Bilan

Best of all worlds

Une nouvelle vient agiter le monde des réseaux sociaux : Erik Wachtmeister, le visionnaire qui avait créé aSmallWorld en 2004, et sa femme Louise ont lancé Best of All Worlds. Grâce à un système de matching très avancé, ce nouveau réseau s’adapte parfaitement à son utilisateur.

De nouveaux réseaux ne cessent de voir le jour. Même si Facebook demeure indétrônable avec ses milliards d’utilisateurs, une belle concurrence se dessine dans les nouvelles sphères de la communication. L’intérêt suscité dernièrement par Pinterest et Instagram montre comment le succès de ces « moteurs d’expression personnelle » tient à une utilisation créative et à une présentation épurée, qui permet la rapidité d’utilisation. Force est de constater que, plus les réseaux sont surpeuplés, plus ces niches deviennent appétissantes. Pour les grosses fortunes également, des sites spécialisés proposent des services adaptés. Family Bhive et aSmallWorld ont été des précurseurs dans le domaine. Le premier a été fondé par une éminente notaire de la City londonienne en 2009.

Plutôt que poster des photos ou rechercher un ancien compagnon d’école, ses membres peuvent échanger des idées d’investissement ou se renseigner sur les événements mondains. Il leur est donc possible d’y trouver des partenaires pour lancer une joint-venture ou d’y dénicher des conseils pour des vacances hors de sentiers battus. Le tout avec une attention particulière à la sphère privée. Les membres sont en effet anonymes mais subdivisés selon leur fortune en trois groupes différents : « Ambre » pour ceux qui se situent entre 5 et 20 millions de livres, « Jade », entre 20 et 100 millions et « Jet », au dessus de 100 millions de livres. Système de parrainage, et non de relevés bancaires, pour aSmallWorld, le réseau qui s’est imposé comme le social network des stars. La formule, basée sur un système d’invitations, a propulsé ce club privé online réunissant réalisateurs, acteurs et nobles… the happy few. A l’origine de ce succès : Erik Wachtmeister. Banquier suédois, fils d’un ambassadeur aux Etats-Unis, il a toujours été un natural born networker, et ce bien avant Facebook. En 2008, malgré l’énorme succès de aSmallWorld, Wachtmeister se trouve en désaccord sur certains aspects de la toute nouvelle gestion, occasion pour réfléchir à un nouveau système, davantage sophistiqué. « Je savais qu’entre l’interface froide de LinkedIn et l’esprit « jeune universitaire » sous-jacent Facebook, il y avait une place à prendre ».

Aujourd’hui, avec sa femme Louise, il lance donc Best of All Worlds, une nouvelle plateforme capable d’élaborer le profil social et professionnel de ses membres ainsi que leurs intérêts, intentions et humeurs. La combinaison des catégories et des filtres permet donc d’offrir des informations pertinentes, qui s’adaptent à la vie réelle des utilisateurs. Tout en gardant une utilisation simple et en évitant la fragmentation de Facebook. « Facebook a créé les groupes il y a un an, mais il y a des groupes pour tout. Cela ne sert à rien d’en avoir des centaines de milliers. Le but de rejoindre un groupe est plutôt celui d’apprendre davantage sur un sujet qu’on connaît déjà ». Ainsi, les groupes identifiés sont globaux : « passionné d’art », « jeune maman » ou « jouer de polo » pour ne citer que quelques exemples. On peut par ailleurs être en même temps « jeune maman», « entrepreneur » et « joueur de tennis ». De plus, les « modes » « party mode » ou « professional mode », offrent des indications d’ordre temporel plus court. « Si par exemple, l’utilisateur indique « family mode », les autres comprendront qu’il désire rester avec sa famille ou passer du temps avec d’autres personnes ayant aussi des enfants. Nous avons aussi des guides (meilleurs hôtels, boutiques, restaurants) qu’il est possible de filtrer, car un restaurant adapté pour un déjeuner d’affaires ne sera pas idéal pour un dîner romantique ». Ce système de matching permet de diffuser des informations pertinentes et, en retour, de disposer de bonnes sources, car finalement ce sont les utilisateurs et les usages qui font un réseau social, et garantissent son succès. Best of All Worlds entretient cette qualité en amont avec l’entrée sélective des membres et à travers des ambassadeurs choisis sur différentes villes. La conquête de la toile démarre maintenant avec 5000 invitations envoyées à des « well connected people around the world ». Join the club ?

www.bestofallworlds.com

Francesca Serra

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Abel Ferrara
Mario Botta

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."