Bilan

Michaël Zingraf Real Estate ouvre à Gstaad

Le réseau créé en 1977 par Michaël Zingraf compte pour l’heure près de 20 agences, toutes situées en France. Notre interview exclusive du fondateur.

  • Heathcliff Zingraf (à g.), directeur associé, et Michaël Zingraf, président fondateur du groupe Michaël Zingraf International Real Estate.

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Pourquoi Gstaad et pourquoi maintenant?

«Il y a plus de trente ans que j’ai découvert Gstaad, village international emblématique au cœur des Alpes suisses. Venu en villégiature avec ma famille pendant de nombreuses années, j’y possède maintenant un pied-à-terre qui me permet de venir me ressourcer et profiter de cet environnement unique empreint de quiétude et d’évasion. Il était donc tout naturel que nous décidions un jour de nous installer à Gstaad, emplacement incontournable et complémentaire de la Côte d’Azur, Paris ou même Deauville où se retrouvent nos clients en hiver notamment. C’est avec Fabrizio Khanlari, résident du canton, que le groupe s’est associé pour créer, dès le mois de décembre 2020, notre agence.»

Qu’est-ce qui vous distingue de vos concurrents?

«Je suis très attentif au moindre détail et l’exige de chacun de mes collaborateurs: être à l’écoute, être à l’heure, avoir une voiture propre, une attitude discrète, une tenue élégante, connaître parfaitement son dossier afin de répondre aux interrogations légitimes de nos clients, ou encore prêter main-forte au vendeur ou à l’acheteur qui aurait besoin d’un avocat, d’un notaire ou d’un architecte.»

Quelle est votre ambition en ce qui concerne l’agence de Gstaad?

«Notre volonté est d’ancrer et consolider notre présence à Gstaad et dans sa vallée. Nous avons déjà entré dans notre portefeuille quelques magnifiques biens qui sont en «off-market». Nous nous appuyons pour cela sur une équipe de professionnels triés sur le volet ayant une connaissance parfaite du marché, mais aussi sur le dynamisme du groupe qui possède une importante base de contacts, de solides leviers de communication grâce à une équipe marketing dédiée et un site internet totalisant plus d’un million de visiteurs.»

Quelle est la part de votre clientèle s’intéressant à la Suisse?

«Notre clientèle internationale, principalement européenne, affectionne la Suisse et la station emblématique de Gstaad. Les écoles internationales qui s’y sont implantées, l’aérodrome de Saanen, l’impressionnante étendue du domaine skiable et les infrastructures hôtelières haut de gamme participent à l’attractivité de ce lieu privilégié.»

De quelle vente êtes-vous particulièrement fier?

«Chaque vente est un challenge! Lorsque Pierre Cardin, Charles Aznavour ou Johnny Depp nous ont confié leurs biens, c’était une grande fierté, mais nous avons à cœur de servir tous nos clients avec le même professionnalisme et le même engagement. Plus encore, il nous importe de les servir avant, pendant, mais aussi après la transaction ou la location d’un de nos biens. Nos clients sont nos meilleurs ambassadeurs.»


La saga Boislande

Située à Gingins (VD), au pied du Jura, la maison de maître Boislande, dont la construction remonte à 1973, a enfin trouvé de nouveaux acquéreurs, comme le révélait Bilan dans son édition du 27 janvier dernier. C’est l’agence immobilière Bernard Nicod qui a réussi ce petit exploit. En effet, cette vaste propriété de près de 35 000 m² était en vente depuis une éternité. Rappelons qu’elle n’aura été habitée que quelques mois, quand Christina Onassis et Thierry Roussel l’avaient achetée en 1984. Mais les deux époux se séparent en 1987.

(Crédits: Dr)

Le mari s’établira par la suite à Lussy-sur-Morges, où il élèvera Athina. Comme le rappelle le quotidien «24 heures», reprenant l’information de Bilan: «Il s’en était fallu de peu pour que le couple Onassis-Roussel ne puisse acheter Boislande. En 1983, c’est une autre personnalité reconnue mondialement qui avait signé une promesse d’achat: le président du Gabon en exercice, Omar Bongo. Problème, la loi limite l’achat d’immeubles pour les personnes domiciliées à l’étranger. L’entourage de l’homme d’Etat propose alors une manœuvre pour contourner le problème en faisant une donation de 20 000 m² à la commune.» Mais, comme l’indique le journaliste de «24 heures», la commune va finalement refuser ce marchandage.

Boislande se compose d’une maison de maître habitable de plus de 1700 m² et d’un pavillon de gardiennage indépendant. Outre un court de tennis, une piscine extérieure, une piscine intérieure avec sauna, fitness et jacuzzi, la maison offre de multiples pièces de réception, de séjour et de bureaux, ainsi que de 7 chambres à coucher avec salles de bains et d’une suite indépendante. Le rachat à l’automne 2018 pour environ 23 millions de francs par Radhika Oswal (qui venait de quitter l’Australie avec son époux pour s’établir à Montreux) devrait permettre à cette demeure d’être à nouveau habitée une fois les travaux en cours achevés.

(Crédits: Dr)
Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."