Bilan

«Chez Bulgari, la flexibilité plutôt que la rationalisation des composants»

Pour Jean-Christophe Babin, CEO de Bulgari, la flexibilité prime sur la rationalisation des composants: les petits volumes produits et la spécificité des différentes gammes de montres Octo, Serpenti ou encore Lucea poussent la marque italienne de LVMH à miser davantage sur des pièces spécifiques que sur une uniformisation pour réduire les coûts.

Ces derniers mois, de nombreuses marques horlogères ont choisi d'harmoniser leur production en rationalisant la production et l'usage de pièces identiques pour différents modèles. Une stratégie destinée à réduire les coûts. Chez Bulgari, cette option n'est pas à l'ordre du jour: le CEO de la marque romaine préfère miser sur la flexibilité de la production que sur la standardisation.

En 2018, les lignes phares que sont Octo pour les hommes et Serpenti pour les femmes sont à l'honneur. Mais la gamme Lucea, lancée en 2014, bénéficie d'un coup de projecteur particulier. Exposé des enjeux et des défis pour la marque avec Jean-Christophe Babin.

Bilan.ch

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

La soirée des femmes leaders 2013, en images
Speed

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."