Bilan

Agenda

Agenda
  • Murray Perahia à Genève

    Spécialiste de Bach, de Beethoven et de Mozart, proche de Vladimir Horowitz et de Benjamin Britten, instrumentiste légendaire mais aussi meneur d’orchestre (celui de l’Academy of St. Martin-in-the-Fields), Murray Perahia appartient au petit carré des immenses pianistes de notre temps. Le musicien new-yorkais de 67 ans qui vit à Londres a dû lever le pied sur les tournées géantes pour ménager sa santé. Son agenda de concerts désormais choisis l’emmène régulièrement en Suisse où il aime sillonner les Alpes vaudoises. Le 11 avril, il sera sur la scène du Victoria Hall de Genève.

    www.ville-ge.ch/vh et www.caecilia.ch

    Crédits: Murray Perahia / Sony Music Entertainment / Photo: C Felix Broede
  • Enchères horlogères à Genève

    Le 14 mai, Sotheby’s ouvrira sa traditionnelle vente aux enchères d’objets horlogers à Genève. Rien que des pièces forcément introuvables comme cette Rolex Star Dial en or de 1952 avec son triple calendrier et ses phases de lune. L’une des rares montres à complication du fabricant genevois est aussi l’une des plus recherchées des collectionneurs. Ce qui explique son estimation entre 80 000 et 160 000 fr. La mise pourrait monter beaucoup plus haut. En 2011, Christie’s adjugeait le même objet 542 500 dollars.

    Exposition du 10 au 13 avril, vente le 14 avril à l’Hôtel Beau-Rivage, www.sothebys.com

    Crédits: Dr
  • Odilon Redon chez Beyeler

    Des araignées qui sourient, un cube qui ouvre l’œil et des voiliers mouillant sur des mers oniriques : l’œuvre d’Odilon Redon réussit le grand écart entre la pensée sombre et ses images étranges et les fulgurances fantastiques de l’âme qui rêve. Le peintre symboliste s’accroche tout le printemps à la Fondation Beyeler. Pour découvrir la personnalité complexe du plus spirituel des peintres français du XIXe siècle.

    Jusqu’au 18 mai, www.fondationbeyeler.ch

    Crédits: Dr
  • Martine Bedin et Mai-Thu Perret à la Fondation Speerstra

    La première est designer et a participé au groupe milanais Memphis. La seconde est artiste et utilise souvent l’objet (néon, tapisserie, céramique) dans son œuvre. La rencontre entre Martine Bedin et Mai-Thu Perret est la bonne idée qu’a eue la Fondation Speerstra, à Apples. Une exposition à quatre mains qui réactive les avant-gardes pour mieux comprendre les enjeux de la modernité.

    Jusqu’au 8 juin, www.fondation-speerstra.ch

    Crédits: Dr
  • Gerhard Richter au Kunstmuseum de Winterthour

    Il est l’un des artistes vivants les mieux cotés du monde. Le Kunstmuseum de Winterthour accroche à ses murs l’œuvre de Gerhard Richter. Ou plutôt, une partie de celle-ci, l’exposition se concentrant sur le motif du trait et de la rayure et sur un matériau (le verre) que l’artiste allemand exploite depuis ces dernières années. Jusqu’au 21 avril, www.kmw.ch

    Crédits: Gerhard Richter
  • L’expressionnisme à Zurich

    En collaboration avec le Los Angeles County Museum of Art et le Musée des beaux-arts de Montréal, le Kunsthaus de Zurich brosse le portrait de l’expressionnisme en Allemagne et en France. Une période où l’art devenu sauvage et haut en couleur va imposer une nouvelle manière de voir le monde et donner naissance à l’abstraction.

    Jusqu’au 11 mai, www.kunsthaus.ch

    Crédits: Dr
  • Lucio Fontana au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

    Il zébrait ses toiles de longues estafilades pour découvrir l’espace derrière la toile. Ces « Concetto spaziale » imposeront Lucio Fontana sur la scène de l’art des années 1960. Le Musée d’art moderne de la Ville de Paris propose de découvrir le reste de l’œuvre du peintre italien à travers un parcours chronologique qui va des années 1920 jusqu’à la mort de son auteur en 1968.

    Du 25 avril au 24 août, www.mam.paris.fr

    Crédits: Bukowskis Aktioner AB
  • Starck refait la Co(o)rniche

    La Co(o)rniche, c’est cet hôtel dessiné par Philippe Starck en 2010 avec vue imprenable sur le sable du banc d’Arguin, à l’entrée du bassin d’Arcachon. Quatre ans plus tard, l’établissement s’agrandit de 18 chambres réunies dans des cabanes de surluxe. Pensé par le designer en chef des lieux, chaque bungalow offre le confort maximum d’un lit géant et baigne dans les codes couleurs des dunes océaniques : blanc, gris perle et rose poudré.

    www.lacoorniche-pyla.com

    Crédits: Dr
  • Richard Hamilton à la Tate Modern

    On vous dit pop art. Vous répondez Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Juste. Sauf qu’on l’oublie souvent, mais à l’origine le mouvement naît en Angleterre. Au milieu des années 1950, Richard Hamilton a le premier l’idée de piquer ses références artistiques dans l’objet de consommation et la culture populaire. La Tate Modern consacre une vaste rétrospective au vrai pape du pré pop. Jusqu’au 26 mai, www.tate.org.uk

    Crédits: Dr
  • Tristan et Isolde à l’Opéra Bastille

    Tristan et Isolde, c’est l’histoire d’un amour impossible entre une fille et un garçon. C’est surtout un opéra de Wagner qui met 5 h 15 à dénouer cette affaire pleine de drame et de fureur. L’Opéra Bastille relève le défi horaire qu’impose cette œuvre fleuve. Une mise en scène de Peter Sellars, un habillage vidéo de l’artiste Bill Viola et la direction du chef suisse Philippe Jordan assurent un spectacle total et sans longueur.

    Du 8 avril au 4 mai, www.operadeparis.fr

    Crédits: Dr
  • Salon international du meuble de Milan

    Comme chaque année, le design mondial se donne rendez-vous à Milan. Un événement majeur où grandes marques et petits éditeurs présentent leurs nouveautés de l’année. Une chasse à la coolitude ambiante qui a l’avantage de regrouper dans le même périmètre les gros acteurs du marché, les créateurs expérimentaux et les écoles qui les forment. Dans quelle direction va le design en 2014 ?

    Du 8 au 13 avril, www.cosmit.it

    Crédits: Dr
  • Ileana Sonnabend au Moma

    Ileana Sonnabend a consacré sa vie à acheter et à vendre les artistes de son temps. Radar à nouveauté, dotée d’un flair infaillible, elle exporta l’art minimal et conceptuel en Europe, amena l’arte povera aux Etats-Unis et organisa la première exposition d’un certain Jeff Koons en 1986. Le MoMA rend hommage à l’immense marchande dont les héritiers laissaient en 2012 une grande partie de la collection aux bons soins du musée new-yorkais. Un tour de piste en 40 œuvres marquantes.

    Jusqu’au 21 avril, www.moma.org

    Crédits: Dr
Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."