Bilan

Les maisons individuelles sont très recherchées

Selon une étude, 41 régions helvétiques sur 106 présentent un volume d’investissements supérieur à la moyenne des cinq dernières années contre 30 régions il y un an.

Les maisons mitoyennes remplacent de plus en plus la traditionnelle villa individuelle.

Crédits: Justimmo

Si la villa reste le rêve de beaucoup de locataires, la pandémie de coronavirus a modifié les besoins. Selon la dernière étude du cabinet de conseil Wüest Partner, «ce n’est plus forcément l’emplacement qui est décisif lors de l’achat, mais plutôt l’espace offert et la disponibilité générale des biens de vente.»

La maison individuelle est surtout recherchée pour ses équipements extérieurs même si ceux-ci sont le plus souvent d’une dimension restreinte et parce qu’elle peut permettre de télétravailler dans de meilleures conditions que dans une propriété par étages.

Hausse de +50% dans le Pays d'Enhaut

Les activités de construction confirment l’engouement pour les villas. Selon Wüest Partner, 41 régions sur 106 ont affiché en 2020 un volume d’investissements supérieur à la moyenne des cinq dernières années contre 30 régions il y un an. Des hausses importantes ont été observées en Argovie où les prix des terrains à bâtir sont encore relativement attractifs. Autour de la ville de Zurich, les projets ont aussi connu un essor impressionnant.

Dans huit régions (voir la carte), par exemple en Haute-Engadine, dans les environs du lac de Bienne (Erlach-Seeland) et dans le Pays d’Enhaut, le volume des investissements calculé sur les permis de construire a augmenté de 50% et plus en 2020 par rapport à la moyenne annuelle des cinq années précédentes.

«Le Pays d’Enhaut correspond tout à fait aux types de régions qui ont connu un fort engouement ces derniers mois: avec un environnement naturel, proche des loisirs hivernaux, pas trop éloigné des centres d’emplois (et donc praticable pour les télétravailleurs à temps partiel), il reste aussi abordable au niveau des prix dans certaines communes», constate Hervé Froidevaux, associé de Wüest Partner.

Progression dans d'autres régions romandes

Le volume d’investissements a aussi augmenté dans d’autres régions romandes, mais dans des proportions moins importantes que dans le Pays d’Enhaut. Selon les calculs du cabinet de conseil, il a progressé jusqu’à 25% dans le Jura, dans le bas du canton de Neuchâtel, dans les régions de Monthey et de Sion où se situent plusieurs stations alpines. «Ces régions ont des profils similaires à celui du Pays d’Enhaut», relève Hervé Froidevaux. Dans le Jura bernois et à Bienne, la hausse a atteint entre 25% et 50%.

L’étude constate aussi que «les projets de construction les plus récemment approuvés concernent souvent le remplacement de maisons individuelles anciennes par des maisons jumelées ou mitoyennes. Dans certains cas, des sociétés immobilières font office de promoteurs en plus des particuliers.» Cette tendance s’explique par la nouvelle législation sur l’aménagement du territoire qui vise à densifier les espaces construits.

Le marché est très tendu comme le montre l’évolution des abonnements de recherche. Au mois de février, il y avait quatre abonnements par annonce, soit deux fois plus qu’il y a un an. L’offre de maisons individuelles ne permet pas de satisfaire la demande. Au 4ème trimestre 2020, seulement 26'500 biens faisaient l’objet d’une annonce. Soit le niveau le plus bas depuis 2006. Même si le nombre de permis de construire délivrés a progressé de 3% par rapport à 2019, il reste insuffisant pour répondre aux besoins.

Les prix continuent de grimper

Cette situation se répercutera sur les prix. Selon les prévisions de Wüest Partner, ils progresseront de 2,5% en moyenne en 2021. Entre 2010 et 2020, les prix se sont envolés de 27,1% sur le plan national. Les plus fortes hausses ont été enregistrées en Suisse orientale (+37,8%), en Suisse centrale (+36,8%) et dans la région de Zurich (+33,2%), alors qu’elles ont été inférieures à la moyenne helvétique dans la région lémanique (+14,2%) et en Valais (+14,7%).

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix BZ du journalisme local 1991, Prix Jean Dumur 1998, AgroPrix 2005 et 2019.

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."