Bilan

Les prêts hypothécaires continuent de croître

Les créances hypothécaires des banques cantonales romandes ont progressé en 2016. En Valais et à Fribourg, la demande reste très soutenue.

La construction de logements ne faiblit pas. 

Crédits: Keystone (archives)

Les banques cantonales romandes continuent d’apporter leur soutien au développement du marché de l’immobilier comme le montre la publication de leurs résultats pour l’exercice 2016.

Avec une hausse de +5,9% des créances hypothécaires, la Banque cantonale du Valais devance la Banque cantonale de Fribourg (+5,1%) et la Banque cantonale de Genève (+4%). Puis suivent les instituts neuchâtelois (+3,8%), jurassien (+3,1%) et vaudois (+2,1%).

Lire aussi: Les taux hypothécaires remontent au quatrième trimestre 2016

Dans leurs communiqués, les établissement bancaires ne commentent guère ces chiffres. Selon les dirigeants de la Banque cantonale de Fribourg, «cette évolution démontre le soutien important à l’économie, tout en pratiquant une saine gestion des risques.»

«Des déséquilibres subsistent»

Au bout du lac Léman, la Banque cantonale de Genève estime que «la part, somme toute modérée, des hypothèques au total du bilan (49%, ndlr) reflète une politique de déconcentration des expositions au risque immobilier.»

Cette hausse des prêts hypothécaires intervient dans un contexte caractérisé par les nouvelles règles imposées depuis trois ans par la Finma (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers) pour tenter de réduire la demande. Or, avec des taux d’intérêts très alléchants, celle-ci ne faiblit pas. Selon la Banque nationale suisse, «des déséquilibres subsistent sur les marchés hypothécaire et immobilier».

En 2006 et 2015, les créances hypothécaires de l’ensemble des banques suisses se sont envolées de 44% pour atteindre 924 milliards de francs. Elles représentent environ 150% du produit intérieur brut. Raiffeisen a dopé ses affaires avec une croissance de +80%, ce qui place cet institut devant les banques cantonales (+52%) et largement devant UBS et Credit Suisse (+18%).

Ces hausses se reflètent dans l’évolution des parts de marché. Celles-ci ont progressé de 13,7% à 17,1% pour Raiffeisen et de 33,8% à 35,6% pour les banques cantonales, alors qu’elles se repliées de 34,6% à 28,3% pour les deux grandes banques.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."