Bilan

ArtBasel, vraie capitale suisse du luxe

Bien que les marques de luxe soient plutôt sises au bout du Léman, ArtBasel et ses extensions font de la cité rhénane le centre du luxe suisse aux yeux du reste du monde. Eclipsant Genève.
  • Audemars Piguet a confié à la directrice d’arts@cern Mónica Bello (au c.) le choix des artistes Ruth Jarman and Joe Gerhardt et de leur installation acoustique et visuelle HALO qui reconstitue une expérience de physique des particules.

    Crédits: DR
  • Le Chief Creative Officer de Calvin Klein, Raf Simons réalise une exposition des tissus de la marque habillants des fauteuils Cassina Feltri dans le cadre de Design Miami/Basel.

    Crédits: DR

Devant l’entrée du centre des congrès de Bâle, BMW présente ses bolides i8 électriques. Dans l’exposition Design Miami/Basel, ce sont les véhicules de collection des années 50 à 70 de Stuart Parr qui sont présentées.

Lire aussi: "Art/Basel" s'ouvre aux VIP. Le public doit attendre jusqu'à jeudi

Sans doute, faut-il voir dans cette présence automobile dans une foire consacrée à l’art les prémisses de Grand Basel, une exposition consacrée aux voitures de luxe que lance en septembre prochain la maison-mère d’ArtBasel, le groupe MCH. L’automobile haut de gamme n’est cependant pas de loin pas la seule industrie du luxe à chercher à s’associer à l’événement bâlois.

Sponsor depuis 35 ans d’ArtBasel, UBS écrit dans le rapport sur le marché de l’art qu’il a préparé avec Art Economics que 35% des riches (HNWI) sont actifs sur ce marché. Une perspective que ne perdent pas de vue les autres sponsors de la manifestation comme l’opérateur de jets d’affaires NetJets ou le fabricant de yachts Sanlorenzo dans leurs stands VIP du Collectors Lounge.

Rodeo Drive am Rhein

Sponsors depuis 17 ans, le premier présente ainsi des œuvres commandées au street artist belge Oli-B sur le thème du voyage aérien. Nouveau venu, le second présente une exposition des œuvres de l’artiste conceptuel  italien Emilio Isgrò. A côté, les stands de La Prairie, Dior, des champagnes Ruinart, et autres champions du luxe «accessible » comme MGM Resorts International… font de ce Collectors Lounge une sorte d’Avenue Montaigne ou de Rodéo drive arty et sophistiqué.

Peut-être est-ce qui a  poussé l’horloger Audemars Piguet à faire encore plus fort avec son installation géante HALO? Sponsor historique d’ArtBasel, Audemars Piguet collabore chaque année avec un commissaire d’exposition et un artiste émergent pour réaliser une nouvelle œuvre. Cette année, la commissaire Mónica Bello a choisi Semiconductor, une expérience immersive à grande échelle basée sur les données extraites par l’expérience ATLAS du CERN et conçue par les artistes britanniques Ruth Jarman and Joe Gerhardt.

La section design de l’exposition est aussi prisée par les marques de luxe. Swarovski y expose ses prix pour les designers du future (Frank Kolkman, un designer expérimental d’Amsterdam, Study O Portable un studio de recherche londonien et Yosuke Ushigome membre du collectif japonais Takram cette année) invités à revisiter l’histoire de la marque pour créer de nouveaux objets. Dans et autour d’une grange du Midwest reconstituée, Calvin Klein expose des fauteuils Cassina Feltri habillées avec des tissus de sa marque par son Chief Creative officer Raf Simons.

The place to be

Il serait cependant faux de croire que cette association toujours plus forte des marques de luxe avec l’art et le design écrase ces derniers. Si l’on a guère été impressionnée par la section Unlimited d’Art Basel 2018 (mais bon les goûts et les couleurs), la masse de ce qui est présentée dans les espaces réservés aux 291 galeries est telle que forcément il y a de l’exceptionnel. Comme ces dessins aux fusains de migrants en noir et blanc de Robert Longo qui tranchent avec la surenchère criarde des déclinaisons pop art ou celle plus austère des accumulations.

Du coup, ce qui frappe dans cette association du luxe avec l’art est ailleurs. Economiquement, Bâle c’est surtout Roche et Novartis. Les grandes marques de luxe helvétique de Rolex à Patek en passant par le groupe Richemont sont plutôt établies à Genève. Or le rayonnement qu’a ArtBasel en fait pour le reste du monde l’endroit de Suisse probablement le plus associé au luxe.

C’est un véritable atout pour MCH Group qui opère aussi la foire horlogère Baselworld concurrente du SIHH genevois et qui s’apprête à lancer avec la version automobile d’ArtBasel Grand Basel un compétiteur au salon auto de Genève où sont normalement lancées les voitures de luxe. Dans un monde où l’on ne compte pas moins de 320 biennales et 260 «art fairs» Genève va devoir faire preuve d’imagination pour distinguer sa propre association art et luxe.

Lire aussi: Liu Bolin, nouvelle coqueluche des grandes marques de luxe

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."