Bilan

Agenda

Agenda
  • Caspar Wolf à Bâle

    Il a peint les Alpes suisses et le spectacle total de la nature dans lequel l’homme ne représente qu’une entité négligeable. Artiste du « sublime », Caspar Wolf (1735-1783) fut l’un des premiers à saisir sur la toile ces paysages sauvages plein de torrents, de blocs erratiques, de glaciers et de fureur. Le Kunstmuseum de Bâle rend hommage à ce précurseur du romantisme européen avec 126 œuvres, les siennes, mais aussi celles de ses contemporains et une sélection de photos récentes prises aux endroits mêmes où Caspar Wolf élaborait les études qu’il réimaginait ensuite dans son atelier. Jusqu’au 1er février 2015, www.kunstmuseumbasel.ch

    Crédits: Dr
  • Egon Schiele - Jenny Saville à Zurich

    Le Kunstmuseum de Zurich organise la rencontre entre deux artistes qu’un siècle sépare. L’idée ? Mettre en relation Egon Schiele, le peintre des corps angoissés qui incarne la modernité viennoise du XIXe siècle, et Jenny Saville, artiste britannique contemporaine dont les portraits gigantesques, crus et violents pourraient tout aussi bien la rapprocher de Lucian Freud. Aux 37 tableaux du premier répondent ainsi 16 grandes peintures de la seconde, ainsi que des travaux sur papier des deux artistes réunis.

    Jusqu’au 25 janvier 2015, Kunsthaus Zurich, www.kunsthaus.ch

    Crédits: Dr
  • Offenbach à Genève

    Comme à chaque fin d’année, le Grand-Théâtre de Genève met à son programme un opéra populaire. En 2014, c’est à Jacques Offenbach de clore la saison lyrique au son du tambour et des canons, des paillettes et des cotillons. Créée pendant l’Exposition universelle de 1867, sa « Grande-duchesse de Gérolstein » éprise de Fritz le jeune soldat fiancé à Wanda tourne en ridicule le pouvoir militaire d’un pays imaginaire. Critique à peine voilée de l’Europe impériale de Guillaume Ier et de Napoléon III, la farce bouffonne attira toutes les têtes couronnées de l’époque qui plébiscitèrent cette fantaisie en quatre actes. Drôle et délicieusement kitsch.

    « La grande-duchesse de Gérolstein », jusqu’au 31 décembre, www.geneveopera.ch

    Crédits: Dr
  • Viviane Sassen à Winterthour

    Elle dissocie son travail pour la mode publié dans les magazines (« Numéro », « Dazed & Confused ») ou pour des labels (Adidas, Missoni, Stella McCartney) avec ses travaux artistiques. Le Fotomuseum de Winterthour expose les deux pans de l’œuvre de Viviane Sassen, photographe hollandaise qui exploite les corps dans d’étranges chorégraphies. Une œuvre qui joue sur les ombres et les couleurs et où s’intercalent aussi des compositions abstraites. Comme dans sa dernière série, UMBRA, dont les structures géométriques rappellent parfois le suprématisme de Malevich.

    Jusqu’au 15 février 2015, Fotomuseum Winterthur, www.fotomuseum.ch

    Crédits: Dr
  • « 100 ans de design suisse » à Zurich

    Le Gestaltung Museum a déménagé sa collection de 500 000 objets. Désormais logée au Schaudepot de la Toni-Areal, l’institution a sorti 800 de ses pièces pour raconter 100 ans de design en Suisse. Un panorama extralarge qui démarre avec trois chaises de Le Corbusier de 1915 et s’achève un siècle plus tard sur les créations de la nouvelle garde formée à Zurich, Bâle, Lausanne et Genève.

    « 100 ans de design suisse », jusqu’au 8 février 2015, Schaudepot, www.museum-gestaltung.ch/

    Crédits: Dr
  • David Chipperfield à Berlin

    Splendide cube de verre et d’acier, la Neue Nationalgalerie a été construite sur des plans de Mies van der Rohe entre 1965 et 1968. Invité à occuper les lieux, l’architecte David Chipperfield fait un peu l’artiste dans cet espace sans pilier dans lequel il a installé 144 troncs d’arbre. Une entrée en matière naturaliste qui annonce la rénovation du monument en 2015 par l’Anglais lui-même.

    « David Chipperfield – Sticks and Stones, eine Intervention », jusqu’au 31 décembre, Neue Nationalgalerie, www.davidchipperfieldinberlin.de

    Crédits: Dr
  • Art Basel à Miami

    Comme chaque année, Art Basel quitte l’hiver bâlois pour le soleil permanent de la Floride. Cette 13e édition de la première foire d’art moderne et contemporain du monde à Miami. Organisé en sections – comme Art Basel – mais rebaptisées (Statements devient Positions), Art Basel Miami Beach attire une clientèle venue de toute l’Amérique, du nord au sud. Avec ses
    250 galeries et ses 70 000 visiteurs, l’ultime foire d’art de l’année enregistrera sans doute un nouveau record de vente dans ce secteur du business qui méprise la crise.

    Art Basel – Miami Beach, du 4 au 7 décembre, www.artbasel.com

    Crédits: Dr
  • Sigmar Polke à Londres

    Après le MoMA de New York, la Tate Modern de Londres accroche la grande rétrospective de Sigmar Polke aux murs de son usine électrique. Polke, artiste allemand, peintre, photographe, performeur, mais surtout avide de culture africaine, de pop est-allemande et de combinaisons chimiques qu’il n’expérimenta pas seulement sur ses toiles.

    « Alibis: Sigmar Polke 1963-2010 », jusqu’au 8 février 2015, Tate Modern, www.tate.org.uk

    Crédits: Dr
  • La Fondation Louis Vuitton à Paris

    Ça y est, elle l’a. Depuis la fin du mois d’octobre, la marque Louis Vuitton a installé sa fondation culturelle dans un bâtiment d’architecte. Celui de Frank Ghery, qui a imaginé un vaisseau tout en voiles de verre pour abriter les futurs événements du leader mondial du luxe. En tout, 3850 m2 d’espace d’exposition réparti en 11 galeries viennent d’un coup animer le cœur historique du Bois de Boulogne. www.fondationlouisvuitton

    Crédits: Dr
  • Olafur Eliasson à Copenhague

    Olafur Eliasson, c’est cet artiste danois capable de recréer un soleil perçant le brouillard dans la Turbine Hall de la Tate Modern de Londres et de faire sortir de nulle part des chutes d’eau dans l’East River de New York. Au Louisiana Museum de Copenhague, celui qui trouve sa matière première dans la nature fait courir une vraie rivière à l’intérieur de l’institution. Magique !

    Riverbed, jusqu’au 4 janvier 2015, Louisiana Museum, www.louisiana.dk

    Crédits: Dr
Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."