Bilan

Agenda

Agenda
  • Crédits: Dr
  • « Ici l’Afrique » à Genève

    Coincé dans son écrin de verdure, le Château de Penthes expose d’ordinaire les hauts faits historiques de nos compatriotes expatriés. Jusqu’au 6 juillet, le Musée des Suisses de l’étranger se transforme radicalement pour accueillir 24 artistes contemporains africains majeurs (dont Chéri Samba, Barthélémy Toguo, Frédéric Bruly Bouabré). Un panorama de la création sur le continent noir orchestré par Adelina von Fürstenberg, le boss d’Art for the World.

    Jusqu’au 6 juillet, www.penthes.ch

    Crédits: Dr
  • Wolfgang Weingart au Museum für Gestaltung

    Il est considéré comme l’enfant terrible du graphisme suisse. Même si Wolfgang Weingart est né en Allemagne et n’est arrivé qu’en 1964 dans notre pays. Quatre ans plus tard, il enseigne l’art de la lettre à la Schüle für Gestaltung de Bâle, le centre névralgique de la typographie alémanique. Le designer va faire exploser les codes de la mise en page et mettre du twist dans les lettrages. Le Museum für Gestaltung de Zurich consacre une rétrospective au plus punk des typos helvétiques.

    Jusqu’au 30 septembre, www.museum-gestaltung.ch

    Crédits: Dr
  • 21e Verbier Festival

    Comme chaque été, le répertoire classique monte à l’alpage. A Verbier, plus précisément, où le cirque montagneux valaisan fait résonner les compositeurs de toutes les époques. Le 18 juillet, Martha Argerich ouvrira donc le 21e Verbier Festival accompagné, c’est la tradition, par le Verbier Festival Orchestra. Mais c’est la voix qui anime cette année la grande musique en altitude. Cinq opéras en version de concert seront à l’affiche du festival, dont Il re pastore, rareté de Mozart dirigée par le chef hongrois Gábor Takács-Nagy.

    Du 18 juillet au 3 août, www.verbierfestival.com

    Crédits: Dr
  • Cindy Sherman au Kunsthaus de Zurich

    Cindy Sherman, c’est l’artiste qui se mettait en scène dans des faux films dont elle tirait ensuite des séries de photos en noir et blanc invariablement intitulées « Film stills ». C’était en 1975, l’Américaine cherchait alors à dénoncer les rôles imposés par la société aux femmes à travers ses plus flagrants stéréotypes. Principe qu’elle appliquera tout au long de sa carrière dont le Kunsthaus de Zurich expose les travaux les plus inquiétants sous l’intitulé « Untitled Horrors ».

    Jusqu’au 14 septembre, www.kunsthaus.ch

    Crédits: Dr
  • Festival d’opéra Avenches

    De l’opéra en plein air dans une ambiance de ruines antiques ? Une soirée lyrique dans les vieilles pierres d’Avenches la Romaine ? C’est le 4 juillet que le Festival d’opéra d’Avenches, dont c’est le 20e anniversaire, lancera sa nouvelle saison. A cette occasion, le grand raout vaudois s’offre des grands airs populaires avec Carmen de Bizet. Dans la fosse, c’est l’Orchestre de chambre de Lausanne qui met en musique la tragédie amoureuse de la cigarière incarnée sur la scène, et, en alternance, par les cantatrices Béatrice Uria Monzon et Noëmi Nadelmann.

    Du 4 au 12 juillet, www.avenchesopera.ch

    Crédits: Dr
  • Gerhard Richter à la Fondation Beyeler

    On en a déjà parlé dans l’édition de Luxe du printemps. Gerhard Richter exposait alors au Kunstmuseum de Winterthour la partie de son œuvre consacrée aux motifs du trait et de la rayure. Belote et rebelote cet été pour l’artiste allemand, mais cette fois à la Fondation Beyeler de Bâle où Hans-Ulrich Obrist présente l’ensemble du corpus de l’artiste de Dresde, dont le fameux cycle des peintures grises commencé dans les années 1970.

    Jusqu’au 7 septembre, www.fondationbeyeler.ch

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • El Greco au Prado

    L’histoire de l’art fête le 400e anniversaire de la disparition du Greco. L’occasion pour les musées de Madrid et de Tolède, où il est mort, d’organiser une série d’expos mammouths autour de son œuvre. Artiste majeur du maniérisme, de son vrai nom Dhominikos Theotokópoulos (d’où son surnom), son style extravagant caractérisé par un allongement des corps et une palette de couleur vive et irréelle inspirera Francis Bacon notamment. Du 24 juin au 5 octobre, www.museodelprado.es

    Crédits: Dr
  • Mozart au Bregenzer Festspiele

    A Bregenz s’organise chaque été un événement lyrique « no limit » où la démesure scénographique est la norme. Et où le plateau posé sur le lac de Constance joue avec le décor féerique de l’endroit. En 2012, on y a ainsi vu un buste géant d’André Chénier, le poète guillotiné par le Tribunal révolutionnaire devenu héros d’un opéra d’Umberto Giordano, émerger des eaux. Cette année, comme en 2013, c’est David Poutney, le directeur anglais du festival autrichien, qui met en scène une « Flûte enchantée » en format XXL. Poupées géantes et décors dantesques donnent vie à la fresque maçonnique la plus célèbre de Mozart.

    Du 24 juillet au 25 août, www.bregenzerfestspiele.com

    Crédits: Dr
  • Bill Viola au Grand Palais

    Ses vidéos se situent à la marge entre le film et la peinture classique, entre la prouesse technique et les grands questionnements métaphysiques (la naissance, la mort). Bill Viola, c’est le maître de l’installation visuelle qui en jette, mais qui nécessite de la part du spectateur de prendre son temps pour se plonger dedans. Au Grand Palais, l’artiste américain expose une vingtaine de pièces allant de 1977 à nos jours, diffusées par une trentaine d’écrans. Prévoyez large. Jusqu’au 28 juillet, www.grandpalais.fr

    Crédits: Dr
  • 14e Biennale d’architecture de Venise

    C’est l’événement d’architecture le plus important du monde. Tous les deux ans, la Biennale d’architecture de Venise propose une réflexion sur le bâti d’aujourd’hui. Après David Chipperfield et son idée de « Common Ground », l’archistar Rem Koolhaas, directeur de la manifestation, envisage avec « Fundamentals » de revisiter le passé de la modernité pour mieux préparer le futur. Le Pavillon suisse, lui, a été confié au conservateur Hans-Ulrich Obrist, qui consacre une double rétrospective à Lucius Burckhardt et Cedric Price.

    Jusqu’au 23 novembre, www.labiennale.org

    Crédits: Dr
  • Konstantin Grcic au Vitra Design Museum

    Il aime les formes simples et réfléchir sur le rôle social de l’objet. Designer parmi les plus influents de sa génération, Konstantin Grcic expose au Vitra Design Museum sa vision personnelle de notre avenir. Le Munichois profite de l’espace à disposition pour présenter ses pièces les plus emblématiques et mettre en scène son analyse d’un design prospectif dans une installation panoramique de 30 mètres de long.

    Jusqu’au 14 septembre, www.design-museum.de

    Crédits: Dr
  • La Jeune Rue à Paris

    Le pari ? Confier à une équipe de 22 designers internationaux le soin d’aménager les commerces 100% nature planqués dans le Marais à Paris. Patricia Urquiola s’est occupée du restaurant indien, Studio Job de la crêperie, Jaime Hayon du club japonais et Michele de Lucchi de la boucherie. La Jeune Rue a été inspirée à l’homme d’affaires obsédé par le bien vivre et le bien manger Cédric Naudon, propriétaire de toutes les boutiques aujourd’hui redesignées.

    www.lajeunerue.com

    Crédits: Dr
Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."