Bilan

Ces villes où l'immobilier a profité du Covid-19

Les prix de l’immobilier résidentiel dans le monde ont augmenté en 2020, selon le «Global Residential Cities Index», publié quatre fois par an par Knight Frank. Genève arrive en 51e position, devant Zurich (57e), Berne (61e) et Londres (89e), mais derrière Paris (47e), New York (32e) et Ankara (1ere).

Les villes turques enregistrent de belles progressions: +30,2% pour Ankara (photo) et +27,9% pour Istanbul.

Crédits: Paul Biris / Getty Images

La société britannique de services immobiliers Knight Frank vient de publier de nouvelles études. S’appuyant sur son réseau qui comprend plus de 207 branches dans 43 pays à travers cinq continents, elle présente un «Global Residential Cities Index» quatre fois par année.

Cet indice a progressé pour la sixième fois consécutive au 4e trimestre 2020, passant de +3,2% en 2019 à +5,6% en 2020. Si ce constat peut surprendre, ce qui est bien davantage inattendu, c’est de voir que les villes turques sortent largement en tête (Ankara: +30,2%, Istanbul: +27,9%) et que même Rio de Janeiro progresse (+1,6%).

Genève, Zurich et Berne bien placées

Dans le même temps, les villes suisses se situent dans la première moitié de cet indice comprenant 150 agglomérations: 51e Genève (+7,1%), 57e Zurich (+6,5%) et 61e Berne (+6,3%), derrière New York (32e, +9,8%) ou Paris (47e avec +7,7%), mais devant Londres (89e, +4,3%).

Comment expliquer ces chiffres? «Dans certains pays, je dirais qu’il existe une corrélation directe entre la gestion de la pandémie et l’évolution des prix, par exemple Nouvelle-Zélande, Suède, Canada. Mais ailleurs, le tableau est plus nuancé. Dans le cas du Brésil, le virus a eu peu d’impact au premier semestre et, en décembre 2020, le nombre de cas était la moitié du niveau actuel.

La demande a été soutenue par des taux hypothécaires historiquement bas, mais il convient également de considérer qu’avec une inflation d’environ 4-5% en termes réels, la croissance des prix des logements en 2020 a été négative», analyse Kate Everett-Allen, associée des recherches résidentielles chez Knight Frank.

«Dans de nombreux marchés, nous avons vu la pandémie renforcer, et non affaiblir, la demande de logements alors que les propriétaires cherchaient à moderniser leur maison pour plus d’espace, un jardin ou un emplacement côtier/suburbain/rural, relève-t-elle. En 2020, des verrouillages ont interrompu un certain nombre de marchés pendant plusieurs semaines, empêchant les déménagements, ce qui a entraîné une augmentation de la demande refoulée une fois les restrictions assouplies. Cette hausse de l’activité a eu un effet d’entraînement sur les prix. Dans le même temps, la construction et le lancement de nouveaux projets ont stoppé la réduction de l’offre nouvelle.»

Son analyse est corroborée par les données compilées par Acanthe et Naef Prestige Knight Frank. Ainsi, pour les deux premiers mois de cette année, on observe une croissance de 30% de la valeur des ventes par rapport à janvier-février 2020.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."