Bilan

Les incroyables futures terrasses du CIO

Les collaborateurs, spécialistes de l’exploit sportif, auront droit à un nouveau siège en 2019: la maison olympique. ses aménagements extérieurs ont nécessité une prouesse technique. explications.
  • Le nouveau siège pourra accueillir les 600 collaborateurs du CIO sur un seul site.

    Crédits: 3XN
  • Classé monument historique depuis 1971, le château de Vidy sera conservé. 

     

    Crédits: 3XN
  • Le projet de Maison olympique vu du ciel: la terrasse du 1er étage sera entièrement paysagée.

    Crédits: 3XN

Pour marquer le 100e anniversaire de sa présence à Lausanne, le Comité international olympique (CIO) a mis en chantier son nouveau siège administratif. Conçu pour pouvoir accueillir confortablement 600 collaborateurs sur un seul site, il devrait être inauguré en 2019. 

Seul le château de Vidy, classé monument historique par l’Etat de Vaud en 1971, où se situait le bureau du président Thomas Bach est conservé. Le reste sera entièrement rasé afin de faire place à un édifice pensé par les architectes danois 3XN à l’issue d’un concours international d’architecture sur invitation lancé en 2013. Ces derniers ont été sélectionnés comme partenaire privilégié en avril 2014. 

«Le parc Louis-Bourget va monter sur les toitures»

La Maison olympique réunira en un même lieu, à Vidy, l’administration du CIO, permettant ainsi de réaliser d’importantes économies de loyer et d’énergie. Le bureau danois est épaulé par les architectes lausannois Itten Brechbühl. Cette nouvelle construction qui s’étend sur 24 000 m2 se distinguera par trois éléments clés: mobilité, flexibilité et orientation vers l’avenir. Cela se reflète particulièrement dans la façade ondulante qui fait une impression à la fois dynamique et mouvementée, traduisant ainsi de manière symbolique le dynamisme du sport et du Mouvement olympique.

Lire aussi: Le CIO à Lausanne fête ses 100 ans

«Le parc Louis-Bourget va monter sur les toitures», résume Emmanuel Graz, un des trois associés du bureau d’architectes paysagers Hüsler & Associés, à propos de ce projet. Ainsi, au 1er étage de la Maison olympique à Vidy, la terrasse sera entièrement paysagée. Cependant, le vrai exploit, non pas sportif, mais paysager, tient au fait qu’il y a des toitures descendantes avec des pentes allant jusqu’à 60 degrés! «Nous avons des charges au mètre carré assez restreintes, ce qui limite la quantité de substrat et donc le choix de plantes.» 

Un système d’alvéoles venu des Pays-Bas

Mais ce n’est pas la contrainte la plus difficile: vu l’important risque d’érosion en cas de fortes pluies, il fallait mettre en place une solution pérenne. «Nous avons trouvé un système d’alvéoles aux Pays-Bas dans lequel se niche le substrat, puis nous y mettons les plaques précultivées qui devraient empêcher l’érosion.» Afin d’être en mesure de livrer en juin 2019 un aménagement paysager suffisamment intéressant visuellement, les plaques végétales de 60x40 cm seront précultivées en pépinière pendant dix-huit mois. Elles serviront à garnir la future terrasse de plus de 2000 m2. «Le moment venu, nous composerons ce puzzle végétal. Nous l’avons déjà fait, mais à une échelle bien plus réduite.»

La question de l’étanchéité est également à prendre très au sérieux, d’où la mise hors jeu de certaines variétés, comme les bambous dont les radicules sont très agressives. «Nous aurons des zones ombragées et d’autres qui seront en plein soleil, donc nous ne pourrons pas mettre les mêmes plantes partout. Comment y parvenir tout en évitant de se retrouver avec quatre jardins différents, à chaque coin de la terrasse? Il s’agit de trouver une certaine cohérence.» 

Lire aussi: L'immobilier inspire les entrepreneurs

Parmi les autres difficultés: l’entretien. D’autres aménagements auraient nécessité d’avoir du personnel devant être encordé 25 fois par année. Précisons que l’angle d’inclinaison de chaque coin de cette terrasse est différent. Bref, le degré de complexité est bien réel. «Avec un mur végétal, cela aurait été bien plus simple. Nous ne connaissons pas de bâtiment comme celui de Vidy», relève Emmanuel Graz. 

La plantation devrait intervenir au printemps 2019. Il reste encore à faire valider par le CIO le choix des plantes sélectionnées. Pour l’ensemble de ce projet, on parle d’un investissement de l’ordre de 200 millions de francs.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."