Bilan

Bulgari, Hublot, TAG Heuer, Zenith: les marques LVMH quittent aussi Baselworld pour Genève

Les quatre marques horlogères du groupe LVMH ont annoncé ce vendredi 17 avril leur départ de Baselworld pour Genève. Après les marques indépendantes trois jours plus tôt, c'est sans doute le coup fatal pour le salon bâlois et le recentrage définitif du secteur dans la cité de Calvin.

Depuis de nombreuses années, les marques du groupe LVMH bénéficiaient d'un emplacement privilégié dans les halles de Baselworld.

Crédits: Keystone

C'est sans doute l'ultime clou planté dans le cercueil de Baselworld: les quatre derniers géants de l'horlogerie qui devaient encore faire briller les feux du salon bâlois, Bulgari, HublotTAG Heuer et Zenith, toutes membres du groupe LVMH, ont annoncé ce vendredi matin leur départ de la cité rhénane vers Genève dès la prochaine édition.

Contrairement aux marques indépendantes ayant annoncé leur départ mardi 14 avril (Rolex, Tudor, Patek Philippe, Chanel et Chopard), Bulgari et les trois  marques de la la Division Horlogerie LVMH (TAG Heuer, Hublot et Zenith) ont mis en avant l'appauvrissement de la représentation davantage encore que les relations avec les organisateurs. Comme pour épargner une société, MCH Group, déjà à genoux depuis les départs révélés en début de semaine.

Une migration anticipée ces dernières années

«Nous sommes navrés de devoir quitter ce rendez-vous plus que centenaire qu’est Baselworld et auquel nos maisons étaient fidèles. Il est néanmoins évident, dans ces conditions, que nous devons réagir rapidement et prendre d’autres dispositions. Nous avons devant nous l’opportunité de réinventer le format et le contenu d’un des moments-clés de notre année horlogère, qui représentait à la fois un enjeu commercial de taille et un levier de rayonnement pour nos marques», explique Stéphane Bianchi, CEO de la Division Horlogerie de LVMH.

Pas question toutefois de se limiter à un road-show avec des rencontres et événements itinérants comme Breitling a pu le développer ces dernières années. C'est en Suisse romande et à Genève que les marques poseront leurs stands et leurs nouvelles collections en avril 2021, comme l'annonce aussi Stéphane Bianchi: «Dans cette perspective, nous mettrons tout en œuvre pour être présents avec les autres prestigieuses maisons qui se retrouveront à Genève en avril 2021, et ainsi répondre aux exigences de nos partenaires et clients et leur offrir une expérience inégalée.»

Une migration qui n'est pas totalement nouvelle pour les marques du groupe. Ces dernières années, elles avaient déjà tenu des événements pendant le Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH, devenu Watches & Wonders), qui se déroulait en janvier. Plusieurs marques du groupe français avaient alors posé leurs valises sur des bateaux ou dans des palaces genevois pour exister pendant le SIHH et ne pas laisser la concurrence accaparer les projecteurs.

Cependant, à l'instar des marques indépendantes, elles avaient hésité jusque-là à quitter le navire Baselworld, en dépit de différends récurrents sur les modalités d'organisation, le coût de la manifestation ou les dates de ce rendez-vous. Ces dernières années, plusieurs dirigeants de ces marques avouaient en off leur exaspération face à un management de Baselworld pas assez à l'écoute des nouvelles tendances et pas assez réceptif aux desiderata des marques piliers de l'événement.

Avec leur départ pour Bâle, c'est donc l'arrêt de mort quasi-définitif de Baselworld qui est signé. Le salon qui regroupait l'intégralité des horlogers suisses dans les années 1980 a perdu progressivement tous les joyaux. Le chantier pharaonique de la nouvelle halle de foire et centre de congrès de Bâle pour 430 millions de francs entre 2011 et 2013 n'aura pas suffi à retenir les marques. Et pour la cité rhénane, c'est un des événements phares de dimensions internationales (avec Art Basel en juin) qui risque de disparaître.

Quel salon rejoindre à Genève?

A l'autre extrémité du Jura, Genève peut déboucher le champagne: en quatre jours, la Fondation de la Haute Horlogerie a réussi à faire coup double avec les perles que constituent des marques comme Rolex, Patek Philippe, Hublot, Bulgari, TAG Heuer, Zenith, Chopard, Chanel, Tudor et qui vont venir exposer dans les halles de Baselworld.

Pour les marques horlogères de LVMH, l'annonce ne précise pas encore exactement si leur ralliement à Genève va s'effectuer dans le cadre de Watches & Wonders, du nouveau salon annoncé mardi par les marques indépendantes ou d'un autre événement encore. Mais il s'agit là davantage de détails organisationnels. Car le regroupement au bout du lac va envoyer un signal fort à l'ensemble de l'univers du luxe: les détaillants, grossistes, journalistes et clients VIP pourront venir une seule fois par an en Suisse et au même endroit pour découvrir les nouvelles collections horlogères.

Un signal que décrypte Jean-Christophe Babin, CEO du Groupe Bulgari: «Le regroupement de l’ensemble de l’industrie horlogère suisse en un seul lieu, Genève capitale historique de l’horlogerie, et une seule date, est une opportunité majeure pour enfin relancer un secteur que trop de divisions et intérêts divergents ont fini par affaiblir par rapport au reste du luxe dans lequel Bulgari est protagoniste et y progresse beaucoup plus rapidement. Nous nous réjouissons d’aller à Genève en Avril 2021, même si nous devons encore définir les modalités de notre participation, ce que nous préciserons dans les prochaines semaines. Nous sommes aussi ravis de ne pas devoir pallier, comme en 2020, l’absence de salons horlogers institutionnels, qui nous a forcé en 2020 à des initiatives tactiques nécessaires à court terme mais non souhaitables à moyen terme».

Ces ultimes interrogations sur la forme que prendra l'événementiel horloger du groupe LVMH devraient être levées rapidement avec des annonces promises pour les prochaines semaines.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."