Bilan

Ce week-end, je prends un grand bol d’art!

Les beaux jours arrivent. Et l’envie de prendre le large aussi. De Matisse à Jeff Koons ou Gustav Klimt, voici quelques expos qui valent le détour.

1. Matisse et Newton, Paris

Photo ci-dessus

Contrairement aux apparences, Matisse n’était pas un peintre du bonheur. Animé par un doute constant, l’artiste n’a cessé d’explorer, à travers de multiples affrontements formels, une dimension de vérité dans son art. C’est cette obsédante recherche que veut montrer l’exposition «Matisse, paires et séries» proposée par le Centre Pompidou. Ses deux fameuses peintures, Luxe I et II, exécutées en 1907 à quelques semaines d’intervalle, sont un exemple de ses confrontations. Jusqu’au 18 juin, www.centrepompidou.fr

Paris accueille également la première rétrospective d’Helmut Newton en France depuis sa mort en 2004. L’exposition réunit au Grand Palais plus de 200  images du maître incontesté de la transgression. Esprit libre, le photographe brise les tabous, impose le nu, joue avec l’image d’une femme dominatrice à la puissance sexuelle inédite. C’est lui qui imposa le porno-chic avant l’heure dans les publicités et au fil de ses contributions pour le magazine français Vogue. A travers l’œil de Newton, la femme se révèle forte, maîtresse du désir qu’elle provoque. Jusqu’au 17 juin, www.grandpalais.fr

Sur place: L’Hôtel Le Bristol, à dix minutes à pied du Grand Palais, dispose d’un tout nouveau spa La Prairie. www.lebristolparis.com

2. Gustav Klimt, Vienne

La capitale autrichienne célèbre en 2012 les 150 ans de la naissance du peintre viennois. Plusieurs expositions retracent le parcours ou l’essence artistique de Gustav Klimt. Ainsi, les dessins exposés au Musée Albertina jusqu’au 10 juin permettent de suivre les études de femmes que le peintre a réalisées. Au Musée Leopold jusqu’au 27 août, une exposition présente le «Klimt personnel» au travers de photos, de croquis, mais aussi de plus de 400 correspondances de voyages et cartes postales envoyées à sa compagne Emilie Flöge, à sa famille et amis de Vienne. On peut y admirer son célèbre tableau Vie et mort. Quant au Musée du Belvédère supérieur, il propose de retracer «150 ans de Gustav Klimt», du 12 juillet 2012 au 6 janvier 2013. Ou comment ses plus grands chefs-d’œuvre, Le baiser, Judith I, Le portrait de Fritza Rieder, entre autres, montrent l’accession à la modernité que vécut Vienne au début du XXe siècle.

Sur place: Dans le quartier branché de Freihaus, le concept Urbanauts réhabilite d’anciennes boutiques et les transforme en chambres d’hôtel loft. Die Schneiderin est le premier à ouvrir, entre Karlsplatz et le Belvédère; 140 francs la nuit. www.urbanauts.at

3. Jeff Koons, Bâle

Mêlant culture populaire et savante, Jeff Koons est admiré pour sa remise en question de l’art et du kitsch. L’artiste américain sélectionne à la Fondation Beyeler, en compagnie des commissaires de l’exposition Sam Keller et Theodora Vischer, trois ensembles parmi ses œuvres majeures: «The New» et ses objets empruntés à la vie de tous les jours retraçant son art de 1980 à 1987, «The Banality» (1988) avec ses sculptures étranges en bois, porcelaine ou verre et «Celebration», exposant peintures et sculptures monumentales, une forme d’art que Jeff Koons explore depuis 1994. Du 13 mai au 2 septembre, www.fondationbeyeler.ch

Sur place: En profiter pour tester, non loin de la gare, la cuisine et la sélection de vins italiens du Restaurant Acqua, Binnigerstrasse 14.

4. Asger Jorn, Lausanne

En référence aux trois villes, Copenhague, Bruxelles et Amsterdam, le mouvement CoBrA, initié notamment par Asger Jorn (1914-1973), joue un rôle majeur dans le milieu de l’avant-garde européenne de l’après-guerre. Son but: rompre avec le surréalisme, jugé trop intellectuel, et retrouver une création artistique spontanée. Considéré comme le plus grand artiste danois du XXe siècle, Asger Jorn est révélé dans toute sa richesse artistique au Musée de l’Hermitage de Lausanne, depuis ses compositions colorées de l’après-guerre, peuplées d’un bestiaire fantastique, jusqu’aux peintures lumineuses de la fin de sa vie. Du 22 juin au 21 octobre, www.fondation-hermitage.ch

Sur place: Le Café-Restaurant L’Orangerie, situé dans l’ancienne orangerie jouxtant le musée, propose quelques dimanches par mois un brunch dès 10 h et une visite guidée, le tout pour 62  francs.

5. Elsa Schiaparelli et Miuccia Prada, New York

Après le retentissant succès de l’exposition consacrée à Alexander McQueen, le Metropolitan Museum propose à nouveau la découverte de grands designers de notre temps. Au fil d’un dialogue imaginaire mené par le cinéaste Baz Luhrmann, il retrace l’exceptionnelle vision avant-gardiste de deux créatrices italiennes, Elsa Schiaparelli et Miuccia Prada et leur rapport à l’art. Du 10 mai au 19 août, www.metmuseum.org

Sur place: Ne pas quitter le MET sans boire un verre au Martini Bar du 5e étage. Et dormir, au choix, au James Hotel pour sa piscine, son penthouse loft pour vos séances professionnelles et son bar Le Jimmy sur le toit (www.jameshotel.com) ou au très branché Dream Downtown Hotel, dans le Meatpacking, pour décompresser autour de sa piscine et sa plage de sable directement inspirée de Saint-Tropez (www.dreamdowntown.com).

Crédits photos: Henri Matisse «le rêve», 1940, succession H. matisse, Belvedere, Jeff Koons/Taschen, Donation Jorn/ProLitteris, The Met, Guido Harari/Contrasto/Redux

Sylvie Bernaudon

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."