Bilan

L'immobilier suisse risque la surchauffe

Les prix de l'immobilier ont à nouveau augmenté au deuxième trimestre, aussi bien pour les maisons individuelles que pour les appartements. Le risque de surchauffe guette, selon l'indice de bulle immobilière d'UBS publié mardi.

Les résidences secondaires et l'immobilier de luxe ont également profité de la croissance, avec une hausse de 7% des prix dans les zones touristiques.

Crédits: DR

Entre avril et juin, les prix ont progressé de 1,5% par rapport au trimestre précédemment. Sur un an, la hausse atteint 5,4%, portée à la fois par le renchérissement des maisons individuelles (+6,3%) et des appartements (+4,5%).

Toute une série de facteurs soutient actuellement le marché immobilier suisse, notent les analystes d'UBS. L'achat immobilier fait en effet figure d'investissement sûr, en raison de son coût moindre par rapport à la location. Dans la mesure où les prix sont attendus en progression et que la hausse des marchés actions augmente la fortune, les acheteurs sont également prêts à débourser plus pour accéder à la propriété.

Les résidences secondaires et l'immobilier de luxe ont également profité de la croissance, avec une hausse de 7% des prix dans les zones touristiques. Sur ces marchés, la demande étrangère a été au rendez-vous, grâce à des mesures de confinement moins strictes que dans d'autres pays et une probabilité moindre de hausse d'impôts, expliquent les auteurs du rapport.

Toutes les régions ont vu le coût de l'accès à la propriété augmenter au deuxième trimestre. Avec une hausse de 9%, l'Est de la Suisse est la zone qui a enregistré la plus forte hausse, suivi par l'Arc lémanique et la Suisse centrale (chacun +7%). L'ouest et le nord-ouest du pays (+4%) ont également soutenu la croissance, largement au-dessus de celle enregistré au cours des vingt dernières années.

Le télétravail favorise aussi les régions jusqu'ici boudées par les pendulaires, notamment la vallée du Rhin de Coire et le lac de Constance, où les prix sont portés par une demande en hausse.

Loyers en repli


De l'autre côté, les loyers proposés se sont inscrits en repli pour les appartements (-1,2% sur un trimestre, -3,2% sur un an). Une correction de 2,5% est attendue sur l'ensemble de l'année, qui touchera particulièrement le segment de prix supérieur: pour un bien équivalent, acheter revient en moyenne entre 10 et 15% moins cher que louer.

Les analystes estiment que les risques sont plus élevés sur le marché de l'achat pour la location, qui a connu un boom ces dernières années. Environ un cinquième des nouvelles hypothèques est destiné à financer ce type de transactions, un investissement dont les rendements moyens sont pourtant en baisse.

Pour les bureaux, le taux de vacance s'inscrit en progression, mais les loyers se maintiennent au niveau de l'année dernière. D'ici 2030, près d'un tiers des employés devraient être en télétravail régulièrement, ce qui devrait réduire les besoins de places de travail entre 5 et 10%, projettent les analystes.

Pour les surfaces commerciales, le taux de vacance est amené à progresser à court terme et un repli des loyers de 5% est attendu d'ici fin 2022. Le e-commerce et le tourisme d'achat continuent de concurrencer les points de vente physiques. La situation devrait toutefois se stabiliser à moyen terme.

Sur l'ensemble de l'année, les prix de l'immobilier devraient augmenter de 5%. Dès 2022, la dynamique devrait ralentir, la question de la capacité financière revenant au premier plan. Aucune correction des prix ne se dessine toutefois à l'horizon, dans la mesure où les taux hypothécaires devraient rester très bas.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."