Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Bien vu, le clip solaire

Thomas Hirschhorn et les Kris Van Assche par Linda Farrow: Le plasticien Thomas Hirschhorn, au regard planqué derrière d’épaisses montures très mode, pourrait se risquer aux lunettes de Kris Van Assche, directeur artistique de Dior Hommes depuis 2007 et en parallèle propriétaire de sa propre maison. Le créateur belge, qui a notamment exposé à Genève, s’est acoquiné à la marque londonienne Linda Farrow.Le label de Londres swingue sur la vague lunettes de luxe avec un twist vintage depuis les années 1970. Pour cette collaboration, chaque paire en titane et acétate est assemblée à la main au Japon. Les traces de rouille ou de soudure sont artistiquement travaillées pour ressortir le jeu de lumière ou du mouvement. Un bel objet vivant.Flip Up Rounds, 405 dollars
Peter Zumthor et les Oliver Peoples pour Maison Kitsuné: Une jolie exclusivité pour les premiers pas de Kitsuné dans l’univers de la lunette. Malins, ils ne se sont pas associés à des néophytes, mais aux lunetiers californiens, spécialisés dans le rétro, Oliver Peoples. Le modèle «Tokyo», fabriqué à la main au Japon, en acétate et piqué de détails vintage siérait bien à Peter Zumthor.Le grand architecte suisse qui en impose dans son travail et par son physique de maître zen, qui poétise l’architecture autant qu’il la maîtrise, serait fort bien pourvu avec ces lunettes design aux relents d’avant. Ces deux en un, optiques et solaires, sont faciles à vivre. Elles disent bien que l’on peut parier sur la tendance sans désavouer l’ancien.Modèle «Tokyo», 420 euros
Stephan Eicher et les Clip-On Shades de Persol: si les lunetiers italiens Persol habillent le regard de nombre de stars du cinéma et de la mode, c’est parce qu’elles ont de la gueule et une histoire. Dès 1917, leur avant-gardisme technique fait ses preuves dans le monde de l’aviation et de l’automobile.Reconnaissable par la flèche qui fait office de charnière sur les côtés, Persol verra son statut mythique grimper lorsque Marcello Mastroianni les portera dans le film Divorce à l’italienne.Stephan Eicher, sous ses airs de gitan en roulotte, est aussi alluré qu’un gentleman. Costume trois pièces, chemise blanche, foulard élégant autour du cou, il ne lui manque qu’une paire de lunettes aux accents rétro.Clip-On Shades Persol, modèle PO3002C, 270 francs
1 / 5