Bilan

Ce futur quartier qui électrise Londres

Un consortium malais investit 8 milliards de livres britanniques pour édifier un gigantesque projet sur un terrain de 16 hectares dans le centre de la capitale britannique. Démarré l’année dernière, il s’échelonnera jusqu’en 2025.
  • Le célèbre architecte Frank Gehry réalisera cinq immeubles de logements baptisés Prospect Place (ci-contre), dont le déjà fameux «The Flower» (ci-dessous).

    Crédits: Dr
  • Vues des Battersea Roof Gardens, signés par Norman Foster: terrasse privée...

    Crédits: Dr
  • ... et les jardins de toit des résidents.

    Crédits: Dr
  • Le projet se situe au situe au sud de la Tamise, en face de Chelsea.
    Crédits: Dr

Il fallait oser. Bâtir un immense quartier sur un ancien site industriel qui semblait presque maudit (lire l’historique) était risqué. Cela n’a pas rebuté un consortium malais composé de trois entités: SP Setia (coté à la bourse), Sime Darby (un conglomérat actif notamment dans les plantations) et la principale caisse de prévoyance du pays: EPF (la 7e plus grosse au monde).

Comment séduire les investisseurs dans ce coin de Londres, au sud de la Tamise, en face de Chelsea?

Les bons arguments ne manquent pas: la proximité de l’immense parc de Battersea, la création d’une nouvelle station de métro sur la Northern Line, et, surtout, le choix hautement qualitatif des architectes: Wilkinson Eyre pour les surfaces de bureaux situées dans l’ancienne station électrique; l’américain Frank Gehry & Partners pour cinq immeubles de logements baptisés Prospect Place (688 appartements), dont le déjà fameux «The Flower», baptisé ainsi vu sa forme particulière; et enfin le britannique Norman Foster & Partners pour le complexe Battersea Roof Gardens (617 appartements).

Première livraison en 2018

Ce tout nouveau quartier occupera les 16 hectares autour de l’iconique centrale électrique de Battersea, le plus grand immeuble en briques d’Europe, qui produisait en son temps jusqu’à un cinquième des besoins en électricité de Londres, le reste étant assuré par 28 centrales.

Démarré en 2014, ce mégaprojet unique en son genre s’échelonne en huit phases de développement jusqu’en 2025. La phase 1 (2013-2016), Circus West, comprend 867 appartements.

«Il ne reste à vendre que des penthouses allant de 10 à 30  millions de francs», prévient Georges Kiener, directeur de Barnes Suisse, qui a le mandat exclusif pour la Suisse. La phase 2 (mai 2014-2018) intitulée The Power Station se compose de 255 appartements et de surfaces de bureaux de près de 44  000  m² répartis sur six niveaux.

«Pratiquement tout a été vendu», précise le directeur de Barnes. En fait, cette dernière est principalement active dans la commercialisation de la phase 3. La phase 3 (lancée en octobre 2014, s’achèvera complètement en 2020) concerne à la fois Prospect Place (Gehry) et Battersea Roof Gardens (Foster). Une première étape sera livrée fin 2018. Elle concerne 229 appartements dans l’immeuble Battersea Roof Gardens et 310 dans celui de Prospect Place. «Il reste environ un tiers des unités à vendre, à partir de trois pièces (2 chambres à coucher), soit dès 2,16  millions de francs.» 

Des signatures prestigieuses

Les deux architectes de la phase 3 sont des stars mondiales. Ils ont néanmoins été choisis à l’issue d’un concours. Les deux ont ensuite travaillé ensemble pour une parfaite intégration de leurs projets. Voici quelques réalisations phares de ces deux bureaux: le siège social de HSBC à Hongkong, le viaduc de Millau, l’immeuble The Gherkin de Londres (surnommé le concombre), l’aéroport de Hongkong, le pont du Millenium et le Great Court du British Museum, tous deux à Londres, pour Foster & Partners. 

Concernant le cabinet Gehry Partners, citons les projets suivants: Walt Disney Concert Hall à Los Angeles, le Musée Guggenheim à Bilbao, la Fondation Louis-Vuitton de Paris, l’immeuble 8 Spruce Street à New York et l’Hôtel Marqués de Riscal à Elciego en Espagne. Bref, autant dire que la commercialisation de la phase 3 a démarré sur les chapeaux de roue!  

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."