Bilan

Architecte du paysage

Avec un nom qui désigne une montagne en Norvège et signifie aussi « calotte de neige », Snøhetta exprime son approche qui lie étroitement architecture et paysage. Patricia Lunghi

  • Svart, hôtel sur pilotis au pied du glacier Svartisen en Norvège, ouvrira ses portes en 2023.

  • La baie vitrée panoramique du restaurant Under avec vue imprenable sur le milieu marin.

    Crédits: Ivar Kvaal

Il y a dix-neuf ans, le bureau d’architecture Snøhetta inaugurait la grande bibliothèque d’Alexandrie. Gravé de hiéroglyphes, le bâtiment circulaire surplombant la Méditerranée peut contenir jusqu’à 8 millions de livres. A l’issue de ce concours anonyme remporté en 1989, le jeune bureau norvégien acquiert d’emblée une renommée internationale et ouvre sa première antenne à Oslo. Depuis, Snøhetta s’est imposé comme un acteur majeur de la scène architecturale internationale grâce à des projets singuliers dont l’Opéra d’Oslo (2008), le Mémorial du 11 Septembre à New York (2014), la Bibliothèque centrale de Calgary (2018), le siège du groupe de presse Le Monde à Paris (2019), un restaurant sous-marin (2019) et un hôtel sur le cercle polaire arctique. Mais également, le futur grand Opéra de Shanghai et, plus surprenant, le design des billets de banque norvégiens (2014).

Under, restaurant sous-marin posé le long des côtes au sud de la Norvège, vient d’obtenir, un an après son ouverture, sa première étoile au guide Michelin. (Crédits: Inger Marie Grini)

Ces réalisations mettent toutes l’accent sur l’intégration du bâtiment avec l’environnement dans lequel il s’inscrit. Par ces édifices, l’architecture dessine le territoire et fixe les rapports entre la nature et le bâti. Pour Snøhetta, cet équilibre est d’importance majeure, comme le souligne Kjetil Trædal Thorsen, cofondateur du bureau : « La plupart des principes que nous défendions il y a trente ans sont toujours au cœur de notre travail. Depuis le début, nous avions l’idée de mêler architecture et paysage. Nous en avions assez de voir toute l’attention portée aux objets. Le paysage a longtemps été le parent pauvre des projets. Nous avons fait en sorte que ces deux disciplines puissent s’enrichir mutuellement. » A ce titre, l’Opéra national de Norvège, à Oslo, constitue une des œuvres les plus significatives de Snøhetta. Semi-enfoui sous son enveloppe de marbre blanc, le volume aux lignes géométriques semble émerger des eaux du fjord comme un iceberg. Grâce à une toiture en pente douce qui permet de skier ou d’y faire du vélo, le public s’est approprié ce lieu, qui a reçu en 2009 le prix Mies van der Rohe pour sa qualité architecturale, décerné par l’Union européenne tous les deux ans.

Valoriser l’environnement

Aujourd’hui Snøhetta emploie une équipe multiculturelle et transdisciplinaire de plus de 240 personnes dispersées sur quatre continents. Malgré cette taille, les fondateurs, Kjetil Trædal Thorsen et Craig Dykers, entendent continuer à travailler comme à leurs débuts, de manière collaborative et avec la même approche mêlant architecture et paysage, pour mettre en valeur notre environnement et améliorer nos relations avec les autres et avec les espaces naturels et bâtis.

Le pavillon du Mémorial du 11 septembre 2001 à New York. (Crédits: Jeff Goldberg)

Le World Trade Center, à New York, porte en lui la puissance de son histoire tragique tout en constituant un nouvel espoir pour l’avenir. Mandaté pour concevoir le Mémorial du 11 Septembre 2001, Snøhetta a créé un bloc horizontal aux façades inclinées en panneaux de verre strié qui reflètent les changements de saison et invitent les gens à se rapprocher et à regarder dans le bâtiment. Hautement symbolique, ce lieu du souvenir intitulé «Reflecting Absence » évoque les tours d’origine, notamment via deux vertigineux piliers d’acier récupérés des vestiges que l’on peut apercevoir depuis l’extérieur à travers les baies vitrées.

Le long des côtes agitées du sud de la Norvège surgit un gigantesque bloc de béton semi-immergé de 33 mètres de long. Baptisé à juste titre « Under » (dessous, en français), le premier restaurant sous-marin d’Europe est réparti sur trois étages enfouis à 5 mètres sous l’eau. Grâce à une longue baie vitrée panoramique, les clients profitent d’une vue imprenable sur le milieu marin. Construite en six mois, la structure a été fabriquée sur une péniche près de la côte avant d’être immergée grâce à des conteneurs remplis d’eau. Pour Kjetil Trædal Thorsen, « le restaurant Under repousse les limites naturelles de notre expérience des frontières ».

Autre défi à la nature, Svart est un hôtel posé sur pilotis dans les eaux cristallines d’un fjord au pied du glacier Svartisen, juste au-dessus du cercle polaire arctique. Le tourisme dans cette région de la Norvège est en pleine expansion, mais les infrastructures d’accueil manquent. En collaboration avec Arctic Adventures of Norway, Snøhetta est en train de construire cet hôtel « écolo » qui devrait ouvrir en 2023. Il produira sa propre énergie et prendra la forme d’un anneau posé sur pilotis avec promenade circulaire en bois, idéale pour l’observation des aurores boréales.

Gageons que les obligations strictes en termes de préservation de la nature du site et les principes environnementaux du bureau d’architecture Snøhetta sauront limiter au maximum l’impact sur ces territoires préservés jusqu’ici…

L’Opéra national de Norvège à Oslo. (Crédits: Dr)
Patricia Lunghi

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Must have
Brafa VS Design Miami

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."