Sauber. Sirotkine a fait ses premières armes chez Jenzer à 15 et 16 ans, dans la formule Abarth. « Il était encore vraiment très jeune, commente Andreas Jenzer, le patron de l’écurie. Mais il avait déjà le talent et la volonté de réussir. »

Jenzer Motorsport, à Lyss (BE), jouit d’une excellente réputation internationale. Même Peter Sauber éprouve le plus grand respect pour l’équipe expérimentée formée par Andreas Jenzer.

Outre Sauber, c’est en effet l’écurie de course la plus active de Suisse. Andreas Jenzer a lui-même été, naguère, un jeune pilote prometteur dans la formule Ford. Aujourd’hui, il s’occupe de la relève et engage ses bolides dans les plus disputées des courses destinées aux jeunes générations, la formule Renault et le GP3 Series qui se déroule en marge de la F1.

Faiseur de champions

Avant Sergueï Sirotkine, d’autres protégés de Jenzer ont réussi leur passage vers la conduite professionnelle. L’Argovien Fabio Leimer court actuellement en GP2 Series, l’antichambre directe de la F1.

La Soleuroise Rahel Frey est pilote d’usine chez Audi, le Bernois Neel Jani a été pilote d’essai chez Sauber et Red Bull et il vient de signer un contrat d’entreprise chez Porsche pour le Championnat du monde d’endurance FIA. Le Canadien Bruno Spengler est, au service de BMW, un des meilleurs pilotes de DTM (Deutsche Tourenwagen Masters).

Andreas Jenzer a des raisons d’être fier: « Bon nombre de nos pilotes, dont des Suisses, ont pu passer au sport professionnel après avoir fait leurs premières armes chez nous. Reste qu’il devient chaque année plus difficile de dénicher de jeunes talents capables de financer tout ça. »

Pour la saison 2013, Jenzer Motoro-sport est engagé dans trois championnats en Europe et à Abu Dhabi, avec deux semi-remorques, sept voitures de course, une dizaine de techniciens et des assistants bénévoles. Ses neuf pilotes proviennent de Suisse, Russie, Allemagne, Singapour, Argentine et Venezuela.

Passion Porsche

Alors que Jenzer vit à 100% du sport automobile, pour Alex Fach c’est en grande partie une passion. Ce fan de Porsche, de Sattel (SZ), s’est lancé en 2007 en compétition clients chez Porsche.

Depuis lors, quatre de ses seize collaborateurs travaillent à plein-temps pour le sport automobile : sur des véhicules de clients pilotes amateurs qui entendent s’éclater lors des six week-ends de la Porsche Sports Cup Suisse et sur les voitures de sa propre écurie.

Fach Auto Tech s’enorgueillit de succès internationaux. Aux 24 Heures de Dubaï, dans les DTM allemands les plus exigeants et, récemment, à la Porsche Supercup dans le cadre de la F1 avec un premier podium en Hongrie. Mais Alex Fach est conscient du volume de l’investissement : « D’un point de vue rationnel, notre engagement dans la compétition n’est guère justifiable. Mais c’est bon pour l’image de l’entreprise et, malgré l’énorme investissement en temps, c’est notre passion. »

Emil Frey GT3 Jaguar

De création récente, l’Emil Frey Racing Team fait revivre une tradition familiale. Fondateur de la société, le grand-père Emil prenait part à des courses de motos et de voitures, le père Walter Frey est arrivé jusqu’en formule 2, et c’est maintenant son fils Lorenz qui est aux manettes.

Avec le Zurichois Fredy Barth, engagé dans le Championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC) comme chef de projet, une équipe de course professionnelle a installé ses quartiers au siège de la société à Safenwil (AG). Le but est de développer de manière autonome un véhicule de course correspondant aux normes GT3.

La base en est une Jaguar XK. L’Emil Frey GT3 Jaguar devrait être engagée dès cet automne dans les courses de trois heures des Blancpain Endurance Series, très relevées avec leurs 60 équipes de 10 marques différentes. Pour l’Emil Frey Racing Team, c’est un gros défi. « Mais ça en vaut la peine, estime Fredy Barth. Pour l’entreprise, c’est une image promotionnelle très positive. »

Chez Rikli Motorsport, il n’est question que de passion pour le sport automobile. Avec son pilote Peter Rikli, l’écurie de Wangen an der Aare (BE) est engagée depuis des années dans le Championnat allemand Procar et, cette année, dans le championnat d’Europe des voitures de tourisme ETCC. Rikli n’a pas choisi le chemin le plus facile.

Au lieu de louer ses services à une équipe constituée ou de s’offrir une voiture compétitive, son équipe développe elle-même la technologie de course. Les collaborateurs du garage de son frère Erwin et de sa propre entreprise de toiture-couverture construisent des voitures de compétition sur la base de la Honda Civic.

Après les heures de travail et bénévolement. Ces efforts méritoires se traduisent par des succès, y compris ceux de la Zurichoise Andrina Gugger, engagée cette année, qui est en tête du Ladies Trophy.

Rapide et rebelle

Chez Rebellion Racing aussi, on ne parle que de passion. Alexandre Pesci, le propriétaire de l’écurie, gagne sa croûte comme président de la société Lemo, leader mondial des connecteurs de très haute qualité pour tous les domaines d’activité. Avec son écurie installée en Angleterre, il s’offre un hobby, tout comme avec la manufacture de montres de luxe Rebellion.

Mais des hobbies qui valent à Alexandre Pesci de notables succès: au Championnat du monde d’endurance, Rebellion Racing est régulièrement l’équipe privée la plus rapide, avec le Suisse Neel Jani, Nicolas Prost, le fils d’Alain, et l’ancien pilote de F1 chez Sauber Nick Heidfeld.

Au nom de Ferrari

Kessel Racing considère le sport automobile comme un business. Son patron Ronnie Kessel a recueilli avec succès l’héritage de son père Loris, engagé en F1. L’écurie tessinoise a mêlé son destin à celui de Ferrari, dont Kessel est concessionnaire, et dispose de 60 collaborateurs. Elle organise pour ses clients des journées de sport automobile et met à disposition des clients prêts à casser leur tirelire des véhicules pour le Ferrari Challenge.

Ces pilotes amateurs se voient proposer une prise en charge totale: du transport à l’assistance technique en passant par le gîte et le couvert pour le conducteur, sa famille et ses amis. Sise à Grancia, près de Lugano, la société Kessel Racing multiplie les succès dans les ligues professionnelles.

Les bolides de compétition Ferrari GT3 développés et construits par Kessel Racing ont des clients dans le monde entier. Et bien sûr Kessel Racing s’engage dans les championnats GT internationaux.

En 2011 et 2012, les Tessinois ont fêté la victoire finale du Championnat GT Open italo-espagnol. Avant l’ultime étape de la saison au Nürburgring, la Ferrari 458 GT3 de Kessel Racing était en tête des Blancpain Endurance Series, avec ses deux pilotes italiens et le troisième brésilien.

Aux 24 Heures du Mans

Sur la scène de la compétition automobile suisse, on compte encore – et entre autres – les Bernois de Race Performance, présents depuis des années aux 24 Heures du Mans, et l’écurie Morand Racing, à Marly (FR), qui se lance dans les Le Mans Series avec Natacha Gachnang, la cousine de Sébastien Buemi.

Enfin, les Saint-Gallois de Stucki Motorsport, à Schmerikon, courent dans la Renault Clio Cup tchéco-allemande. Ce qui nous fait une douzaine d’écuries de course professionnelles en Suisse… condamnées à s’aligner presque exclusivement à l’étranger.

www.jenzermotorsport.ch

www.fachautotech.ch

www.emilfreyracing.com

www.rikli-motorsport.ch

www.rebellion-racing.com

www.kesselracing.ch

www.race-performance.com

www.morandracing.com

www.schlaeppi-racetec.ch

www.stucki-garage.ch

Stefan Lüscher

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

«Je n’ai pas le temps de mourir»
L’exubérance est de retour chez les Grecs

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."