Bilan

Belize: la perle méconnue des Caraïbes

Au sud du Mexique et à l’est du Guatemala, l’ancienne colonie britannique séduit les voyageurs en quête d’aventure, grâce à son somptueux récif corallien, ses antiques cités mayas perdues dans la jungle et sa biodiversité luxuriante.

  • Le Great Blue Hole s’est formé il y a plus de 150 000 ans lors de la dernière période glaciaire.

    Crédits: Yann Arthus Bertrand
  • Les côtes donnant sur la mer des Caraïbes s’étendent sur 386 km.

    Crédits: Voyageurs du Monde
  • Crédits: Dr
  • Voyageurs du Monde, 19, rue de la Rôtisserie
    1204 Genève: +41 22 518 04 94
    www.voyageursdumonde.ch

    Crédits: Dr
  • Matachica Resort
    Ambergris Caye
    www.matachica.com

    Crédits: Dr
  • Gaïa Riverlodge Hotel
    San Ignacio
    www.gaiariverlodge.com

    Crédits: Dr

Partir au Belize revient à plonger dans l’inconnu. Hormis les voyageurs ayant déjà visité le Mexique, presque personne ne connaît ce petit pays au bord de la mer des Caraïbes. Pas étonnant car il n’a produit aucun artiste célèbre et ne fait jamais parler de lui dans l’actualité. Une fois arrivés, le dépaysement est immédiat. Le chauffeur Rick nous accueille dans un anglais aux sonorités hispaniques: «Les Britanniques nous ont laissé leur langue, mais les gens parlent plutôt l’espagnol ou le maya à la maison. C’est bizarre, mais nous nous en accommodons.» Avant d’ajouter, amusé: «Je suis étonné que vous veniez de la Suisse car nous avons très peu de touristes européens. Notre pays est le secret le mieux gardé de mère Nature.» Durant le trajet, le paysage verdoyant constellé de collines et de rivières ne s’interrompt presque jamais. Cette agréable monotonie prend fin trois heures plus tard au Gaia River Lodge, hôtel reculé surplombant des chutes d’eau cristalline.

Nature intacte

Le lendemain, l’aventure peut enfin commencer. En s’agrippant fermement aux poignées de la jeep car les routes sont rarement goudronnées. «Ici, tout est intact, plaisante Pablo, guide du jour. La forêt tropicale couvre 70% de la surface du pays, dont les 40% sont protégés. On peut y admirer plus de 4000 espèces de fleurs et une faune très riche. Il n’est pas rare de croiser des jaguars, des crocodiles, des singes hurleurs et des tatous.» Première halte à Caracol, plus grand site maya du pays. Situé à proximité du Parc national de Chiquibul, il recèle des trésors archéologiques immémoriaux. Pablo en profite pour livrer une anecdote: «C’est mon arrière-grand-père Rosa Mai qui a découvert ces temples exceptionnels en 1937 alors qu’il sillonnait la région à la recherche de bois d’acajou.» La principale pyramide connue sous le nom de Canna culmine à 42 mètres au cœur d’une jungle touffue animée par les fameux singes hurleurs. La gravir ne nécessite aucune aptitude physique particulière, mais l’ascension vaut le détour. La vue au sommet y est tout simplement époustouflante. Nous reprenons la route. Ou plutôt la piste cahoteuse. Soudain, Pablo plante sur les freins. Et s’enthousiasme: «Francis Ford Coppola n’est pas seulement le réalisateur de la trilogie du «Parrain», il est aussi hôtelier ici. Sur votre droite se trouve le Blancaneaux, un de ses deux hôtels avec le Turtle Inn à Placencia. Ce domaine appartenait à des Anglais qui aimaient chasser le jaguar. Le clan Coppola est tombé amoureux de notre pays, cela nous rend fier.»

Un récif corallien subjuguant

L’autre atout du Belize se trouve plus à l’est, au bord de la mer des Caraïbes. Pour s’y rendre, il faut avoir le cœur bien accroché puisque ce sont de petits avions surnommés «Puddle Jumper» qui effectuent les liaisons plusieurs fois par jour. Vingt minutes de vol suffisent pour changer totalement de paysage. Les labyrinthes de mangrove s’effacent pour laisser place à des eaux chaudes et laiteuses. Nous atterrissons à Ambergris Caye, à l’est de la barrière de corail. Cette île allongée et étroite a su conserver son authenticité sans céder aux sirènes du tourisme de masse. Marta, une retraitée américaine et habituée des lieux, le confirme: «Ici, ce n’est pas Cancún! Même si Madonna a failli tout changer car quand elle chantait «La Isla Bonita», elle parlait d’Ambergris Caye! Heureusement, cela n’a pas provoqué un afflux de touristes. On se déplace toujours en voiturette de golf et on a su préserver ce paradis.» Après avoir déposé nos valises au Mata Chica Resort, nous reprenons un Puddle Jumper pour survoler l’un des lieux préférés du commandant Cousteau, le Great Blue Hole. Sur le papier, rien d’extraordinaire puisqu’il s’agit d’un trou bleu foncé dans une mer turquoise. Mais très rapidement, le pilote Luca, quadragénaire au franc-parler, nous contredit: «Oubliez tout ce que vous avez vu, le trou bleu est une cathédrale sous-marine profonde de 124 mètres. Il fait le bonheur des plongeurs, mais c’est en le survolant que le décor est fabuleux. Cette merveille est au cœur de notre barrière de corail inscrite au Patrimoine mondiale de l’Unesco, c’est la deuxième plus grande au monde après celle de l’Australie.» En tournant la tête à ce moment-là, c’est un spectacle inoubliable qui se dévoile petit à petit. Les lagons embrassent de fines bandes de sable encore vierges, le regard est ébloui par le dégradé de bleu laissant deviner de petits vaisseaux explorant l’extraordinaire faune sous-marine. Puis, l’apothéose. Le cénote apparaît, cerclé par un gigantesque anneau de corail d’un diamètre de 318 mètres. La légende raconte qu’au fond de ce gouffre marin bleu nuit, des plongeurs auraient découvert un tunnel jonché de nombreux squelettes de tortues et d’autres espèces marines. Luca y va de son interprétation: «La population pense qu’il y a un énorme poisson au fond du Great Blue Hole. Ce qui est sûr, c’est que le mystère reste complet puisque personne n’est allé au fond de ce tunnel.» Autre mystère, la plus jeune nation d’Amérique centrale reste étonnamment peu visitée. Malgré ses atouts naturels exceptionnels, elle s’apparente toujours à une destination confidentielle. Même si cette réalité évolue puisque, en 2018, la croissance du nombre de touristes s’est élevée à 14,6% selon le Belize Tourism Board. Nous repartons avec la même conviction que le grand voyageur Alain Dugrand qui foula ces terres gorgées de richesses naturelles à la fin du siècle dernier: «Le Belize est une esquisse de paradis terrestre.»


Pratique

Au Belize, Voyageurs du Monde propose douze itinéraires différents. Compter à partir de 3600 fr. par personne pour un séjour de dix jours incluant les vols, les transferts privés, les hébergements, la conciergerie francophone, l’assistance 24h/24 et un modem permettant de se connecter en tout temps au wi-fi. Côté programme, tout est personnalisable. On peut, par exemple, combiner le Belize avec une découverte du Guatemala, du Honduras ou même de Miami.


Le Belize en bref

Indépendance: 21 septembre 1981

Capitale: Belmopan (17 000 habitants)

Densité de population: 16 habitants par kilomètre carré

Langue officielle: anglais

Monarque: Elizabeth II

Monnaie: Dollar bélizien

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."